Vie de parent

Je travaille et les grands-parents sont occupés

Le stage est la meilleure solution pour caser intelligemment ses marmots quand on travaille et que les grands-parents sont occupés. Le stage, d’accord. Mais lequel ? Où le trouver ? Petit tour de toutes vos questions avec pistes à l’appui. Et sur leligueur.be, on vous aiguille vers des dizaines de stages.

Je travaille et les grands-parents sont occupés

STAGES

Où le trouver ?

  • L’école
    Certains établissements scolaires proposent des garderies et même des stages thématiques organisés via une association qui travaille de concert avec eux.
    Idéal pour les 3 à 6 ans : votre enfant connaît déjà les lieux, parfois même les « dames » de la garderie, et y retrouvera des copains.
  • La commune
    La plupart des communes renseignent via leur site web leurs solutions de garde durant les congés - les plaines de vacances comme les stages parascolaires - dont les prix défient souvent toute concurrence. Elles indiquent aussi les coordonnés des associations actives sur le territoire communal.
    Ces stages conviennent bien aux 4 à 8 ans : les thèmes des activités sont très généralistes comme l’initiation à la musique, au sport, etc.
  • Les musées ou centres culturels
    Les musées et autres espaces culturels sont de plus en plus nombreux à proposer des stages pour les enfants en lien avec leur objet. De quoi s’improviser musicien, photographe, acteur ou peintre en étant encadré par des spécialistes fins connaisseurs de la thématique et profiter de l’infrastructure et des œuvres de ces lieux.
    Des activités plus pointues et donc sympas pour les 6 à 12 ans.
  • La mutuelle
    La plupart des mutuelles proposent à leurs membres des séjours durant les congés : de « vraies vacances » sans les parents en Belgique ou à l’étranger, notamment aux sports d’hiver, puisque c’est de saison.
    Une offre qui s’adresse surtout aux 12 à 15 ans et +.

Lequel choisir ?

Faut-il proposer à votre enfant un thème qui colle à ses goûts et ses aptitudes ou, au contraire, en profiter pour qu’il en développe d’autres ? Peu importe, a-t-on envie de vous répondre, pour autant que votre marmot y prenne du plaisir. D’autres critères entrent aussi en ligne de compte : la proximité de la maison ou de votre boulot, le coût (lire ci-dessous) et les places libres, surtout si vous vous êtes mis à chercher en toute dernière minute. Votre gamin vous imposera peut-être un critère de plus : être avec ses copains.

Quel encadrement ?

La sécurité de votre enfant est sans doute le critère de choix le plus important, surtout s’il est très jeune. Donc, autant vous poser des questions sur l’encadrement. Si vous ne connaissez pas l’organisateur du stage (ou qu’il ne vous a pas été conseillé via des amis, des parents en qui vous avez confiance), assurez-vous qu’il a l’agrément ONE qui certifie notamment que les animateurs sont qualifiés et que les rythmes de l’enfant sont respectés.

Combien ça coûte ?

Des stages, il y en a pour toutes les bourses : leurs prix tournent souvent autour de 50 à 200 € la semaine. Les stages et plaines proposés par les écoles et les communes sont souvent les plus économiques. Viennent ensuite les activités organisées par les associations et les musées. Puis celles proposées par les structures privées. Rappel : les stages font partie des frais de garde déductibles fiscalement.

Anouck Thibaut

SOS débrouille

Vous n’avez pas encore déniché de stage en cette veille de congé de carnaval ? Voici quelques trucs et astuces pour vous dépanner.

  • Impossible de trouver à la dernière minute un stage près de chez vous et les grands-parents sont loin. Une parade : dénichez un stage à proximité de chez eux. Et arrangez-vous avec ces derniers pour qu’ils reprennent votre marmot en fin de journée et qu’il passe la nuit chez eux.
  • Faites jouer l’entraide et la solidarité avec vos voisins, vos copains ou vos frères ou sœurs. Arrangez-vous pour prendre, à tour de rôle, un jour de congé et rassemblez ainsi tous les enfants.

Pensez déjà à Pâques

Les offres des stages sont nombreuses, même en dernière minute. Seul conseil pour dégoter « le » stage dont vous (ou votre enfant) rêvez : anticipez et notez la date du début des inscriptions !
Bon à savoir, pour les sportifs : l’ouverture des stages Adeps (www.adeps.be) pour l’été est fixée au 20 avril.

Sur le même sujet

Carnaval : comment occuper les enfants ici ou ailleurs

Les parents le savent, le calendrier est immuable. Nous voilà à peine sortis des fêtes de fin d’année que le carnaval et ses cotillons se profilent à l’horizon. Branle-bas de combat dans les chaumières ! Qui va garder les gosses ? Comment faire pour que vous puissiez être en paix au bureau sans que les enfants trinquent ? En cette veille de congé de détente (comme on doit dire aujourd’hui !), le Ligueur a choisi de faire dans le pratique : des idées et des pistes d’activités, des conseils pour prévenir tout désagrément et des modes d’emploi pour garder la bonne humeur de tous au zénith.

 

Nous restons ici : ils sont à la maison avec moi ou avec mamy

Il fait un temps de cochon et il est impossible de s’aérer ? Vous travaillez et vous avez déposé les enfants chez papy et mamy ? Ou vous avez tout simplement envie de passer un congé cocoon en famille ? Voici des idées pour occuper vos petits et plus grands. Gratuitement ou avec deux fois rien. Avec des modes d’emploi faciles à refiler aux grands-parents.

 

Je travaille et les grands-parents sont occupés

Le stage est la meilleure solution pour caser intelligemment ses marmots quand on travaille et que les grands-parents sont occupés. Le stage, d’accord. Mais lequel ? Où le trouver ? Petit tour de toutes vos questions avec pistes à l’appui. Et sur leligueur.be, on vous aiguille vers des dizaines de stages.

 

J’ai un ou deux jours de congé… un peu de culture, ça fait du bien

Faut-il avoir peur de la culture avec un grand C ? Sûrement pas quand il s’agit des carnavals qui dévoilent un pan de notre histoire. Et puis, les déguisements ou confettis, les marmots en raffolent. À vivre à la maison ou au cœur d’un « vrai » carnaval. Et pour ceux qui n’aiment pas le bruit et les serpentins dans le cou, cap sur les musées et les cinémas. C’est aussi gai !