6/8 ans

Il se ronge les ongles

La manie de se ronger les ongles se retrouve chez près d’un môme sur trois et survient généralement vers l’âge de 8 ans, après l’abandon de la succion du pouce. Anxieux, votre enfant ?

Il se ronge les ongles - Thinkstock

Certains petits bouts sont cependant plus précoces et s’en prennent à leurs doigts dès l’âge de 3-4 ans.
Elena, maman de Nina, raconte que sa fille à commencer à se ronger les ongles peu de temps avant la rentrée à l’école primaire : « Comme nous l’avait conseillé le pédiatre de Nina, nous avons tenté de la préparer doucement à la rentrée scolaire de septembre. Nous lui avons expliqué qu’elle deviendrait une grande fille, entourée de copains et copines et qu’elle passerait du bon temps à chanter, à danser et à apprendre à lire… Mais peu de temps après cette annonce, Nina a commencé à s’arracher des petits bouts d’ongles, à se mordiller les doigts de façon de plus en plus régulière. Personne dans notre famille ne se ronge les ongles. Où a-t-elle vu cela ? Et surtout comment faire pour qu’elle arrête… »

L’anxiété…

Le pédiatre Yann Oliveux explique que cette manie peut avoir différentes origines. « Elle peut être mimétique : l’enfant voit un adulte référent - père, mère, instituteur - qui se ronge les ongles et décide de recopier ce geste qui lui semble anodin. Elle peut également traduire une anxiété face à une situation troublante liée à un évènement venu dérégler son quotidien : rentrée scolaire, divorce, naissance d’un frère… »
Ici, se ronger les ongles devient une façon d’extérioriser son angoisse, sa nervosité ou son insécurité. Le problème est identique lorsque l’enfant se tripote une mèche de cheveux ou mâchonne l’oreille de son doudou. Pour le pédiatre, il est nécessaire de tenter de trouver ou de situer l’origine de cette manie. Et de conseiller : « Ne harcelez surtout pas votre enfant en permanence et ne l’humiliez pas en public, cela le plongerait dans un mal-être qui renforcerait ses petites crises d’inquiétude. Il a plutôt besoin de parents qui l’écoutent. Il est aussi possible de poser sur ses ongles un pansement ou un vernis spécial au goût amer qui aura un effet dissuasif, sachant que ce type de manie disparaît généralement seule, avec le temps. »

… De la tête au pied !

Virginie, maman de Lili, a un souci avec sa fille de 6 ans qui depuis plusieurs mois se ronge les ongles des mains, mais aussi les ongles des pieds ! « J'ai essayé le vernis amer, sans grand espoir. Et, en effet, ça n'a rien changé... J'avoue être un peu démunie devant ce problème car je n'arrête pas de me dire que si elle ronge ses ongles, c'est parce qu'elle est stressée et je me sens responsable. Je suis séparée de son papa qui ne s'en occupe plus beaucoup et, depuis quelques mois, j'ai un nouvel amoureux. Cependant, elle avait ce problème avant que je ne les fasse se rencontrer. J’ai des difficultés à comprendre pourquoi elle a pris cette mauvaise habitude. D’autant plus que ma fille paraît très sereine à la maison comme à l'école. Elle est très dégourdie et très débrouillarde. Aucunement réservée, bien au contraire... Tout semble aller bien : alors pourquoi ? »

L’écoute avant l’humour

La fonction de cette manie est probablement d’apaiser les tensions internes. Ce geste associe à la fois le plaisir de la succion du doigt et la réprobation chez les parents. Face à cela, une attitude rassurante, attentive mais compréhensive, aura davantage d’effet que des réactions d’interdiction fermes qui risquent d’aggraver le symptôme.
Le psychologue clinicien Alan Brouiller, avec d’autres mots dit à peu de choses près la même chose : « Aider son enfant à mettre en mots ce qui le malmène est donc la première étape vers la maîtrise de soi. Il peut s’agir d’un souci à l’école comme de mauvaises notes, d’une perte de confiance momentanée, d’une complication relationnelle avec ses camarades. »
Pour le psychologue, il est en tout cas plus important que l’enfant soit rassuré par ses parents. Et de conclure que, plus que l’autorité, plus que l’humour, c’est l’écoute qui sera nécessaire.

Karin Mantovani

Bon à savoir

 POUR L’AIDER À SURMONTER SON ANXIÉTÉ

  • Encouragez-le à se livrer à des activités qui occupent les deux mains - collage, modelage, découpage, plasticine…
  • Essayez de lui proposer un chewing-gum sans sucre ou un bonbon pas trop sucré, il aura ainsi quelque chose à mâcher ou à sucer.
  • Proposez-lui des activités relaxantes ou du sport qui favorisent la détente et mobilisent les mains (poterie, piscine, yoga…).
  • Changez-lui les idées afin qu’il mobilise son esprit par les jeux de société, très prenants. Le temps de la partie, il en oubliera peut-être de maltraiter ses doigts.
  • Et si votre enfant ne fait que copier l’un ou l’autre adulte de son entourage, pourquoi ne pas envisager de tenter d’arrêter ensemble en se soutenant mutuellement ?

À lire

La sorcière qui se rongeait les ongles, de Serge Boëche chez Sedrap ou comment une princesse passait tout son temps à dévorer ses doigts.

Sur le même sujet

Un agenda de ministre n’aide pas à bien grandir

Actuellement, nos enfants ont des agendas très remplis. Avec l'école, les activités extrascolaires, les stages sportifs ou les ateliers artistiques, ils n'ont plus guère le temps de s'ennuyer.

 

Le stress à tout âge !

Le stress... On en parle de tous les côtés, il serait la cause de bien des maux ! Mais qu'en est-il ? On entend aussi parler du bon stress, existe-t-il ? Voilà une question qui nous préoccupe tous, des plus petits aux plus grands !