Vie de parent

Indochine dénonce le harcèlement scolaire

Le clip « College boy », une des dernières chansons d’Indochine, fait débat avant même d’être diffusé. Il montre un élève victime de harcèlement scolaire. Et c’est violent. Au delà de la cruauté des images, ce harcèlement à l’école existe sous d’autres formes. Comment aborder le sujet avec nos enfants ou nos élèves ?

Indochine dénonce le harcèlement scolaire - Noesis Kane by Flickr

Le clip dure 6 minutes, il est filmé en noir et blanc. Dans un collège, des élèves s’en prennent à un de leur camarade. Boulettes de papier et ballons de basket envoyés sur la tête, puis des coups, violents, suivis d’humiliations. Le bouc-émissaire se fait frapper, uriner dessus avant de finir explosé par des balles dans le ventre. C’est cruel. C’est le dernier clip d’Indochine pour la chanson « College boy ». Un clip qui, selon le chanteur du groupe, se veut « éducatif » et pas polémique.

Scandaleusement attractif

Mais des images si violentes peuvent-elles vraiment « éduquer » les élèves ?
Pour le pédopsychiatre Jean-Marie Gauthier, ce clip est fait, surtout, pour vendre. « C’est scandaleusement attractif. Nous sommes complètement dans une logique commerciale. Ce clip n’est pas du tout éducatif. L’exemple de la violence n’a jamais aidé à supprimer la violence. Les enfants sont déjà assez confrontés à des images violentes gratuites tous les jours via des films, les médias,…
Cette logique de vente est complètement contradictoire : on montre de la violence à l’école pour éduquer. » Et pour ce pédopsychiatre, ce clip pourrait même donner de mauvaises idées aux élèves « Les enfants s’identifient facilement à des images violentes et la violence ne peut qu’engendrer la violence donc j’espère que ce clip sera censuré. »

La difficulté d'en parler

La psychologue Fabienne Glowacz est moins alarmiste. « Le côté extrême montré dans ce clip ne va pas favoriser l’identification des jeunes. Les élèves du clip sont assez âgés, la famille très vieille France n’est pas un modèle familial rependu chez nous. Et puis il est rare de voir une telle violence à l’école. Le harcèlement scolaire est plus insidieux, moins visible.
Pour moi ce clip ne dénonce pas grand-chose, mais c’est un outil intéressant que peuvent utiliser parents et professeurs pour ouvrir le débat avec les jeunes. C’est l’occasion de dire aux jeunes que le harcèlement scolaire existe, mais qu’il ne prend pas toujours cette forme là. Ca peut être un enfant qui se fait caricaturer par les autres, ou vider sa mallette par terre dans la cour,… Et il existe des boucs-émissaires à tout âge : des primaires aux études supérieures !
Ce qu’il est important de dire aux enfants, c’est que la plus grande difficulté quand on vit ça, c’est d’en parler. L’élève qui souffre reste souvent enfermé dans un silence. Et les témoins de ces scènes osent rarement parler. On peut favoriser l’empathie chez l’enfant, insister sur ce que ressent l’élève insulté,…
Et puis rappeler des valeurs familiales telles que le respect, la tolérance,…
Mais ce n’est pas un tel clip qui peut éduquer au harcèlement scolaire. Cette prévention doit se faire à différents niveaux : avec les enseignants, les parents,… »

Estelle Watterman - 02/05/2013

Sur le même sujet

Harcèlement : tous concernés !

En France, une campagne « Mobilisons-nous contre le harcèlement » a été lancée ce mois-ci à destination des jeunes par le ministère de l’Éducation nationale. Parallèlement, un site extrêmement complet a été dédié à la question du harcèlement.

 

Harcèlement : 1 élève sur 6 est victime

Près d’un élève sur six (16,4%) est concerné par le harcèlement à l'école. Mais qui sont ces jeunes bourreaux ? Et que faire en tant que prof, directeur et parent pour éviter ce phénomène ?