Vie de parent

Faire AVEC ses peurs
pour mieux s’en libérer

Pour ce dossier, nous nous sommes penchés sur vos peurs. Quelles sont-elles ? Nous sommes partis à votre rencontre pour récolter vos témoignages et plonger notre propos dans du vrai, dans du réel. Le vôtre. Merci à Angélique, Florence, Pascale, Christophe, d’avoir partagé vos peurs avec nous.  

Faire AVEC ses peurs pour mieux s’en libérer

Une fois les peurs identifiées, nous les avons passées au crible avec l’appui de trois professionnelles de la psychologie et des relations parents-enfants. Avec Mireille, Isabelle et Florence, nous avons cherché à comprendre l’origine de vos peurs, ce qui s’y joue, ce qu’elles provoquent. Objectif : mieux les comprendre pour mieux vivre avec, voire même s’en libérer.

Vous brûlez de savoir ? Allez, on vous livre le top 3 établi :
► Peur de ne plus être aimé par vos enfants
► Peur de mal faire
► Peur du jugement

La première peur résulte d’une confusion entre le fait d’être fâché et de ne plus aimer. Une confusion assez enfantine qui se manifeste chez bon nombre de parents. Cela mène sur un terrain neutre où les émotions négatives sont évitées. Pourtant, toutes les émotions sont bonnes à prendre. De même, un cadre et des règles claires sont salutaires à l’enfant.

Les peurs de mal faire et du jugement prennent racine dans le même terreau : l’individualisme et la course vers l’excellence. Une quête qui laisse pas mal de laissé·e·s-pour-compte.

Face à ces peurs, le parent n’est pas démuni. Il a le choix. Celui de décider de faire de son mieux plutôt que le mieux. De s’interroger sur ce qui est bon et juste plutôt que de s’enivrer des conseils éducatifs de tous bords. De se faire confiance pour être plus résistant aux jugements.

Et si nous apprenions à vivre avec nos peurs, à les accepter, à les reconnaître, à les apprivoiser, pour mieux s’en libérer. « La peur rend le loup plus gros qu’il ne l’est… » (proverbe allemand).

Clémentine Rasquin