3/5 ans6/8 ans9/11 ans

Hygiène intime des filles : attention, fragile !

Ça pique, ça brûle, ça chatouille… Chez les filles, ces plaintes intimes arrivent parfois plus vite qu’on ne le pense. Comment gérer ces irritations et les prévenir ? Quels sont les bons gestes d’hygiène intime et, surtout, à quel âge doit-on les laisser se débrouiller seules ? On vous explique tout.

Hygiène intime des filles : attention, fragile !

La zone intime chez les filles est particulièrement sensible et fragile. Les raisons ? La pilosité n’est pas encore présente, la protection hormonale est faible et la peau fine et délicate. De plus, à cet âge, l’hygiène de cette partie du corps peut parfois laisser à désirer : votre enfant ne prend pas toujours le temps de se rincer et de s’essuyer correctement après le bain ou la douche, tandis qu’à l’école, les toilettes ne sont toujours pas très accueillantes.

Éviter les tabous

Comment s’y prendre pour éviter ces petites choses qui peuvent engendrer des irritations intimes ? Très vite, vous pouvez la conscientiser sur son hygiène intime : lorsque vous lui donnez le bain, expliquez-lui tout simplement que cette zone de son corps est plus sensible, plus fragile et qu’il faut tout particulièrement en prendre soin.
Lorsqu’elle sera plus autonome pour se laver, montrez-lui comment effectuer les bons gestes pour sa toilette intime. Un apprentissage qui va de pair avec celui de la découverte de son corps, tout en douceur. Autre cap, vers 7 ans, lorsque votre enfant devient plus pudique et qu’elle voudra se laver toute seule : respectez ce besoin d’intimité tout en vous assurant que les bons gestes continuent à être effectués.
Important : la toilette intime doit être un sujet sans tabou. Votre enfant doit se sentir en confiance et doit pouvoir en parler si quelque chose ne va pas. N’hésitez pas à lui poser des questions pour savoir si tout se passe bien : n’a-t-elle pas besoin d’aide ou ne se pose-t-elle pas d’autres questions ?

Pour l’enfant, l’apprentissage de l’hygiène va de concert avec la découverte de son corps

Autre piste, si vous êtes un peu perdu·e pour aborder ce sujet avec elle : beaucoup d’écoles proposent désormais des cours d’éducation sexuelle où les enfants apprennent la différence entre petites filles et petits garçons, le respect de son corps et de celui de l’autre… Libre à vous de vous appuyer sur ces notions apprises en classe pour guider votre enfant dans l’apprentissage d’une bonne toilette intime.

COMMENT ÉVITER LES IRRITATIONS ?

Astuces pour éviter les inflammations, surtout si votre petite fille a une peau particulièrement fragile qui la rend sujette aux irritations :

► Préférez les vêtements amples (surtout au niveau de l’entre-jambe) aux vêtements trop serrés qui, eux, peuvent être sources de frottements et de transpiration, donc de macérations et d’irritations.
► Optez de préférence pour les sous-vêtements en coton.
► Changez les sous-vêtements tous les jours… voire plus en cas de petit accident (même quelques gouttes) : même légères, les fuites urinaires créent une humidité qui peut être responsable d’irritations voire même d’infections.
► Privilégiez les douches aux bains pour éviter la macération, tout en évitant les douches vaginales, fort agressives.
► Lavez les parties intimes à l’eau claire et avec les mains, en se limitant à l’extérieur pour ne pas perturber la flore interne. Si vous utilisez un gant de toilette, il peut servir pour le reste du corps : veillez cependant à la changer chaque jour car c’est un nid à microbes !
► Utilisez une serviette douce pour se sécher en tamponnant délicatement et en n’oubliant pas les plis dans l’aine.
► N’oubliez pas la douche après les bains d’eau salée, les piscines chlorées ou les jeux dans le sable.
► Apprenez à votre petite fille à s’essuyer précautionneusement après avoir été aux toilettes : de l’avant vers l’arrière pour éviter l’arrivée de bactéries en provenance des selles vers le vagin. Rappelez-lui de se laver les mains après. Expliquez-lui aussi combien il est important de ne pas se retenir d’aller aux toilettes : c’est souvent à ce moment-là que surgissent les fuites.
► Utilisez éventuellement des lingettes humides, à glisser dans une petite trousse dans le cartable si les toilettes de l’école laissent à désirer et que le papier vient souvent à manquer (notre conseil : les lingettes intimes Saforelle Miss).

