Vie de parent

GTA V : faut-il en avoir peur ?

C’était le jeu vidéo le plus attendu et sa sortie officielle a fait du bruit, beaucoup de bruit. GTA V est un jeu à ne pas mettre entre toutes les mains, c’est vrai. Mais c’est aussi un must have pour les ados.

GTA V : faut-il en avoir peur ?

Autant le dire d’emblée, le 5e grand volet de GTA (pour Grand Theft Auto) est pratiquement ce qui se fait de mieux en matière de jeux vidéo. Rockstar, son éditeur, a mis le paquet pour créer un jeu plein de qualités. Durée de vie, graphisme, scénario, personnages, difficultés, missions, bande son, c’est bien simple, tout est bon.
Cela dit, il est tout aussi vrai que la pépite GTA V présente un côté sombre, voire très sombre pour qui n’est pas au courant. Violences, meurtres, combats de rue, prostitution, drogue, gangs : l’illégalité est partout à Los Santos, la ville au cœur du jeu. Les personnages incarnés par le joueur ne sont pas des enfants de chœur et l’ambiance du jeu incite forcément et férocement à franchir la ligne jaune.

Avant 16 ans, c’est non !

Finalement, le plus troublant dans GTA V est que la virtualité du jeu se rapproche de la réalité de notre société. Si la série de règlements de compte à Marseille ou la dernière fusillade à Washington pourraient être des scènes du jeu, il faut néanmoins raison garder et ne pas systématiser la pensée « jeu violent = passage à l’acte ».
Alors, si votre ado réclame son GTA V, que faire ? Au Ligueur, notre réponse est claire : s’il a moins de 16 ans, c’est clairement non. S’il a 16 ans ou plus, sa maturité psychologique et sociale doit aussi être prise en compte. En effet, GTA V est un jeu passionnant, qui peut rendre le joueur captif pendant des heures et le sortir de la « vraie réalité ».
Enfin, et on vous le conseille régulièrement, n’hésitez pas à prendre les manettes et à tester ce fameux GTA V avec votre ado. Au mieux, vous prendrez goût au jeu et vous pourrez ainsi partager du temps avec lui. Au pire, vous détesterez, mais vous apprendrez à connaître son univers, les ressorts des jeux vidéo et un peu de ce à quoi il aspire.

Romain Brindeau - 17/09/2013

En savoir +

  • Votre enfant ramène un jeu vidéo à la maison et vous voulez savoir ce qu’il contient ? Jetez un œil à la jaquette, puisqu’y figurent les pictogrammes et l’âge d’utilisation recommandé proposés par PEGI, un système de classification européen.
  • Si vous voulez des conseils précis, n’hésitez pas à fréquenter les magasins de jeux vidéo et à faire confiance aux vendeurs. Ce sont eux-mêmes des joueurs et ils connaissent parfaitement le marché.
Sur le même sujet
 

Pas si bête derrière sa manette ?

Lorsqu'on aborde le thème des jeux vidéo, la réaction parentale la plus fréquente est de dire que « c'est inutile, violent et les gosses y passent trop d'heures ». Mais est-ce si vrai que ça ? Pour en savoir plus, nous avons interrogé Serge Tisseron, psychiatre et psychanalyste réputé pour ses études portant sur les relations jeunes-médias-images, sur les bienfaits des jeux vidéo.

 

Mon ado est-il malade des écrans ?

Internet, jeux vidéo, outils numériques variés… Nos enfants n’ont d’yeux que pour eux. Et s’en décollent difficilement. Sont-ils malades ou cyberdépendants pour autant ? Dans L'enfant et les écrans, les experts relativisent et livrent quelques recommandations.

 

Le jeu vidéo, une activité très sérieuse

Malgré sa position économique dominante sur le marché culturel (le Consumer Electronic Show battait son plein début de cette année à Las Vegas), le jeu vidéo peine à être reconnu comme une activité porteuse de sens. Comment expliquer la méfiance, voire le rejet qu’il suscite ? Dans un monde où le virtuel se fait toujours plus présent, n'est-il pas devenu incontournable ? Le Ligueur est parti enquêter sur ce média encore mal connu avec Pierre-Yves Hurel, chercheur à l'ULg sur les jeux vidéo.