Vie de parent

Et si on changeait ça maintenant ?

Ce 13 janvier, l’AViQ (Agence wallonne pour une vie de qualité) lance une nouvelle campagne de sensibilisation « Et si on changeait ça maintenant ? ». Changer quoi maintenant ? De regard, d’attitude face aux situations de handicap.

Et si on changeait ça maintenant ?

Sur le marché de l’emploi et à compétence égale, une personne en situation de handicap a 50 % de chance en moins d’obtenir un job. En tant que parent d’un enfant valide, vous vous demandez en quoi cette annonce vous concerne ? Eh bien, parce qu’au-delà de votre rôle de parent, vous êtes aussi proche d’une personne en situation de handicap. Que ce soit à l’école de vos enfants, sur votre lieu de travail, dans les commerces que vous fréquentez, au sein de votre voisinage… Une enquête réalisée en 2014 par la Ligue des familles indique que deux familles sur trois sont concernées par le handicap. C’est dire si le sujet nous concerne et donc que les manières de faire mieux et autrement sont nombreuses.  

31 % de taux d’emploi, une marge d’amélioration nette

Si la recherche d’emploi n’est simple pour personne, elle se corse doublement pour une personne en situation de handicap. 50 % de chances en moins d’être engagée, à compétence égale. Un taux d’emploi de 31,7 %. Et surtout, 47 % de Belges qui déclarent qu’un handicap a une influence négative sur le recrutement d’un candidat. Trois chiffres qui démontrent qu’il est plus que temps de changer de regard, d’ouvrir les yeux et nos esprits à la situation du handicap, ce que nous invite à faire cette campagne de sensibilisation.

Première qualité recherchée par les employeurs

Pour cerner en quoi le handicap d’une personne est un véritable frein pour un employeur, l’AViQ a interrogé trois employeurs sur la première qualité recherchée chez leurs employé·e·s. Lorsqu’il engage, un employeur recherche quelqu’un qui a le sens de l’engagement, de la motivation et de l’honnêteté dans l’exercice de son travail et l’envie d’apprendre et de développer l’entreprise. Bonne nouvelle, une personne en situation de handicap est tout aussi capable d’en faire preuve.

Le mois dernier, un dossier du Ligueur était consacré au thème du handicap. Nous avons plongé dans le quotidien de familles et sonder les fratries. À l’unanimité, les familles touchées par le handicap souhaitent maintenir du lien avec l’ordinaire. Vous le voyez le lien avec vous, chers parents ? Il n’est jamais trop tard pour changer de lunettes, de regard, d’attitude, montrer plus d’ouverture, tendre une main, s’intéresser à. C’est le mois des bonnes résolutions. Et si on prenait celle-là ?

Clémentine Rasquin