Grands-parents en désaccord
sur l’éducation

Les grands-parents sont de plus en plus présents dans la vie de leurs petits-enfants : ils s’en occupent les mercredis après-midi, ils dépannent quand ils sont malades, ils partent en vacances avec eux, etc. Généralement, pour le plus grand bonheur de tous. Mais il est parfois difficile de regarder ses enfants et beaux-enfants éduquer ses petits-enfants sans rien dire…

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Sur le même sujet

Aide à la jeunesse : comment compter sur elle ?

Que faire en cas de difficultés avec un enfant, un adolescent ? À qui s’adresser pour trouver de l’aide ? Peut-on y réfléchir et en discuter avec des professionnels ou risque-t-on de perdre ses droits de parents dès qu’on prend contact avec eux ? ONE, PMS, SAJ, COE, SPEP, SPJ, IPPJ… les portes auxquelles une famille peut frapper comme celles qu’elle peut se trouver obligée de pousser sont nombreuses. Essayons de nous y retrouver.

 

Quel droit de visite pour les grands-parents ?

Les relations familiales ne sont malheureusement pas toujours simples. Il peut arriver que suite à un déménagement à l’étranger ou à une dispute familiale, des grands-parents soient privés de la joie de passer du temps avec leurs petits-enfants. Peuvent-ils réclamer un droit de visite ?

 

Comment régler un conflit familial ?

Les conflits au sein de la famille sont multiples et peuvent être de nature très différente. Refus du droit de visite des grands-parents, mésentente avec votre conjoint·e, désaccord sur le mode d’hébergement de vos enfants… Ces conflits peuvent survenir à tout moment. Différentes pistes permettent de les résoudre.