Grandes vacances : partez (r)assurés !

Plus qu’une poignée de jours avant les vacances ! Les valises attendent grandes ouvertes, tandis que vous avez déjà la tête sous les tropiques et les sandales dans les starting-blocks. Vous avez votre passeport, vos pastilles contre la turista et, pour vous protéger, une bonne crème solaire. Désolé de casser l’ambiance mais, en cas de pépin, ces seules précautions vous sembleront bien légères. C’est sans doute le moment de faire le point sur vos assurances.

Grandes vacances : partez (r)assurés ! - Thinkstock

Accident, perte, panne, maladie… Petites et grandes mésaventures qu’on évoque en rigolant des années plus tard mais qu’on s’épargnerait volontiers sur le moment. Alors, même si l’on a autre chose à faire que de penser à des catastrophes, le Ligueur vous propose un passage en revue des formules d’assurance les plus courantes et des questions que vous auriez peut-être intérêt à vous poser.

Vous restez à la maison, les enfants ont la bougeotte

Pas de grand voyage prévu cet été. Ben oui, c’est la crise, puis on a d’autres projets en tête et, l’air de rien, c’est fatigant d’embarquer tout le monde en vacances. Ces quelques semaines à l’aise chez soi tombent à pic, vous aviez justement besoin de souffler un peu. Cela ne vous empêchera pas de vous offrir de belles escapades, de redécouvrir les environs ou d’explorer les recoins du pays. Dans ce cas, il serait naturellement inutile de contracter une nouvelle assurance. Mais rester à la maison ne signifie pas rester étendu dans un transat…

Si vous bricolez

Les fans de bricolage, les apprentis-chefs de chantiers ou ceux qui en profiteraient bien pour enfin changer la déco continuent, comme pour toutes leurs activités privées, à bénéficier des prestations de la mutuelle. Il n’est donc pas indispensable de se munir d’une assurance couvrant les accidents de la vie privée. Bénéficier d’une telle assurance ne garantit pas qu’elle rembourserait d’éventuels dommages exceptionnels (comme la chute de 10 mètres d’un charpentier du dimanche).

Le petit part au stage, au camp

De leur côté, les enfants seront peut-être amenés à quitter la maison pour s’adonner à quelque activité estivale. Tous les stages n’assurent pas automatiquement leurs participants, alors tenez à l'œil les modalités d'inscription et l'étendue de l'hypothétique assurance complémentaire proposée. À l'inverse, les jeunes partis en camp scout bénéficient automatiquement d’assurances de base lors de l’inscription à la Fédération, mais, comme pour les stages, certainement rien qui leur permettra de faire les quatre cents coups impunément. Cette assurance n'ira vraisemblablement pas au-delà de la couverture prévue par la mutuelle et l’éventuelle assurance familiale (qui n’est pas obligatoire). 
Et si votre fiston part avec la famille d'un copain ? Il continuera à bénéficier de votre assurance assistance, si vous en avez une. Le fait qu'il soit avec vous ou pas n'entre pas en compte (et il en sera de même, si c'est vous qui emmenez un de ses amis avec vous).

Petites vacances en famille

Comme de nombreux Belges cette année, vous partez en vacances en voiture, dans un pays d’Europe. Vous aurez tout à portée de main : le dépaysement sans le décalage horaire, les infrastructures et les visites touristiques, sans compter une météo certainement plus clémente que dans nos vertes (et humides) contrées. Autre atout de taille : vous êtes libre de vos déplacements grâce à la voiture.

En voiture !

Inutile de tergiverser : en Belgique, l'assurance auto est obligatoire, vous êtes donc censé être préalablement assuré. Suggérons tout de même une idée très simple qui vaut néanmoins son pesant de cacahuètes : pourquoi ne pas effectuer un check-up complet de votre "Titine" avant de parcourir les routes de France et de Navarre ? C’est très bien de contracter des assurances, mais on préfère souvent éviter de s’en servir, alors autant s'assurer d’abord de l'état de marche de votre véhicule.
Certaines assurances sont minimalistes alors que d'autres offrent une large couverture, incluant le dépannage, l’envoi de pièces de rechange ou un véhicule de remplacement. Attention à l'utilisation des caravanes, pas toujours reprise dans le contrat initial, et à l’étendue territoriale de l'assurance. Elle ne prévoit peut-être pas qu’une fois descendus jusqu’à Gibraltar, vous tapiez une petite pointe jusqu’au Maroc. Renseignez-vous auprès de votre assureur pour être fixé !

