Vie de parent

Guerre et poux : avant, pendant, après

Il existe deux catégories de parents : ceux qui luttent contre les poux et ceux qui n’ont jamais connu cette guerre. Les premiers vont bondir dès que l’on parle d’épidémie. Les seconds - chanceux - vont lire ce qui suit d’un regard amusé, sans mesurer la galère à laquelle ils échappent. Cette guerre, c’est l’enfer. Les plus grands spécialistes, vous parents, partagent leurs trucs, chapeautés par un chasseur de poux qui ne plaisante pas avec le sujet : moi-même.

Guerre et poux : avant, pendant, après

Avant

Dermatologues, coiffeurs et professeurs nous jurent qu’il n’existe pas de traitement préventif et qu’il est inutile de sortir l’artillerie lourde. On les croit sur parole. Toutefois, certains ont des petits trucs rudement efficaces.

► « J’applique une goutte d'huile essentielle de lavande derrière chaque oreille et sur le manteau en cas d’épidémie. J’en ai toujours dans mon sac. On a une école aux aguets qui nous adresse des alertes par mail en cas d’invasion. On est donc très réactifs. »
Anne, maman de deux enfants de 6 et 8 ans

► « Je ne jure que par le célèbre spray préventif de Puressentiel, vendu en pharmacie. Il est actif 24 heures, même en cas de forte attaque. Jusqu’ici, on a toujours échappé à l’infection. »
Catherine, maman d’un garçon de 5 ans

► « J’ai une règle d’or à laquelle je m’astreins depuis l’entrée de ma fille en maternelle : je lui attache les cheveux pour l’école, pour les activités sportives et pour les stages. Tresse, queue de cheval, tifs bien tirés en arrière, aucune mèche qui dépasse. De plus, je lui ai interdit de partager ses bonnets et ses capuchons et de bien mettre son manteau à part et pas sur celui des autres ».
Pauline, maman d’une petite fille de 4 ans

► « Pour ma part, je suis hyper vigilant aux premiers signes. Mes gamins qui rentrent et qui commencent à se gratter au-dessus des oreilles et dans le haut de la nuque. J’agis. Comme ma bonne-maman le faisait avec nous. Je mets les gamins devant un dessin animé, comme ça ils sont immobiles et ne bougent pas. Je scrute les cheveux en les mouillant à l’eau que je mélange avec un fond de vinaigre, armé de mon peigne à poux fin. Même avec mes ongles parfois. J’ai un bol d'eau pour rincer le peigne. Si je vois des trucs bruns qui nagent, on rentre alors en alerte poux. »
Adrien, papa de deux enfants de 6 et 9 ans

Pendant

Vous retrouvez ces fameux œufs transparents soudés aux cheveux de vos petits. Ou même des bêtes qui y ont élu domicile ? Lentes, poux, c’est le début d’un affrontement sans pitié. Et la bonne nouvelle, c’est qu’à la fin, vous allez gagner.

► « Ma fille a les cheveux épais et crollés. Les poux et les lentes s’y régalent. Il y fait bon vivre. Mon ‘cœur vert’ m’a conduit vers des méthodes naturelles. Mayo, vinaigre, huile d’olive, spray fait maison à base de lavande, d’origan…Tout. Mais, au final, rien ne marche et à répéter ces opérations inefficaces, on finit par abîmer le cuir chevelu de son enfant. Ma méthode m’a été soufflée par mon coiffeur et ça marche bien chez nous. Un après-shampoing, tous les jours jusqu’à ce que tout disparaisse. On lave. On rince. On sort le peigne à poux avec un essuie. On lave le peigne toutes les 30 secondes. C’est laborieux, mais redoutable. Et ce qui est bien, c’est que c’est doux ».
Ewen, papa d’une petite fille de 5 ans

