Vie de parent

Féminisme : les filles de la quatrième vague

Dans moins d’un mois, la planète fera le point sur les progrès accomplis en matière de droits des femmes. Dans un contexte général qui leur reste hostile : montée des populismes, remise en question des droits acquis de haute lutte comme l’avortement ou la contraception. Le cirque des femmes relance le débat.

Féminisme : les filles de la quatrième vague

Elles chantent, elles dansent, elles vous apostrophent droit dans les yeux. Dans ce spectacle aux allures de cabaret, quatre comédiennes abordent tour à tour des questions intimes et universelles qui parlent aux femmes et à leurs filles, sans écarter les hommes. Avec Sophie, Charlotte, Ann et Micheline : la quatrième vague du féminisme se découvre sur les planches.
Derrière le côté festif, parfois tragique, trois générations de femmes questionnent leur identité dans la société d’aujourd’hui. Des propos qui grincent, qui font rire, qui amènent surtout à réfléchir. Dans cette création réalisée à partir d’improvisations, les artistes réveillent les consciences. Ne pas participer à la vie publique et politique sur un pied d’égalité avec les hommes, être victime d’abus liés au genre : de par le monde, les discriminations et inégalités continuent de peser sur la vie des femmes, dans la sphère professionnelle, familiale, sociale, civile ou politique.
Dans certains pays, la loi ne leur reconnaît pas les mêmes droits que les hommes. Ailleurs, c’est en pratique qu’ils tardent encore à être respectés.

Dans une société où la femme est en train de perdre ses droits peu à peu, et où les extrémismes prennent parfois le pas sur la sagesse, nous devons nous serrer les coudes, êtres vigilants. Partout dans le monde, là où il y a un conflit, c'est la femme qui est la première victime.

Triste constat vingt ans après l’adoption de l’accord mondial historique sur l’égalité des genres, les femmes sont également les premières victimes de crimes tels que les violences domestiques et sexuelles, les mariages forcés ou précoces, le trafic d’êtres humains, l’exploitation ou l’esclavage, les mutilations génitales, la prostitution ou les avortements forcés. Il faut en parler, encore et encore, rappellent Micheline et Charlotte, lors d’un entretien avec la rédaction du Ligueur.

Micheline : une alliance avec le public

« Il nous était indispensable de parler de tout cela, mais pas seulement ». Portées par la quatrième vague, elles font naturellement partie de cette nouvelle génération de féministes qui inscrivent les thèmes des vagues précédentes dans une utilisation importante des outils modernes, en premier lieu d'internet. Mais il ne s’agit plus seulement de réclamer le droit de vote, de militer pour le droit de disposer de son corps ou de mettre en avant les minorités : aujourd’hui, les réseaux sociaux permettent de diffuser les messages féministes et de rassembler rapidement des militantes pour combattre le sexisme quotidien.
« C’est ce que nous faisons aussi, finalement ! Le fil rouge ? Un côté décalé qui nous appartient à toutes les quatre, poursuit Micheline. En préparant le spectacle, nous avons sorti de nos tripes ce qui nous touche : dans nos vies personnelles, dans nos relations quotidiennes, par rapport à ce qui se passe dans le monde. Parler de tout, sans tabous, mais avec un côté un peu fou qui nous relie toutes, et qui crée une alliance avec le public ».

Charlotte : un côté pédagogique et drôle

Dans le spectacle, une succession de séquences qui mettent en lumières des questions essentielles. Egal accès à l'éducation, droits fondamentaux des petites fills, ou encore la peur de l’abandon,  la maternité, les amitiés féminines, l’estime de soi.
« Comme nous avons des personnalités différentes, nous touchons un public étendu : depuis les jeunes adolescentes jusqu’aux femmes de plus de 70 ans, toutes s’y retrouvent. On parle autant des règles que de l’excision, des femmes battues, des mères abusives. Beaucoup d’ados sont venues nous voir et ont apprécié : le spectacle est populaire comme le langage que nous utilisons. Comment la femme se débrouille-t-elle dans le monde toujours dominé par les hommes aujourd’hui ? Quels actes poser ? Comment se défendre ? Oui, on en parle, mais attention : ce n’est pas un spectacle contre les hommes. Le but n’est pas de les stigmatiser : on fait rire pour faire passer des messages ».
Le Cirque des femmes, c’est la vie qui défile. Des histoires particulières qui rejoignent des préoccupations universelles. À travers des portraits de femmes, du rire aux larmes, elles disent « défendre avec insolence la liberté d’être qui elles sont vraiment ». Sur scène comme dans la vie.

Aya Kasasa

À découvrir

Le Cirque des femmes, création théâtrale avec Charlotte Devyver, Sophie Doyen, Micheline Mordenfeld et Ann Vandenplas, sous la direction d’Alexis Van Stratum :

  • Au théâtre Saint-Michel, les 14, 16 et 17 février 2017
  • Au foyer culturel de Saint-Ghislain, le 11 mars 2017
  • Au Cercle d’émulation de Welkenraedt, le 24 mars 2017

En savoir +

Évoquer le féminisme avec les adolescentes ? Des groupes de jeunes femmes s’engagent pour défendre leurs droits au sein du mouvement Vie Féminine. Douze conditions pour une société égalitaire, solidaire et juste. Contact : Laetitia Genin - Coordinatrice nationale en charge des projets Jeunes femmes: Tél. : 02/227 13 28.

Accéder au site
Le Ligueur utilise des cookies pour faciliter la navigation sur ce site web et permettre l’utilisation de ses fonctionnalités. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies. J'accepte l'utilisation des cookies
En savoir plus