Le dilemme du low-cost

Si, justement, vous décidez d’aller plus loin et préférez l’avion à la voiture, pensez à l'assurance annulation. Des impératifs médicaux ou familiaux, un simple coup de malchance ou un heureux événement imprévu et vous voilà empêchés de prendre votre avion : en une poignée de secondes, ce sont toutes vos vacances qui tombent à l'eau ! Outre votre immense déception et celle des enfants, ça fait aussi un paquet d'argent qui s'envole. Le genre de coup qui plombera votre été jusqu'à la reprise de septembre, au goût particulièrement amer. Contractée auprès de votre compagnie habituelle ou de votre courtier, l'assurance annulation constitue une garantie valable contre ce genre de désagrément. 
Si vous optez pour une compagnie low-cost à fiabilité variable, adepte du traitement erratique des bagages et du surbooking, vous serez tenté de jouer la prudence, et l’on ne saurait vous donner tort. D'autant que, même s’ils alourdissent la note finale, les frais d’annulation sont généralement peu élevés. À moins, bien sûr, que vous recherchiez un bon prétexte pour prolonger vos vacances, comme une grève sauvage des aiguilleurs ou l’éruption d’un volcan au nom imprononçable.

La famille au bout du monde

Cet été, vous partez au bout du monde ! Et vous avez entièrement raison, cela faisait des années que vous rêviez d’emmener la famille découvrir les plages du sud-est asiatique… Ou peut-être êtes-vous issus d'une lignée de globe-trotters, qui ne passe pas un été sans visiter des pays tropicaux, arpenter jungles et déserts ? Dans un cas comme dans l'autre, la question de l'assurance devient tout doucement cruciale…

Assurance voyage

Les antipodes, on n'y va pas à vélo. Et cette fois, vous ne montez pas à bord d’un charter mais à bord d’un long-courrier. Un argument supplémentaire pour bien considérer la prise d’une assurance, tout en évitant de confondre l'offre de base des compagnies low-cost aux assurances disponibles pour les vols longs-courriers : une assurance complète propose une foule de services : des bagages au logement, en passant par le remboursement.

Un séjour… à l’hôpital ?

Les risques inhérents à certaines activités ou destinations vous inciteront vraisemblablement à évaluer la problématique des frais médicaux à l'étranger. Commencez par identifier ce que votre mutuelle couvre déjà et quels seraient vos besoins en terme de prise en charge des soins de santé en fonction de votre destination. Il est primordial de bien garder en tête les conditions de validité de votre assurance hospitalisation, les modalités spécifiques appliquées à l’étranger et, bien sûr, le montant des plafonds des dépenses. Une bonne connaissance des termes du contrat vous évitera les mauvaises surprises en découvrant la facture d’une hospitalisation, même si - couverts ou pas -, on vous souhaite de ne jamais en arriver là.

Assurance assistance : onéreux fourre-tout

Dans le genre full option, les assurances assistance sont une sorte de couverture globale, qui font le bonheur de ceux qui veulent pouvoir contacter le call-center de leur compagnie d’assistance de jour comme de nuit, même à l’autre bout du monde. Alors, évidemment, si elle n'empêchera pas les tuiles de vous tomber sur la tête, l'assurance assistance s'occupera de tous vos déboires, ou presque. Mais une telle tranquillité a un prix, et il est généralement assez élevé pour qu'on y réfléchisse à deux fois (ou qu'on élude carrément la question, faute de budget). Pour info, le Crioc a estimé le prix d’une assurance voyages "étendue", c’est-à-dire couvrant les annulations et l’assistance en sus d'autres prestations diverses, à 6 à 8% du prix total du voyage.

