Vie de parent

Je travaille et je dois caser mes enfants

Zut, pas de congé à l’horizon avant l’été ! Pas de panique : on vous aiguille pour dénicher le stage qui fera mouche auprès de votre enfant. Et si vous avez la chance de pouvoir compter sur les grands-parents ou d’autres proches durant les vacances, on vous glisse des idées qui devraient les aider à occuper joyeusement vos marmots…

Je travaille et je dois caser mes enfants

Les stages, c’est exotique !

Un stage, pour quoi faire ?

Elle est révolue, cette époque où les stages ne proposaient aux enfants que du sport, de la musique, de la danse ou du dessin. Aujourd’hui, les thématiques sont innombrables, parfois mêmes très pointues. À la fois une bonne et une mauvaise nouvelle. L’importance de l’offre permet, en effet, aux enfants de découvrir et de s’initier à une multitude de disciplines. Mais gare à la course à la performance et au savoir qui pourrait nous inciter à inscrire notre petit à un cours d’anglais ou de sciences plutôt qu’à un « banal » stage de cuisine ou de marionnettes.
Rappelez-vous les buts premiers d’un stage : l’amusement et la détente (après tout, ce sont les vacances !), ainsi que le plaisir et la découverte de la vie en collectivité.

Quel budget prévoir ?

Des stages, il y en a pour tous les prix : cela peut aller de 50 à 200 € la semaine, une facture qui gonfle encore pour les stages en internat ou à l’étranger. Que faire pour épargner son portefeuille, surtout si vous avez plusieurs marmots à caser ?
À retenir : de manière générale, les stages et plaines proposées par les écoles et les communes sont les plus économiques, devançant ainsi les activités organisées par les associations et les musées et puis, enfin, par les structures privées.
À savoir aussi : certains types de stages (d’équitation ou de langue, par exemple) sont souvent onéreux. Votre gamin en rêve ? Pourquoi ne pas le lui offrir en lui annonçant que cette semaine est aussi son cadeau anniversaire ? À ne pas perdre de vue : les stages font partie des frais de garde qui peuvent être déductibles fiscalement. Infos et conditions : www.belgopocket.be (tapez « frais de garde » dans le moteur de recherche).

Quel type de stage choisir ?

Faut-il proposer à mon enfant une thématique qui colle à ses goûts et ses aptitudes ou qui, au contraire, en développe d’autres ? Peu importe, aurait-on tendance à répondre, pour autant que votre marmot y prenne du plaisir. D’autres critères entrent aussi en ligne de compte : la proximité de la maison ou de votre boulot, le coût (lire ci-dessous) et les places libres, surtout si vous êtes du genre dernière minute. Votre gamin vous en imposera peut-être un de plus : être avec les copains. Autre critère enfin, surtout si votre enfant est encore petit : l’encadrement. Si vous ne connaissez pas l’organisateur du stage, assurez-vous qu’il a l’agrément ONE, qui certifie notamment que les animateurs sont qualifiés et que les rythmes de l’enfant sont respectés.

Où dénicher un stage ?

Via l’école.

Certains établissements scolaires (davantage ceux du réseau officiel que du libre) proposent des garderies. Parfois aussi des stages thématiques y sont organisés, le plus souvent via une association qui travaille de concert avec l’école.
Avantage : si votre enfant a du mal à s’habituer à un nouvel environnement, il connaît déjà les lieux et parfois même les « dames » de la garderie. Et retrouvera des copains qu’il côtoie durant l’année.

Via votre commune.

La plupart des communes renseignent, via leur site internet, les possibilités de gardes d’enfants durant les congés : on y trouve aussi bien les fameuses plaines de vacances et stages parascolaires que les coordonnés des associations actives sur le territoire communal.
Avantage : les prix défient souvent toute concurrence. Pensez aussi à visiter le site des communes voisines.

Via les musées ou les centres culturels.

Ces lieux sont de plus en plus nombreux à proposer des stages pour les enfants en lien avec leurs projets culturels. Des stages qui allient souvent découverte et expression artistique. De quoi s’improviser musicien, photographe, acteur ou peintre.
Avantage : les enfants sont encadrés par des spécialistes, fins connaisseurs de la thématique, et profitent de l’infrastructure (et des œuvres) du musée.

Via votre mutuelle.

La plupart des mutuelles proposent à leurs membres des séjours durant les congés. Bien plus que des stages, il s’agit de « vraies vacances » sans les parents, en Belgique ou à l’étranger, notamment des sports d’hiver, puisque c’est de saison.
Avantage : le prix et l’offre qui s’adresse surtout aux ados.

Via notre site leligueur.be et le web

Sur notre site, une rubrique (Les bons plans du Ligueur) recense des dizaines de stages pour enfants. Des stages organisés par des associations, des lieux culturels et des particuliers, mais aussi des renvois vers des institutions tels que l’Adeps, le Cemea, les Jeunesses scientifiques, l’UCPA…
Avantage : la possibilité de faire des recherches par âge et par province. Certains sites renseignent aussi, en temps réel, si le stage est complet ou non.