► « Chez moi aussi, les méthodes de grand-mère qui pullulent sur le net se sont avérées inutiles. Et le traitement très chimique, je n’en veux pas pour mes enfants. On a essayé les ultra-sons, soit-disant miraculeux. Un conseil : ne perdez pas votre temps avec, c’est de la blague. Les traitements à base de pyréthrine et de malathion, c’est imbattable. Mais il faut être sûr que son enfant le supporte, ça en irrite certains. Je suis assez fidèle aux produits en pharmacie. Je dirai aussi que Puressentiel ou Vanessences, ça marche pas trop mal. Et comme ce n’est pas agressif on peut l’appliquer à plusieurs reprises ».
Safia, maman de deux enfants de 5 et 8 ans

► « Chacun choisi son produit comme il l’entend. Après la méthode est la même pour tous. Moi, je laisse imprégner les cheveux le plus longtemps possible. 30 minutes si on peut, c’est bien. Puis on les rince. Là, on passe le fameux peigne à poux dans la chevelure mouillée en faisant toutes les mèches une par une, de la racine au bout et vice versa, avec une source de lumière efficace. Très important. Vous pouvez même vous servir d’une loupe. Vous mettez les poux et les lentes retrouvés dans un mouchoir. Vous surveillez quelques jours et vous recommencez une semaine plus tard. Le mot d’ordre ? La patience. C’est rien de le dire. »
Émilie, maman de trois enfants de 4 à 10 ans

► « À rajouter dans la liste des trucs qui ne marchent pas : le peigne électrique. Nul pour les cheveux longs et, en plus, il ne dispense pas d’un traitement. La chose que l’on ne dit pas assez : vérifiez bien que toute la famille soit traitée. Même si c’est long, c’est tout le monde, en même temps. Dès les premières apparitions, on passe en revue tout ce qui a été en contact avec la tête ou le haut du corps de l'enfant, c’est-à-dire matelas, doudous, coussins, peignes et fauteuils. Il faut tout laver à 60°C et si on en a sous la main, tout passer à la vapeur. Oh oui, c’est l’enfer ! »
Yasmina, maman de trois enfants de 3, 5 et 7 ans

Après

Vous avez gagné la bataille, mais pas la guerre. Le cheveu est dégagé de tout soupçon. Plus rien ne gratte, plus rien ne démange. Bien. Mais ce n’est pas fini.

► « Je suis peut-être un psychopathe, mais une fois que le traitement a fonctionné, je fais le grand ménage à la maison. Je passe en machine, je brosse, j’aspire les cheveux que je retrouve par terre. Pour les vêtements, j’enferme tout dans des sacs poubelles pendant une semaine et après seulement, je les lave à 40°C. »
François, papa d’une petite fille de 7 ans

► « Je fais comme François et je vais même encore plus loin. Je mets tout ce qui est peigne, brosse, bonnet de bain pour la douche au congélateur pendant 8 heures. Et je me concocte un spray de 20 à 30 gouttes de lavandin super, romarin à la cinéole, lavande vraie, géranium rosat que je pulvérise sur les coussins, sur le canapé, etc. Ça sent bon et ça marche même pour les puces en plus ! »
Anaïs, maman d’un petit garçon de 6 ans

Yves-Marie Vilain-Lepage

Encore plus de conseils ?

Danse avec les poux : très utile pour tout savoir sur le traitement et sur le droit scolaire en la matière.

Sur le même sujet

Sauve qui poux !

Les poux, quel cauchemar ! Sans danger, ces bêtes minuscules nous empoisonnent pourtant la vie dès qu’elles s’attaquent au cuir chevelu de nos enfants. Shampooing, lotion, huile essentielle, vinaigre… mais qu’est-ce qui fonctionne vraiment ? En cette veille de rentrée scolaire, on vous apporte des solutions pour lutter contre ces indésirables.

 

Les porteurs de poux, ces mal-aimés à l'école

Malgré vos précautions et vos consignes, votre enfant n’a pas résisté à la tentation d’essayer le nouveau bonnet Spiderman de son copain de foot. Et le voilà qui se gratte frénétiquement. Catastrophé, vous vous imaginez déjà devoir prendre congé pour garder votre petit contagieux à la maison. Rassurez-vous…

 
Le Ligueur utilise des cookies pour faciliter la navigation sur ce site web et permettre l’utilisation de ses fonctionnalités. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies. J'accepte l'utilisation des cookies
En savoir plus