Vie de parent

Finalement, les cours sont aussi suspendus en maternelles

C’était dans l’air. Dans les mesures présentées mercredi, les écoles maternelles restaient ouvertes à la différence des primaires et secondaires. Le vent a tourné. C’est officiel depuis cet après-midi, les maternelles ne feront pas figure d’exception.

Finalement, les cours sont aussi suspendus en maternelles

La Fédération Wallonie Bruxelles a diffusé, ce jeudi après-midi, un communiqué pour faire le point sur les suspensions de cours dans les écoles. Depuis hier déjà, le fait de maintenir les cours pour les tout-petits avait suscité de nombreuses contestations, notamment côté syndical. Au bout du compte, donc, pas d’exception. Tout le fondamental est en suspens, comme le secondaire ordinaire et spécialisé. Et cela jusqu’au 2 avril inclus.

Toutes les modalités ont été coulées dans une circulaire.Voilà comme la FWB justifie son revirement. « Si le choix du CODECO de maintenir l’enseignement maternel en présentiel peut s’expliquer par le fait que les contaminations sont nettement moins élevées que dans l’enseignement primaire et secondaire, il pose par contre des problèmes complexes sur le plan organisationnel pour les directions et soulève des questions d’égalité de traitement entre les membres du personnel. »

Effort collectif pour limiter les contacts

Résultats, la Fédération a décidé de faire tout pour limiter les contacts également dans le maternel. Comment ça s’organise ?

1. Il est demandé aux écoles « d’organiser l’accueil des élèves régulièrement inscrits mais de ne pas prévoir d’activités pédagogiques impliquant l’acquisition de nouvelles compétences »

2. Il est demandé aux parents « de garder au maximum leurs enfants à la maison ou à trouver des solutions de garde alternatives ne mobilisant pas des personnes à risque afin de participer à l’effort collectif de limitation des contacts.»

Sur le même sujet

Yves Coppieters : « D’un point de vue purement épidémiologique, laisser les maternelles ouvertes, ce n’est pas cohérent »

Suite aux mesures prises ce mercredi par le Comité de concertation, plusieurs questions nous ont été posées par les parents. Notamment sur les raisons qui ont poussé à telle ou telle décision. Notamment d’un point de vue épidémiologique. Les réponses, nous avons été les chercher du côté d’Yves Coppieters, épidémiologiste.