COMMENT TRAITER LES IRRITATIONS ?

Les symptômes d’une petite irritation (vulvite) sont facilement repérables : rougeurs, peau irritée, voire lésée, et lèvres qui peuvent aussi être gonflées. Autres indices : votre petite fille se frotte souvent l’entre-jambe ou se plaint des sensations de brûlures ou de démangeaisons.
Pour se débarrasser de ces inflations, des produits tout doux peuvent être utilisés :

► Les savons d’hygiène intime, vendus en pharmacie et qui conviennent aussi pour les (jeunes) enfants : on vous recommande tout particulièrement le Soin intime et corporel de Saforelle ou encore le Cicaplast lavant B5 gel moussant assainissant apaisant de La Roche-Posay.
► Les crèmes apaisantes, par exemple la Cicalfate d’Avène, en vente en pharmacie également.

Bon à savoir, par contre : en cas d’irritations, on évite les lingettes qui, elles, peuvent dessécher la peau.
Si malgré ces produits, l’irritation persiste et est très douloureuse et étendue, consultez un médecin. Idem si votre fille se plaint de douleurs en urinant ou s’il y a présence de sang dans les urines : c’est peut-être une infection urinaire.
Les vulvites, souvent bénignes, sont courantes chez la petite fille entre 3 et 6 ans. Il ne faut donc pas s’alarmer outre mesure. Elles passent souvent d’elles-mêmes vers 8 ans avec la croissance de la région pelvienne et de meilleurs réflexes d’hygiène. Même si la fillette est sujette aux vulvites dans l’enfance, elle ne sera pas plus exposée aux infections intimes durant l’âge adulte.

Charlotte Costenoble

La question

Et chez les garçons ?

Chez le petit garçon, de petites irritations (appelées balanites) peuvent apparaître au niveau du prépuce ou du gland. Ces inflammations, le plus souvent bénignes, sont généralement dues à une hygiène maladroite. Le prépuce, recouvrant le gland, rend le nettoyage de cette zone plus difficile.
Conseil : dès le plus jeune âge, lavez à l’eau claire en essayant éventuellement de décalotter tout doucement sans forcer dans le bain (demandez auparavant conseil à votre médecin ou à votre pédiatre).
Plus tard, vers 5-6 ans, expliquez à votre petit garçon l’importance du décalottage pour un nettoyage intime optimal. Les balanites guérissent en quelques jours avec des soins locaux (nettoyage local). Une hygiène correcte permet un retour rapide à la normale.

Dse parents en parlent...

L’effet miroir

« Avec ma première fille, j’ai utilisé les douches et les bains que nous prenions ensemble pour faire cet apprentissage de l’hygiène. Carolina s’amusait évidemment à imiter tout ce que je faisais, c’est comme cela qu’elle a appris à utiliser des produits différents pour les soins intimes, à faire attention à bien se sécher. Aujourd’hui, je reproduis ce même schéma avec sa petite sœur en espérant que ça fonctionne aussi bien. »
Justine, maman de deux filles de 2 et 9 ans

Rien… puis tout !

« Pendant un temps, vers ses 9 ans, Kate ne voulait plus se laver. L’hygiène, c’était un truc dont elle se fichait. Puis elle a eu quelques réflexions à l’école, à la danse, au sport… Et elle est passée d’un extrême à l’autre en voulant tout le temps se laver, se récurer même, avec des produits pas du tout adaptés. Elle en a fait une infection vaginale qui lui a un peu servi de leçon. Depuis, elle fait super attention et me demande des produits qui conviennent à son âge et à sa peau. »
Lucinda

Sur le même sujet

Se laver : quelle idée !

Pourquoi, tout d’un coup, certains enfants - des garçons mais aussi des filles, oui, oui ! - n’ont plus le goût de se laver ? Pour les parents, cela devient parfois la croix et la bannière de les tirer jusqu’à la baignoire. La saleté aurait-elle du bon ?