Derniers conseils pour la route…

Appareil photo, tablette, gsm… quid du matériel ?

Maman est fan de photo, Papa incapable de voyager sans sa tablette, vous embarquez partout des brouettes de matériel hi-tech. La plupart du temps, ces objets auront été assurés lors de l'achat en magasin ou bénéficient de garantie constructeur d'une durée générale de deux ans (qui ne vaudra que pour les vices cachés). Reste à savoir sur quel territoire géographique elle s'applique, et ce n’est pas toujours le cas à l’étranger. Si la couverture vous semble inadéquate, il y a toujours la solution de l'assurance personnalisée.

Besoins particuliers ?

Pour les cas plus inhabituels et les besoins particuliers, ne vous inquiétez pas, les assureurs ont de l’imagination ! Vous souffrez d'une maladie peu courante et devez impérativement garder votre traitement à portée de main ? En cas de vol, perte ou tout autre imprévu, vous pouvez demander une "aide logistique", un service - évidemment payant - qui fera l'impossible pour vous fournir les précieux médicaments. Impossible de vous passer de vos lunettes ? Des formules spécialisées existent aussi. Et si, dans votre famille, c'est "Jamais sans mon chien", vous trouverez également de quoi sécuriser au maximum les vacances de Médor.

Mathieu Nguyen

BON RÉFLEXE

Appeler votre courtier ! 

Le recours à une assurance dépend des sensibilités et susceptibilités de chacun. Alors que les plus anxieux auront tendance à être sur-assurés, d’autres miseront sur leur bonne étoile en choisissant une protection minimale. Quel que soit votre cas, on ne peut que vous encourager à commencer par dresser l’état des polices contractées et de contrôler leur validité, leur étendue et leurs exactes modalités d’intervention. Ensuite, c’est à vous de voir. D’évaluer vos besoins et les risques du séjour, qui dépendent de la destination et des conditions du voyage : inutile de comparer un trek dans l’Himalaya et une semaine d’all-in à Bodrum. Même si l’on peut tout de même affirmer qu’une bonne préparation vous épargnera certains tracas prévisibles, et ce partout où vous irez. Si un doute persiste, n’hésitez pas à appeler votre courtier. Il pourra répondre précisément à vos questions et, le cas échéant, vous trouver une formule adaptée à la durée du séjour ou à l'année. 
Voilà, encore un petit détour par la liste de sites utiles renseignés dans l'encadré et vous êtes parés ! Il ne vous reste plus qu’à partir… en prenant soin de préparer la maison à votre absence prolongée. D’ailleurs, avez-vous une assurance incendie ?

Liens utiles

Sur le même sujet

Le devoir de vacances… malgré la crise

Partir en vacances n’est pas nécessairement beaucoup plus coûteux que d’acheter un écran plasma pour les parents, une tablette numérique pour l’aîné et un smartphone pour le petit. Et c’est souvent un projet bénéfique pour tout votre petit monde qui se retrouve à l’occasion de cette escapade… Pour avoir suffisamment de choix, au risque de vous bousculer un peu (vous êtes à peine sortis des fêtes…), le Ligueur vous invite à explorer déjà les différentes offres du secteur. À vos rêves !

 

Vacances : lâchez vos préados !

La période des vacances est un bon moment pour s’exercer aux « toutes premières fois ». À l’âge de 12 ans et plus, il est temps d’oser lâcher nos jeunes ados à des moments choisis et de les aider à gérer ce plus de liberté. Il est aussi temps pour nous, parents, d’apprendre à canaliser nos angoisses et à combiner surveillance et bienveillance. Quelques pistes pour y voir plus clair...

 

Parents séparés et vacances à l’étranger

En cas de séparation des parents, l’autorité parentale continue généralement à être exercée par les deux parents. Elle reste conjointe. Les parents sont présumés prendre à deux les décisions qui concernent leur enfant. Un jugement peut prévoir un exercice différent de l’autorité parentale, mais cette possibilité s’observe moins souvent.