6/8 ans9/11 ans12/15 ans+18 ans

Étoiles (filantes) : où et comment
les observer avec vos enfants

Comme chaque été, au début du mois d'août, c'est la période des Perséides : une pluie d'étoiles filantes, à observer depuis le plancher des vaches si le ciel est dégagé. Dans ce mini-dossier, des conseils pratiques pour avoir une maximum de chance de les apercevoir. Mais aussi pour apprendre, avec vos enfants, à repérer les constellations les plus faciles observer dans notre ciel d'été.

Étoiles (filantes) : où et comment les observer avec vos enfants

Une constellation est formée d’un ensemble d’étoiles, plus ou moins lumineuses, qui dessinent une figure particulière dans le ciel. Durant la nuit, les constellations vont bouger : en réalité, ce ne sont pas elles qui bougent, mais la Terre qui tourne sur elle-même. Retenons aussi qu’au cours d’une même nuit et même d’un jour à l’autre, les constellations ne bougent jamais les unes par rapport aux autres : les étoiles sont donc toujours à la même distance les unes des autres. On présente les constellations les plus faciles à repérer dans un ciel d'été. Comme si vous faisiez une balade dans le ciel...

À lire : Carte du ciel pour passer l'été le nez dans les étoiles

La Grande Ourse

On débute notre balade dans le ciel par la constellation de la Grande Ourse, qui est, de loin, la plus connue et la plus facile à observer dans le ciel. La raison ? Grâce à la brillance de ses sept étoiles et à sa position bien haute dans le ciel, elle se repère très facilement. On peut s’étonner du nom de cette constellation: elle vient d’une légende grecque, mais même avec beaucoup d’imagination, il est bien difficile d’y voir un ours. Par contre, les Babyloniens (voir ci-contre) trouvaient qu’elle avait une forme de chariot, ce qui est plus évident à imaginer. Autre nom, tout aussi parlant mais moins poétique, pour cette constellation: la casserole.

La Petite Ourse

Après avoir repéré la Grande Ourse, cherchez sur sa droite une constellation qui a la même forme, mais qui est positionnée de manière différente: c’est la Petite Ourse, dont les sept étoiles principales sont moins brillantes que celles de la Grande Ourse. Un truc pour repérer cette dernière: les deux “manches” de ces deux constellations partent dans des directions opposées. À l’extrémité de la Petite Ourse, soit au bout de la queue de cette constellation, se trouve l’étoile polaire, qui est d’ailleurs très brillante. L’étoile polaire est toujours à la même place, ce qui n’est pas le cas des autres étoiles. Elle est comme la pointe d’un compas autour de laquelle tournent les autres constellations.

Céphée

Poursuivons notre balade céleste en regardant à droite de la Petite Ourse, toujours haut dans le ciel. On y découvrira une constellation assez discrète, mais dont la forme est plutôt facile à repérer. Voilà Céphée qui ressemble un peu à une maison dessinée par un enfant: on distingue facilement son toit et ses quatre murs. Pour la petite histoire, dans la mythologie grecque, Céphée était le roi d’Éthiopie tandis que sa femme s’appelait Cassiopée et sa fille Andromède. Trois constellations, d’ailleurs très proches les unes des autres, portent le nom de ces personnages.

Triangle d’été et le Cygne

Pivotons encore un peu vers notre droite et regardons cette fois un peu moins haut dans le ciel, autrement dit plus près de l’horizon. On remarque alors trois étoiles, très brillantes, qui forment un triangle : c’est ce que l’on appelle le Triangle d’été, qui est d’ailleurs bien visible visible toute la nuit. La première de ces trois étoiles appartient à la constellation de la Lyre: elle se nomme Véga et est facile à reconnaître car elle est la première à apparaître dans le ciel en été. La deuxième, située près de l’horizon, fait partie de la constellation de l’Aigle. La dernière pointe de ce Triangle d’été est une des étoiles de la constellation du Cygne. Intéressons-nous maintenant à cette dernière constellation, facile à repérer: comme son nom l’indique, elle a la forme d’un cygne, qui vole en direction de la constellation d’Ophiuchus.

Couronne boréale

Après avoir appris à reconnaître la constellation du Cygne, tournons-nous encore un peu vers la droite: nous sommes maintenant dans la direction du sud-ouest. Nous découvrons une série d’étoiles relativement proches les unes des autres et placées en forme de demi-cercle: c’est la Couronne boréale. Apprendre à repérer cette constellation est intéressant car elle sert de point de repère pour observer les deux constellations suivantes: Hercule (à sa gauche) et le Bouvier (à sa droite).

