Vie de parent

Frais scolaires :
la Ligue obtient plus de transparence

Dès la rentrée, les écoles du secondaire devront envoyer aux parents un détail de tous les frais qui leur ont été demandés. Et plus question de réclamer un montant qui n’a pas été préalablement signalé. Le décret doit être voté ce mercredi 17 juillet.

Frais scolaires : la Ligue obtient plus de transparence

Cinq euros par ci, trois euros par là pour le théâtre ou la piscine. L’école n’est gratuite que dans les formes. Et bien souvent, le journal de classe comporte une note du prof demandant d’amener quelques pièces en vue d’une sortie. Tout au long de l’année, les petits frais scolaires – parfois imprévus – s’accumulent et constituent en fin de compte un budget de poids.

Normalement, les écoles doivent déjà remettre aux parents, avant le début de l'année, une estimation des frais qu'ils seront susceptibles de payer au cours de l'année (Décret missions 1997). Dès la rentrée prochaine, les établissements de l’enseignement secondaire devront aussi leur livrer un décompte des montants qui leur ont été demandés.

Pas notifié, pas réclamé

Le décret de la ministre de l’Enseignement Marie-Dominique Simonet devrait être voté par le parlement de la Communauté française ce mercredi 17 juillet. Il sera d’application dans le secondaire dès septembre 2013 mais ne sera imposé aux écoles primaires que dans deux ans pour leur laisser le temps de s’adapter au système qui demande davantage d’aide administrative.

Chaque décompte – transmis aux parents au maximum chaque mois, au minimum tous les quatre mois – devra spécifier « tous les frais réclamés, leurs montants, leurs objets et le caractère obligatoire ou facultatif de ceux-ci ». Le but : empêcher les prélèvements plic-ploc, faire prendre conscience aux écoles des coûts qu’elles réclament et faire en sorte que les parents puissent prévoir les frais à débourser. Car les coûts qui seront perçus devront obligatoirement correspondre à la somme annoncée. Et les montants qui ne figureront pas sur les décomptes ne pourront pas être réclamés par l'école.

Le théâtre, à la trappe ?

Pour les repas chauds, les photocopies, les voyages et les autres activités prévisibles, c’est tout à fait envisageable. « Mais pour emmener une classe voir une représentation, s’il faut vraiment le faire, plus personne n’ira au théâtre », explique un directeur d’école en début de mandat. Car même si les programmations culturelles sont connues longtemps à l’avance, les professeurs, bien souvent, découvrent un spectacle en lien avec leur matière en cours d’année. « Il arrive souvent que le professeur qui organise la sortie avance l’argent des élèves qui n’ont pas encore payé. Mais si on ne peut pas réclamer ce qui n’est pas signalé dans le décompte, ce ne sera pas possible. Et le prof devra dire à l’élève que s’il n’a pas donné l’argent, il n’ira pas au théâtre. Il n’y a pas de flexibilité », précise-t-il. D’autres activités sont imprévisibles, comme la sortie en mai de la classe qui a bien vendu les billets de tombola à la fancy-fair d’avril », donne encore en exemple ce nouveau directeur.

Une demi-victoire pour la Ligue des familles

La Ligue des familles accueille favorablement ce décret qui table sur une transparence des coûts scolaires pour les parents. Le hic, pour l’asbl qui réclame cette mesure depuis longtemps, c’est que le décret ne précise pas les modalités de paiement, ni ne s’attaque aux montants demandés.  « Il faut fixer un plafond maximum de ce que les écoles peuvent demander comme frais », soutient Patrick Binot, le directeur général de la Ligue des familles. « En plus du décompte des frais occasionnés, les écoles devraient indiquer le compte en banque sur lequel verser l’argent et interdire toute autre forme de paiement de ces frais, indique Michaël Verbauwhede, du service études de la Ligue. L’idée est de retirer l’enseignant et l’enfant de toute transaction financière », précise-t-il. Et ce pour éviter les problèmes en cas de perte de l’argent de l’un ou l’autre et prévenir le racket. Il ne faudrait pas non plus que les élèves qui n’ont pas payé soient pointés du doigt devant leurs copains de classe, ni ne soient empêchés de recevoir leur diplôme en cas de dette envers l’école…

Stéphanie Grofils – 11 juillet 2013

Bon plan

La Ligue des familles vous donne ses idées pour réduire les frais scolaires de la rentrée.

Point de vue

Retrouvez ici le combat de la Ligue des familles pour réduire les frais scolaires.

Rendez-vous

Le dossier complet du Ligueur sur les coûts scolaires sera dans votre boîte aux lettres le mercredi 14 août.

Sur le même sujet

Réduction de l’alloc de rentrée : un grand impact dans votre budget

Bravo ! Vous êtes plus de 2 500 à avoir répondu au sondage de la Ligue des familles sur l’impact de la réduction de l’allocation de rentrée sur votre budget familial. Et pour la plupart d’entre vous, cette diminution a un impact appréciable, voire lourd sur le portefeuille.

 

Prime de rentrée : que reste-t-il dans le cartable ?

Dès aujourd'hui, vous recevrez la prime de rentrée scolaire annuelle. Et non, il n'y a pas d'erreur. Le montant est réduit. Que nous reste-t-il ?

 

L’enseignement libre, trop pauvre pour être gratuit

Plusieurs directeurs de l’enseignement secondaire libre catholique relancent le débat sur la gratuité de l’école et les frais scolaires. Ils rappellent que la maigre subvention allouée au réseau libre malmène le droit à l’égalité de traitement des élèves.