Harcèlement : aider l’école
à prendre ses responsabilités

Le harcèlement sévit dans de nombreuses écoles. Des outils existent pour lutter contre. Mais aucune obligation ne contraint les écoles à s’en saisir.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Sur le même sujet

Cyber-harcèlement : mon enfant est concerné, que faire ?

Le phénomène du cyber-harcèlement inquiète, à raison, de nombreux parents. Qui n’a pas été confronté, de près ou de loin, à des SMS un peu « limites », à des messages répétitifs et déplaisants sur un réseau social. Les enfants n’échappent à la règle. En cette journée de lutte contre le cyber-harcèlement, on fait le point avec nos camarades de Webetic.

 

Harcèlement à l’école : objectif, faire mal

Le harcèlement scolaire toucherait, tous âges confondus, 8 à 15 % des jeunes Européens scolarisés. Tu par la victime, sous-estimé voire non pris en compte par les adultes, il peut mener au suicide dans les cas les plus graves. Analyse avec Pascal Vekemans, médiateur scolaire, d’un phénomène sournois qui doit être combattu le plus rapidement possible.

 

Témoignage : « J’avais peur qu’on ne reconnaisse pas le fait que j’ai été harcelée »

À la mi-septembre, la Fédération Wallonie-Bruxelles a été condamnée, au civil, pour une affaire de harcèlement dans une école de la Basse-Sambre. Elle a été jugée responsable du manque de réactivité des membres du personnel d’un athénée en tant que pouvoir organisateur. Au centre de ce dossier, Rosalie, qui évoque ici le calvaire qu’elle a vécu et surtout la façon dont elle s’en est sortie.

 

Harcèlement : la Communauté française condamnée pour un cas d’école

« Cela a été très, très loin. On a failli la perdre, notre fille ». Ève* se replonge pour nous dans le passé. Un passé douloureux. Fin 2015, sa fille a été victime de harcèlement dans une école de la Basse-Sambre. Un jugement vient d’être rendu au civil. Il condamne la Fédération Wallonie-Bruxelles en tant que pouvoir organisateur de l’école. Pour Ève, c’est la fin d’un combat pour son enfant, pour les autres aussi. Elle nous a contacté suite à un article sur le sujet paru dans le Ligueur.

(*) Prénoms d’emprunt