Vie de parent

Grève du rail : des parents "co" pour rebondir

La grève du rail a ses raisons. Mais complique le quotidien des parents qui doivent trouver des solutions alternatives pour se rendre à la crèche, à l’école, au travail… Voici les infos et solutions du Ligueur.

Grève du rail : des parents "co" pour rebondir

Comment faire en cas de grève des trains pour se rendre au boulot si on est navetteur ? Comment conduire et aller chercher les enfants à l’école s’ils prennent habituellement le train ? Il n’y a pas que le train ou la voiture. La solution se trouve peut-être chez un ami, un voisin, un collègue… Comme le rappelle un dossier du Ligueur, notre société se veut de plus en plus « du partage ». Et si la solution était dans le covoiturage ?

« Mon fils aîné est en internat depuis deux ans. Les premiers mois, il prenait les transports. Il rentrait les week-ends épuisé et repartait le lundi matin à l’aube. Nous avons donc testé le covoiturage. Nous avons rencontré une jeune fille adorable via internet, avec qui il fait l’aller-retour. Nous l’avons contactée au préalable par téléphone. Ça nous coûte moins cher que les transports et il est ravi », raconte Céline, trois enfants de 6, 9 et 14 ans.

Avec des enfants et des jeunes ados, il est plus rassurant de s’organiser entre voisins, amis ou parents d’une même école plutôt que de passer par un site internet. Profitez de la rentrée pour en parler autour de vous, à la sortie de l’école. D’autres parents ont peut-être la même idée que vous. En Wallonie, il existe aussi Schoolpool qui permet de covoiturer vers l'école avec d’autres parents et élèves de son quartier dans les écoles participantes.

Du tout-petit à l’étudiant

Quid, dans ce cas, du siège-auto ou du rehausseur, ce dernier étant obligatoire pour les plus de 3 ans et les moins de 1,35 m ? Il n’y a pas de dérogation pour tout siège concernant les moins de 3 ans. Par contre, le rehausseur n’est pas obligatoire pour les enfants qui ne sont pas ceux du conducteur ou pour des trajets occasionnels et de courte distance.
Autre projet collectif à développer entre parents via la direction et l’association de parents : le ramassage scolaire à pied qui porte aussi le joli nom de pédibus. Le principe ? Des rangs, encadrés par des enseignants, des éducateurs, voire des parents, et qui mènent les enfants de la maison à l’école à pied. Un projet qui peut d’ailleurs aussi se décliner en version deux-roues.

Les étudiants en examens n’étaient pas oubliés. Les cheminots leur assuraient qu’ils n’étaient pas « pris en otage » et proposaient de conduire les étudiants en voiture aux examens. Mais, victimes de leur succès, ils n’ont pas pu satisfaire les nombreuses demandes. « Pas vraiment un succès, mais pas un flop non plus », assuraient-ils sur la page en guise de conclusion.

Une société plus « co »

Mais que cette initiative ne reste pas un « one shot ». Si l’expérience était efficace et agréable, pourquoi ne pas en faire une habitude ? D’ailleurs, le « co », c’est tendance. « Depuis la crise, le quotidien des parents est beaucoup moins stable qu’avant. Tous veillent davantage à faire des économies. Même si on n’est pas dans une situation précaire, on vit tous dans un climat, une société, où il est bon de faire des bonnes affaires et de veiller à sa consommation. En participant à un achat groupé ou à une bourse aux vêtements, on se sent plus en adéquation avec le climat actuel.

Autre évolution de la société : beaucoup de parents vivent de manière plus isolée qu’avant, avec peu de liens, même avec leurs propres parents. Ces initiatives de consommation collaborative sont aussi là, je pense, pour reconstruire un lien là où on n’en a plus », expliquait au Ligueur Alexandra Balikdjian, psychologue de la consommation (ULB).

Stéphanie Grofils avec A.T. et Y.-M. V.-L.

Sites de co-voiturage

  • ComOn : application qui répertorie les (candidats) covoitureurs wallons afin de trouver l'offre la plus adaptée.
  • Covoiturage Belgique
  • Covoit’Stop : déclinaison des VAP à Liège et sa région
  • Schoolpool : covoiturer vers l'école avec d’autres parents et élèves de votre quartier, en Wallonie, dans les écoles participantes.
  • Carpool : service de covoiturage (partout en Belgique) accessible aux particuliers et aux entreprises.
  • Cambio : location de voitures partagée sur inscription (frais d’activation et abonnement)

Les infos du rail

Pour le trafic national, les navetteurs trouveront des informations sur le site internet de la SNCB, le compte Twitter @SNCB, les applications iOS (Apple) et Android, sans oublier les moniteurs et tableaux d’affichage en gare. Pour le trafic international, les voyageurs sont invités à consulter le site sncb-europe.com.

Sur le même sujet

Ola Hop, co-voiturage version enfant

Vous avez le sentiment de courir dans tous les sens pour conduire votre petit à son école ou à son club. Vous vous dites que ces questions de transport sont un stress permanent et que c’est dur de s’organiser avec vos homologues parents. Voici qu’arrive la plateforme Ola Hop. Encore à l’état de projet, cet outil parental 2.0 va peut-être vous changer la vie. Ou tout du moins vous la faciliter.

 

Le week-end « Co »

Le week-end, le samedi surtout, est traditionnellement consacré à tout ce qu’on n’a pas pu faire la semaine. Réparer le vélo cabossé, chouchouter ses radis, trier ses vêtements ou jouets, le tout en mettant les mômes dans le coup. Une manière de les préparer à consommer malin !

 

Société de partage : êtes-vous « Co » ?

Y avez-vous pensé ? Les parents autour de vous se posent peut-être les mêmes questions, attendent les mêmes coups de pouce, cherchent des solutions similaires. Ils ont peut-être aussi des tas de bons plans à échanger avec vous, question de s’épauler les uns les autres. Car la grande difficulté qui rassemble actuellement pères et mères, c’est le manque de temps… Et quand s’ajoute à ça le manque d’argent, le quotidien, comme dirait nos préados : « Ça craint ! ». Est-ce pour alléger tout ça qu’une nouvelle économie, dite de partage et appelée aussi co-consommation, se met de plus en plus en place ?

 

Ma semaine « Co »

C’est quand on est aux prises avec le quotidien que l’on se rend compte le soutien qui nous manque. Et c’est alors qu’on se met à gamberger et à se dire : « Ah, si je pouvais  organiser avec ma voisine, ou encore les copains, quelque chose qui nous dépannerait ! ». Tout ça pourrait rester qu’un vœu et pourtant, sur le terrain, il y a de plus en plus de projets-coups de pouce qui se créent. Jugez-en plutôt…