16/18 ans

Etudes supérieures : il est temps d’y penser…

Les vacances de carnaval, c’est, bien sûr, le moment de souffler un peu, de partir au ski, de faire la fête à Binche ou à Malmedy… Pour votre ado en fin de secondaire, c’est aussi une étape dans le processus du choix de ses études supérieures.

Etudes supérieures : il est temps d’y penser…

Votre ado est en rhéto. Il lui reste quelques mois avant d’attaquer les études supérieures. Pas de recette miracle pour lui permettre de faire le bon choix, hélas ! Son parcours professionnel, c’est une démarche volontaire et un questionnement personnel tout au long de la vie. C’est apprendre à découvrir les parcours d’études et de formations. C’est aussi apprendre à se connaître, à faire des choix et à se projeter…

S’informer pour bien s’orienter

À la mi-année, les vacances de carnaval sont l’occasion pour votre élève de rhéto de faire un pas de plus dans le choix de son projet professionnel. C’est la période pendant laquelle il peut s’informer sur les études qui l’intéressent. La plupart des établissements (universitaires comme les Hautes écoles) accueillent les élèves du secondaire et leur permettent de participer librement aux cours. L’occasion pour eux de se rendre compte, sur le terrain, du type d’études vers lequel ils souhaitent se tourner, du contenu des cours proposés, de la répartition entre les cours théoriques et pratiques, des grilles horaires…

On se prépare

Participer aux cours libres dans un établissement d’enseignement supérieur, ça se prépare. Pourquoi ne pas suggérer, par exemple, à votre futur étudiant de dresser une liste des questions à poser aux professeurs, aux autres étudiants ou aux informateurs qu’il rencontrera sur place ?

Il sait ce qu’il veut faire

  • vérifier si son idée est la bonne
  • explorer les différentes manières d’y arriver
  • se renseigner un maximum sur les cours
  • savoir de quelle manière ils sont donnés (en Haute école et à l’université)
  • comparer les programmes
  • connaître davantage les débouchés, les avantages et les difficultés du métier

Il n’a aucune idée

  • éviter d’aller voir dix choix d’orientation différents
  • essayer de faire un choix au préalable, de restreindre les options.

Les questions qu’il doit se poser

  • Ai-je fait la différence entre ce que j’aimerais faire et ce que je fais de mieux, mes talents ?
  • Quel(s) domaine(s)/secteur(s) d’études correspond(ent) le mieux à ma personnalité, mes motivations, mes centres d’intérêt, ma façon de travailler et de m’organiser ?
  • Est-ce que je me suis suffisamment renseigné pour faire une sélection des domaines qui m’intéressent ?
  • Est-ce que je ne réfléchis pas trop à court terme (uniquement aux cours) ?
  • Est-ce que je ne m’intéresse pas à tel type d’études uniquement pour suivre mes copains ?

À Pâques… ou à la trinité ?

Bien sûr, votre jeune ne doit pas avoir choisi son orientation au terme de cette semaine. Les vacances de carnaval ne sont qu’une étape dans son parcours d’orientation. Il pourra parfaire sa connaissance lors des portes ouvertes au printemps, durant les vacances de Pâques. Et il n’est pas encore trop tard pour se décider pendant les vacances d’été. Les secondaires seront derrière lui. Il ne pourra que regarder vers l’avenir, continuer à creuser son idée, et choisir, sereinement, lorsque sa réflexion sera à maturité.
Il ne sera peut-être jamais certain d’avoir fait le bon choix avant d’être dans l’arène. Si, après avoir tiré toutes les ficelles tout au long de l’année, votre futur(e) étudiant(e) ne sait toujours pas dans quelle fac s’inscrire le 15 septembre, il est temps de s’inquiéter. Et d’envisager un accompagnement à l’orientation, via le Siep (le service d'information sur les études et les professions). À l’école, les centres psycho-médico-sociaux (PMS) sont également au service des futurs étudiants. Mais à une seule condition : que la démarche vienne du jeune, et de lui seul. Pas des parents.

Stéphanie Grofils

MODE D’EMPLOI

Comment l’aider à choisir ?

Vous êtes parfois tenté de botter le derrière de votre fils( ou fille) ou de le convaincre de suivre les traces de papa ou maman. Respirez un bon coup, mordez sur votre chique (oui, encore !)  et donnez-lui le coup de pouce qu’il attend… :

  • Accompagnez- le et soutenez-le dans ses démarches
  • Ouvrez-lui les yeux et l’esprit sur le paysage de l’enseignement afin qu’il sache ce qui existe vraiment.
  • Mettez à sa disposition les différents moyens de s’informer (documentation, sites internet…)
  • Laissez-lui le temps de tâtonner, ne le pressez pas
  • Laissez-le choisir lui-même ses études et respecter son choix
  • Discutez s’il y a désaccord et tentez de comprendre le pourquoi de son choix.

 

Sur le même sujet

Après la rhéto : travail ou études ?

Ouf, il a terminé sa rétho. Mais quid de la rentrée en septembre ? Les conversations vont bon train au sein de certaines familles. Si pour certains jeunes, les études supérieures sont la suite logique d’un déjà long parcours, d’autres s’interrogent, souhaitent se mettre tout de suite au boulot. Ou entamer une formation professionnelle. Rencontre avec Marc, Hubert et Antonine.

 

Il ne faut pas être une « grosse tête » pour choisir les sciences !

On le répète à l’envi : les temps changent. Et très vite. Ah bon ? Quand on regarde le taux de fréquentation des études scientifiques par les filles dans nos universités francophones par exemple, rien ne semble vraiment progresser. Mais pourquoi cette réticence féminine à choisir une orientation scientifique ? Le réseau BeWiSe - Femmes et sciences en Belgique tente de comprendre et défend la participation des femmes à ces disciplines. 

 

Les voyages forment la jeunesse

Pour le sociologue Vincenzo Cicchelli, il est essentiel que les jeunes effectuent un, voire des voyages de formation à l’étranger. Le programme européen Erasmus est-il un des bons moyens pour aboutir à cette éducation cosmopolite, qui permette à chacun de se sentir à l’aise au contact d’autres cultures sans forcément renoncer à ses propres appartenances ? Interview.

 

Tous dans les « starting-bloque »

Le printemps, c'est aussi le début des examens pour nos étudiants. Et dans le supérieur, universitaire ou non, ça se prépare. Mais comment réussir un bon blocus qui mènera à la réussite ? Quelques tuyaux à refiler à votre étudiant.

 

Réussir sa première année en supérieur : un sacré défi !

Universités et hautes écoles. Les rentrées académiques sont l’occasion de remettre sur la table des questions qui préoccupent les parents des nouveaux étudiants. Parmi celles-ci, l’hécatombe qui accompagne souvent le passage en 1re année d’études supérieures.