3/5 ans

Il ne sait pas jouer seul !

« Tu fais une tour avec moi ? ». Bon, d'accord pour dix minutes de cubes et après vous continuerez vos activités. À moins que... « Dis, tu m'aides pour mon dessin ? ». Chaque soir, c’est la même rengaine. Pour jouer, votre enfant semble ne pas pouvoir se passer de vous. Il va donc falloir lui apprendre.

Il ne sait pas jouer seul !

Plus petit, votre bébé passait des heures à observer et à manipuler tout ce qui lui tombait sous la main. Aujourd’hui, le voilà incapable de s’occuper seul cinq minutes malgré la multitude de jouets à sa disposition. Depuis qu’il a découvert les plaisirs de jouer avec d’autres, votre enfant ne peut plus s’en passer.
Pourtant, apprendre à jouer seul est essentiel pour développer son intelligence et sa créativité. C'est en partie durant ses jeux en solitaire que votre enfant construit sa personnalité. En jouant seul, il est obligé de déployer son monde imaginaire. Il dialogue avec ses poupées, échafaude toutes sortes d’histoires, imite, fait semblant… Il se forge un « je ».

Apprivoiser la solitude

Apprendre la solitude est un passage obligé. Même si les autres permettent à votre enfant d'exister, il ne peut être constamment dépendant d'eux et de leur présence. Apprendre à jouer seul, c’est supporter l’absence et apprivoiser la solitude. Cette capacité à être seul, sans angoisses, lui servira toute sa vie. Si vous êtes constamment partie prenante de ses jeux, les dés sont faussés et tout le processus entravé.
À partir de 3 ans, un enfant doit aussi comprendre qu’il ne peut pas être tout le temps le centre de l’attention. Que parfois, papa et maman ne sont pas disponibles car ils ont des occupations d’adultes (le travail, la visite d’amis, le repas, le ménage…). C’est d’autant plus vrai dans les familles monoparentales où le parent doit gérer seul son enfant et l’intendance de la maison.

Jouer seul comme un grand, ça s’apprend !

Jouer avec son enfant c’est important et agréable… à condition d’en avoir vraiment envie. Mieux vaut donc jouer dix minutes en y prenant du plaisir que deux heures en vous forçant. Votre enfant vous appelle pour jouer avec lui ? Ne vous sentez pas obligé de vous précipiter à quatre pattes sur la moquette ! Répondre que pour l’instant vous êtes occupé ne fait pas de vous un parent indigne. Néanmoins, votre enfant aura besoin de vous pour apprendre à jouer tout seul. 

► Donnez-lui des idées. Seul, il ne sait pas quoi faire... Sans lui imposer un jeu, aidez-le à en choisir un. Veut-il faire un beau dessin pour son papa ? Ou construire un château avec ses blocs ? S’il résiste, n’hésitez pas utiliser l’humour. Vous pouvez le titiller en lui disant : « Ah, c'est vrai, tu n'as aucun jeu ! ». « Si j'en ai ! », vous répondra-t-il, un peu piqué. « Ah, oui, et lequel préfères-tu ? ». Une fois qu'il en aura sorti un, il aura sûrement envie de jouer avec.
Veillez à ce que ses jouets soient rangés et visibles ! S’ils sont dans les armoires, ils n’attirent pas l’œil. Misez sur des tiroirs transparents, des bacs ouverts et à hauteur d’enfant… Si ses jeux sont bien mis en valeur, votre chéri(e) aura envie d’aller vers eux.
► Expliquez-lui qu’on peut jouer l’un à côté de l’autre sans que ce soit toujours ensemble. Proposez-lui, par exemple, d’emmener son cahier de coloriage dans la cuisine et de vous faire un beau dessin pendant que vous préparez le repas. Ou de jouer avec ses Lego alors que vous lisez votre livre.
► Restez dans les parages et parlez à votre enfant tout en vaquant à vos occupations. Vous avoir dans son champ de vision le rassurera et lui permettra de jouer sereinement. Progressivement, vous pourrez lui proposer de jouer dans sa chambre, après avoir vérifié qu’elle est bien sécurisée. De temps en temps, allez voir s’il joue et s’amuse bien.
► Encouragez-le. Observez-le en train de jouer et quand il réussit quelque chose, félicitez-le. N’hésitez pas à lui témoigner votre fierté « d’avoir un grand garçon - ou une grande fille - qui sait jouer tout seul ». Il sera sans aucun doute fier de vous montrer ce qu’il aura réalisé tout seul.
Enfin, ne soyez pas trop exigeant. À cet âge, l’enfant est capable de jouer seul pendant 20 à 30 minutes. Il est donc normal qu’il s’interrompe pour venir vous voir.

Détecter les appels à l’aide

Si malgré tout, votre enfant refuse de jouer seul et semble malheureux, il faut en chercher les causes. Peut-être a-t-il l'impression que vous ne faites pas assez attention à lui ? Il se peut aussi qu’il vous sente préoccupé ou qu’il vienne de vivre un grand changement (séparation, déménagement…). Refuser de jouer seul est alors un moyen d’attirer votre attention, de vous faire comprendre qu’il a besoin de votre présence aimante et rassurante.
Ne forcez pas les choses. Petit à petit, il découvrira de nouvelles façons d’utiliser ses jouets et vous sollicitera de moins en moins. Le moment où vous devrez l’appeler quatre fois pour qu’il descende manger viendra bien assez tôt !

Gaëlle Hoogsteyn

En pratique

Astuces de parents

  • Lise, 33 ans : Trop de jouets tuent le jouet. Lors de nos dernières vacances en avion, nous étions limités au niveau des bagages. Nous n’avons donc pris que quelques jeux. Notre fille n’a jamais autant joué seule. Avec un bonhomme et une voiture, elle s’inventait des histoires et jouait durant des heures.
  • Benoît, 35 ans : Nous avons installé un système de rotation. Une fois par semaine, on monte certains jouets dans la chambre et on en descend d’autres dans le salon, qu’on pose bien en évidence dans le coin « jeu ». Cela renouvelle l’intérêt de notre fils pour ses jeux.
Sur le même sujet

3-8 ans : poupées, châteaux et autres découvertes

Votre enfant grandit et les activités se diversifient, histoire de lui faire découvrir la culture sous toutes ses coutures. Des livres et de la musique, encore. Mais c’est aussi le temps des premiers cinés et spectacles, des premières visites d’expos. De quoi multiplier les apprentissages et aiguiser sa sensibilité à l’art… tout en s’amusant.

 

Frères et sœurs, si près… si loin

Vêtements, sorties, argent de poche, télévision, ordinateur… tout est prétexte à discussions et à comptes d’apothicaire. Chaque enfant défend sa chapelle et se compare à son frère ou à sa sœur, à qui on passe tout, bien sûr ! À tel point que vous, parents, finissez par douter de votre impartialité à leur égard. Comment satisfaire chacun selon son âge et sans inégalités ?