Vie de parent

Examens en "présentiel" dans le supérieur : la ministre rappelle le cadre

Fin août rime pour de nombreux étudiants du supérieur avec seconde session. Celle-ci sera particulière puisqu’une grande majorité d’établissements vont l’organiser à distance. Néanmoins, certaines épreuves peuvent parfois se tenir en mode « présentiel ». Pour celles-là, la ministre vient de rappeler les règles ce lundi.

Examens en "présentiel" dans le supérieur : la ministre rappelle le cadre

Autant être bien informé avant d’entamer sa seconde session. Aux étudiants, on ne peut que conseiller de bien se renseigner sur le modus operandi de leurs examens. Les schémas habituels étant éclatés, il est plus confortable de bien se rassurer sur la façon dont se dérouleront virtuellement les épreuves. C'est un préliminaire indispensable.

En présentiel, aussi, le contexte reste particulier. Il y a des règles à respecter dans le cadre de la crise sanitaire. Elles ont été rassemblées dans un message envoyé ce mercredi aux établissements. Les plus importantes, les voici.

► Les étudiants et le personnel portent en permanence un masque buccal.

► Il ne peut y avoir plus de 100 personnes (étudiants et personnel encadrant compris) par local d’examen.

► Dans ce local, il faut respecter une distance de minimum 1M50 entre chaque étudiant ainsi qu’entre les étudiants et le personnel (examinateur compris).

► L’examen ne peut pas durer plus de trois heures au sein d’un même local

► Il faut gérer les flux d’entrées et des sorties des locaux afin de garantir la distanciation sociale. 

Encore une fois, les étudiants ne doivent pas hésiter à s’informer. C'est le maître mot. Ceux qui ont des questions spécifiques doivent prendre contact avec leur établissement. Cela les rassurera, tout autant que leurs parents...

Sur le même sujet

« La rentrée scolaire doit se faire dans l’intérêt supérieur de l’enfant »

 

La rentrée scolaire s’annonce sur fond de crise sanitaire tenace. Le Délégué général aux droits de l’enfant lance une opération pilote sur Bruxelles pour concilier besoins des familles et capacités d’accueil « temps libre » pour les enfants. Et cela en prévision, d’une rentrée où certains élèves vont être confrontés à des horaires chahutés ou lacunaires.