La famille, c’est utile !

Pour les 3 à 5 ans

● Kit de survie : vous avez peur que vos petits tournent en rond parce que chez papy et mamy, les jeux et bouquins ne sont pas légion ? En plus des vêtements, des bottes et du doudou, emportez une caisse avec de quoi les occuper. En plus de leurs jouets, livres, CD et DVD favoris, allez en louer d’autres à la ludothèque, à la bibliothèque ou à la médiathèque du coin.

● Grenier aux souvenirs : même s’ils ne posent pas explicitement de questions, les enfants raffolent des histoires qu’on leur raconte, « de quand maman, papa ou tata étaient petits ». Et pour mettre en scène ces anecdotes, pourquoi ne pas passer par la cave ou le grenier, à la recherche de jouets, livres et autres objets ayant appartenus à leurs aînés ?

● Jamais trop tôt pour les expos : elles sont rares, les expos pour tout-petits. Pour le moment, il y en a trois à Bruxelles qui valent vraiment le détour : Des jouets qui font Pouet (Porte de Hal), La cité des enfants (CIVA, à Ixelles) et Les bébés animaux (Musée des Sciences naturelles, Ixelles). D’autres expos, pour tous les âges et dans tous les coins de Wallonie dans nos bons plans.

6 - 8 ans

● En route pour le carnaval : lequel choisir parmi les nombreux du pays ? On vous en conseille sur leligueur.be et retrouvez toutes les dates de ces carnavals sur www.opt.be

● Un tour au musée : vos marmots sont chez les grands-parents toute la semaine ? Plein d’idées de musées danj nos bons plans. Au détour, sachez que 100 musées sont gratuits chaque 1er dimanche du mois dont le 2 mars, date du début du congé de carnaval. 

● Cuisiner, mais à la mode : si grand-mère (ou grand-père !) adore cuisiner et faire des gâteaux avec les petits, proposez-lui, pour être à la page, de faire des cupcakes ou des popcakes. Des recettes circulent sur le web.
Dans les magasins (jouets ou librairie), on trouve des livres-coffrets avec recettes et matériel.

9 - 11 ans

● Ciné pour jours de pluie : parmi les sorties attendue pour le congé de carnaval, il y a La grande aventure Lego ou encore, Minuscule (sortie le 26 février) à voir sans hésiter. Toujours côté ciné : Le Festival Anima à Bruxelles et en Wallonie du 28 février au 9 mars.

● Parlez-leur de vos passions : jardinage, tricot, bricolage, photo, ornithologie, calligraphie… rares sont les grands-parents qui ne sont pas animés d’une passion, même un peu incongrue pour les plus jeunes. Et si le temps était venu de faire enfin partager cette activité aux petits-enfants ?

12 ans et plus

● Sympa à visiter pour les grands-parents et les ados (s’ils daignent les accompagner !) : l’expo sur les 100 ans de la radio en Belgique, à Tour et Taxis (Bruxelles).
Et aussi, moins léger, mais tout aussi propice à la transmission : le tourisme de mémoire lié au centenaire de 14-18.

Anouck Thibaut

ASTUCE

● Les horaires des stages ne sont compatibles avec les vôtres ? Une parade : dénichez un stage à proximité de chez les grands-parents. Et arrangez-vous avec ces derniers pour qu’ils reprennent votre marmot en fin de journée. Mieux, il pourrait même passer la nuit chez eux.

● Des musées et centres culturels proposent des stages intergénérationnels, généralement pour un ou deux jour(s). Une idée à glisser aux grands-parents. Ou pour vous, si vous pouvez prendre un jour de congé. Retrouvez certains de ces stages dans nos bons plans.

Sur le même sujet

Le congé de carnaval, pas si simple si je travaille, si je suis en congé ou si je pars

Le calendrier, cette année, est clément avec les parents. Vous avez encore un gros mois pour organiser cette semaine - dite ! - de détente que vous soyez au turbin ou en congé, que vous soyez à sec financièrement ou que vous ayez quelques économies. Pour vous donner le coup de pouce nécessaire, pour revigorer aussi votre imagination, le Ligueur a rassemblé pour vous une série de pistes, d’idées et de bonnes adresses pour que ce congé de carnaval soit simplement… joyeux pour les petits comme pour les grands.

 

J'ai congé et les enfants aussi

Qu’il vente ou qu’il pleuve, il faut sortir les enfants. L’actualité nous en donne l’occasion en 2014, déclarée année du tourisme de la mémoire. Deux commémorations pas vraiment rigolotes certes, mais intéressantes en termes de transmission de notre Histoire avec un grand H et, qui sait, peut-être aussi de l’histoire familiale. Vous vouliez vous remonter le moral ? D’autres activités vous sont proposées, avec notamment de la convivialité à la clé. Voilà déjà que certains se sentent mieux… À vos choix !

 

J'ai congé et je pars

Voyager loin avec ses enfants n’est pas un problème. À condition de régler d’emblée les questions que vous posent ceux qui n’ont jamais essayé. Des plus grands aux plus petits, passage en revue des possibilités.