Vie de parent

Et si la formule du confinement aboutissait à E=mc² ?

On s'en souviendra... les beaux jours reviennent, après des semaines de pluie et de vents violents, et nous voilà confinés ! Il faut maintenant réapprendre à vivre tous ensemble tous les jours, toute la journée, dans l'espace familial qui n'est pas prévu pour une occupation à temps plein.

Carte blanche de Mireille Pauluis, psychologue

Et si la formule du confinement aboutissait à E=mc² ?

On a l'impression d'être comme des ours en cage, de se marcher sur les pieds. On n'est plus chez soi quand on est trop chez soi ! De plus, pas mal de parents vont faire du télétravail. Tant mieux diront certains, le problème de la garde des petits enfants est résolu... Ah ça !

Papa dit : « Les enfants, je dois absolument me concentrer pour travailler, j'ai besoin de calme, je vais travailler dans la chambre, ne faites pas trop de bruit ». Maman dit : « Les enfants, j'ai besoin de calme pour pouvoir me concentrer, et puis j'ai des coups de téléphone à donner. Je vais travailler dans le salon, allez jouer plus loin et ne faites pas trop de bruit ». Les petits enfants pensent : « Papa et maman sont là, avec nous, tout le temps, pourquoi ils ne veulent pas jouer avec nous ? On dirait qu'ils ne veulent plus de nous ». Alors, ils font un tas de choses pour que les parents ne les oublient pas, du bruit, des bêtises, des disputes.

Une question de territoire

Quand ils sont plus grands, c'est un peu plus facile, ils se sentent moins perdus quand les parents sont là, mais pas disponibles. Ils sont capables d'être seuls en présence de leurs parents, mais pas trop longtemps. Si cela dure, ils font comme les petits.

Au fond, ce sont les ados qui s'en sortent le mieux, même si les copains leur manquent fort, ils peuvent se confiner dans leur chambre, avec leurs écrans... et là, ce sont les parents qui ne sont pas d'accord !

Quant aux adulescents, c'est encore autre chose. S'ils sont en kot et y restent confinés, cela n'a rien de rassurant. Comment vont-ils vivre ce temps tout seuls dans leur minuscule kot ? Pour ceux qui reviennent dans le nid familial, ce n'est pas plus simple. Il leur faut aussi une place pour travailler, pour s'installer dans le calme avec leur ordinateur et tous leurs cours, dossiers, etc. Quand les oisillons deviennent grands, ils quittent le nid. M Mais quand, plus tard, ils y reviennent, le nid est devenu trop petit ,surtout s'ils déploient leurs ailes.

Redécouvrir son rapport au temps

Il va donc falloir organiser les territoires de chacun et apprendre à les respecter. Les territoires physiques : des espaces de travail, de jeux, de calme pour chacun.  Mais aussi des espaces de parole, de partage, de connivence, de douceur, d'attention aux autres... du temps en fait !

Et là, le coronavirus a du bon. Il nous fait redécouvrir le temps. Nous ne pouvons plus courir partout et dans tous les sens, nous dépêcher à longueur de journée. Nous pouvons perdre notre temps ou plutôt prendre notre temps : le temps retrouvé, le temps gagné !  Peut-être allons-nous supprimer le mot « vite » de notre vocabulaire ?

De l'espace et du temps. Vive Einstein et sa théorie de la relativité...

Sur le même sujet

Coronavirus : ces initiatives qui donnent la banane

Certaines voix s’élèvent pour critiquer les médias qui en feraient trop autour du coronavirus. Ils nourriraient l’angoisse, sèmeraient un négativisme plombant. Bon, en même temps, l’actu est ce qu’elle est. De plus, en lisant les quotidiens de ce week-end, il y a des raisons d’espérer. Notamment dans la nature humaine. Et les familles y trouvent leur compte.

 

Coronavirus : comment répondre aux questions de vos enfants ?

On l’a dit. Re-dit. Vous l’avez vu. Commenté. Partagé. Coronavirus oblige : tout « ferme ». Même si des garderies s’improvisent, pour une majorité d’enfants, c’est la quille au moins jusqu’aux vacances de Pâques. Vos enfants - petits et grands - en ont parlé toute la journée, comment répondre à leurs questions ?

 

Coronavirus : « Lorsque l’on est inactif, on est inquiet »

Dans le Ligueur frais du jour, nous livrons quelques conseils pour ne pas tomber dans une psychose (que l'on a dénoncé dans notre humeur de la semaine). Ce qui est en train de muer en phénomène de société peut se dépasser en famille. Natalie Maroun, consultante de crise en risques sanitaires au cabinet Heiderich à Paris, nous aide à soigner le virus de la peur avec des paroles rassurantes.

 

Humeur : Lucas, le virus et le PQ

La crise du Coronavirus agit comme un révélateur de notre société. Le meilleur y côtoie le pire. Les deux doivent être mis en avant. Le premier pour être répliqué. Le deuxième pour être combattu. Autant partager ça avec les enfants. L’éducation à la citoyenneté n’attend pas le nombre des années.

 

Ils ont du ressort. Inspirons-nous

C’est en écoutant Boris Cyrulnik parler de résilience à la radio que l’idée de ce papier est venue. Covid-19 et confinement nous obligent à nous adapter, à rebondir. Dans cet affrontement, chacun va mettre en place des stratégies pour se protéger qui se déclinent en trois mots : action, affection, réflexion. Tour d’horizon intergénérationnel des stratégies de rebond des un·e·s et des autres. Puisse-t-il nous inspirer.

 

JOURNAL DE BORD | Mardi 17 mars. École fermée, on s'adapte

Ciel bleu, température clémente. La nature sort le bout de ses bourgeons, alors que l'humain, lui, se confine. Toutes ses activités culturelles et sociales sont annulées jusqu'au 3 avril. Depuis hier, lundi, la vie professionnelle est déclinée en mode télétravail. Les crèches ne sont pas encore fermées. Les écoles, oui, mais avec un système de garderie. Moins de 5 % des enfants y ont été conduits. Ceux dont les parents n'avaient pas le choix. Sinon, ils auraient suivi le message entourant la photo de profil de leurs amis sur Facebook. « Soyez responsables ! Restez à la maison ! Protégez les autres ! ». Derrière ces mots, toute une nouvelle organisation à mettre en place. Journal de bord de quatre familles belges. 

 

Confinement : patience et courage

Le confinement se prolongera au moins jusqu'à la fin des vacances de Pâques. Ainsi en a décidé le Conseil national de sécurité qui s’est réuni ce vendredi après-midi. Une mesure annoncée sur un ton désormais plus répressif que préventif. Si le « restez chez vous » n’est pas respecté, il y aura des amendes.