Hercule

Toujours en observant le ciel, juste à gauche de la Couronne boréale, on tombe donc sur la constellation d’Hercule. On vous prévient: elle n’est pas très facile à voir parce que ces étoiles ne sont pas particulièrement lumineuses et, surtout, parce que cette constellation est gigantesque. Un truc: tentez d’abord de repérer le quadrilatère qui forme en quelque sorte le corps d’Hercule avant de découvrir ses bras et ses jambes. Ici, Hercule a un genou à terre et la tête en bas. Pour la petite histoire, Hercule est un héros de la mythologie romaine qui est notamment célèbre pour ses exploits extraordinaires: les douze travaux d’Hercule.

Bouvier

On termine notre randonnée dans le ciel par ce groupe d’étoiles situé juste à droite de la Couronne boréale: c’est la constellation du Bouvier, qui a la particularité d’avoir une étoile très lumineuse. Cette dernière est d’ailleurs une des étoiles les plus lumineuses du ciel en été: elle est appelée Arcturus, ce qui signifie “gardien de la Grande Ourse”. La raison ? Tournez-vous encore un peu sur votre droite et vous tomberez, à nouveau, sur la Grande Ourse. Vous avez fait un tour complet sur vous-même: voilà donc votre randonnée des étoiles terminée…

Anouck Thibaut

Étoiles filantes : 5 conseils pour les appercevoir

Comme chaque été - de la mi-juillet à la mi-août -, notre ciel scintille d’étoiles filantes. La raison de cette pluie étoiles ? Tous les ans à la même époque, soit à la mi-août, la Terre passe à proximité de l’orbite d’une comète appelée Swift-Tuttle. Celle-ci draine dans son sillage des milliards de « grains de poussière » : ces météorites de très petite taille s’illuminent en entrant dans l’atmosphère, d’où cette impression d’« étoiles filantes » lorsque nous les apercevons dans notre ciel. Ces phénomènes lumineux de la mi-août sont aussi appelés Perséides (car ils semblent provenir de la constellation de Persée). Même si le phénomène est observable de la mi-juillet à la mi-août, son pic est attendu la nuit du 9 au 13 août.

► Éloignez-vous des villes ou tout du moins de la pollution lumineuse (lampadaires et autres enseignes).
► Laissez le temps à vos yeux de vous habituer à l’obscurité, soit une bonne trentaine de minutes.
► Soyez patient (après tout, ce sont les vacances) et attendez minuit. Mieux encore : mettez le réveil très tôt puisqu’avant l’aube l’activité des Perséides sera intense.
► Emportez une couverture ou un pull : les nuits sont plus fraîches que les jours, surtout quand on est immobile ou fatigué.
► Scrutez en direction du nord : la NASA recommande d’ailleurs de se coucher au sol, avec les pieds en direction du nord-est, en essayant d’apercevoir la plus grande portion de ciel possible.

Des observations avec des spécialistes

La Nuit des étoiles à l'Euro Space Center de Redu (jeudi 9 août, dès 15h, gratuit) : ateliers pour les enfants, conférences pour les plus grands et observations avec des spécialistes dès la tombée de la nuit.
► Et aussi, la Nuit des Etoiles filantes dans plusieurs clubs d'astronomie notamment à Fernelmont (vendredi 10 août), Ophain (vendredi 10, samedi 11 et dimanche 12), Ragnies (vendredi 10 et samedi 11), Gerpinnes (samedi 11), Dinant (samedi 11), Grapfontaine (mardi 14). Toutes les infos sur le site de la FFAAB.

En savoir +

Notre mini-dossier de l'Actu jeunes Passez l'été le nez dans les étoiles avec une carte du ciel à découper et aussi la réponse à ces questions que peuvent se poser vos enfants : C'est quoi une constallation ? Pourquoi ne voit-on pas le même ciel en été et en hiver ? Les étoiles sont-elles les seules à briller dans le ciel ?

Sur le même sujet

Le nez dans les étoiles

Un sujet léger, mais passionnant, pour les (grandes) vacances. Cette carte du ciel vous aidera à repérer les étoiles et constellations visibles chez nous. Une carte à imprimer, pour observer le ciel en vacances, devant la tente ou encore dans le jardin, pour ceux qui restent en Belgique.