Vie de parent

Jeux de société

Activité rassembleuse par excellence, le jeu de société est un secteur toujours aussi foisonnant tant l’imagination des créateurs, aussi bien du côté du matériel que des mécanismes, semble sans limite. Nos élus, parmi les quelque mille sorties en 2016, conjuguent plaisir du jeu, qualité des apprentissages et simplicité de la règle.

Jeux de société

Dès 2 ans et demi, plongeon dans les couleurs

Pique-nique souris

Un tout premier jeu de société avec un joli matériel - dont des souris en tissu -, qui développe la mémoire, le vocabulaire et l’apprentissage des couleurs. Original : il se joue non seulement sur le plateau de jeu, mais aussi dans la chambre ou le salon. Dès que le dé tombe sur « souris », le petit doit, après avoir passé sa bestiole sous la porte en tissu, la cacher dans la pièce, derrière un objet de la même couleur qu’elle. Jusqu’à 5 ans. Autour de 25 €. Le choix d'Ambre
(Ravensburger)

► Ce qu’en pense notre journaliste
On est toujours frileux à l’idée de vous recommander un jeu de société avant 5 ans. La raison ? Avant cet âge, respecter les règles et accepter de perdre sont des notions compliquées. Les jouets d’imitation, de construction, etc., sont plus fondamentaux pour le développement des plus petits. Exception avec cette nouveauté : non seulement, il s’agit d’un jeu de coopération (tout le monde gagne ensemble), mais le fait qu’il se joue hors du plateau invite aussi à raconter des histoires. Pourquoi ne pas s’en servir pour le rituel du coucher ? Les souris se cachent sûrement derrière un objet de leur couleur pour la nuit.

Dès 5 ans, déjà stratège

L’Âge de pierre Junior

Un jeu de société, qui vous fait remonter dans le temps jusqu’à la Préhistoire, dont le but est d’être le premier à construire ses trois huttes en rassemblant et en combinant les ressources nécessaires (flèches, poteries, fruits, mammouths). Avec des mécanismes ni trop faciles, ni trop complexes, basés sur le principe du Memory où, attention, les enfants sont souvent bien plus forts que nous ! Cerise sur le gâteau : le graphisme et le matériel - dont les pièces en bois faciles à manipuler par de petites mains - sont de toute beauté. Un jeu qui développe mémoire, stratégie, anticipation et fine motricité. Jusqu’à 8 ans. Autour de 35 €.
(Filosofia)

► Ce qu’en pense notre journaliste
C’est toujours une consécration pour un grand classique du jeu de société que de se décliner en version junior : cette adaptation-ci est particulièrement réussie, car fidèle et à la hauteur du jeu de base. Idéal donc si vous êtes amateur de jeux de société et que vous rêvez de faire passer votre virus à vos enfants.

Dès 6 ans, tout se complique !

Top Scent

Un jeu de société dont l’originalité est - chose extrêmement rare dans l’univers du jouet - de faire appel à l’odorat. Le principe ? Après avoir senti une des douze capsules odorantes (des odeurs de fruits) et lancé le dé, les joueurs retournent, une à une, les cartes sur lesquelles est dessinée une série de fruits. Dès qu’un joueur croit que le fruit qu’il a reconnu olfactivement est apparu sur les cartes le nombre de fois indiqué par le dé, il tape sur la pile de cartes. De quoi développer la concentration, la mémoire, mais aussi l’odorat, un sens que l’on a souvent tendance à oublier dans le développement de l’enfant. Le tout dans la bonne humeur. Jusqu’à 10 ans. Autour de 20 €.
(Sentosphère)

► Ce qu’en pense notre journaliste
Un jeu atypique proposé par une marque française qui l’est tout autant puisqu’elle crée des jeux de société, de bricolage et de cuisine qui visent principalement à éveiller les sens. Avec du matériel de qualité et de toute beauté.

À lire : Saint-Nicolas 2016 : Des jeux qui dopent le cerveau

Les héros de Kaskaria

Une plongée dans un univers fantastique où chaque joueur doit faire évoluer son « griffon reptilien » et son « arpenteur de crête » pour tenter d’être le premier à décrocher l’amulette magique. Un jeu de société joli, sympa (même pour les parents), simple, mais malin. Idéal pour faire ses premiers pas dans l’univers du jeu de plateau.Développe la stratégie, l’anticipation et la concentration. Jusqu’à 10 ans. Autour de 25 €.
(Haba)

► Ce qu’en pense notre journaliste
Un jeu qui répond largement au critère n°1 lors de notre test : le plaisir en famille. Une fois la partie terminée (environ 20 minutes), vous n’aurez qu’une seule envie : recommencer !

Dès 8 ans, l’humour en plus

Karibou Camp

Un jeu de société basé sur l’observation et la rapidité où chaque joueur doit accumuler des cartes représentant les mêmes animaux. Là où cela devient très drôle, c’est que chaque manche se joue en équipe : chaque joueur doit, à l’aide de mimiques ou de gestes propres à chaque animal, faire comprendre à son équipier qu’il a suffisamment de cartes en main, donc que sa mission est terminée. Le tout, sans se faire remarquer par ses adversaires. Jusqu’à 99 ans. Autour de 20 €.
(Gigamic)

► Ce qu’en pense notre journaliste
Sympa et rare que ce jeu d’équipes où ces dernières se modifient lors de chaque manche : de quoi prendre du plaisir avec tous les joueurs au cours d’une même partie et aussi équilibrer ces dernières si on joue avec des enfants d’âges et donc de forces différents. Petit clin d’œil aux puristes qui reconnaîtront derrière la mécanique de ce jeu celle de Kem’s, qui se joue avec un simple jeu de cartes : preuve que l’univers du jeu de société se réinvente sans cesse, tout en s’inscrivant dans une certaine tradition.

Dès 10 ans, on réfléchit !

Cortex Challenge

Un de nos coups de cœur de l’année que ce petit jeu de cartes qui propose aux joueurs huit types de défis basés sur l’observation, la rapidité, la déduction, l’orientation dans l’espace, la mémoire. Bref, de quoi faire travailler les méninges. Avec des règles on ne peut plus simples et des parties rapides (15 minutes), ce jeu de réflexion n’est pas rébarbatif pour un sou. De quoi partager de bons moments avec vos (pré)ados durant les longues soirées cet hiver. Un jeu d’ambiance qu’ils embarqueront aussi pour jouer avec les copains. Jusqu’à 99 ans. Autour de 15 €. Le choix de Catherine et de Virginie
(Capitaine Macaque)

► Ce qu’en pense notre journaliste
Simple, rapide, malin, drôle et petit budget : un jeu qui a tout pour plaire et pour durer. À offrir sans hésiter ! Cortex existe aussi en version Kids (dès 6 ans) et Géo, pour ceux qui aiment voyager, mais la version Challenge que nous vous recommandons ici est la plus intéressante.

Dès 12 ans, plus abstrait

Code Name

Une des nouveautés 2016 qui a fait le plus grand bruit cette année tant sa mécanique est originale et prenante. Le but ? Découvrir des mots en faisant des associations d’idées. Dans chaque équipe, un joueur (le Maître-Espion) doit faire deviner les mots de sa couleur à ses partenaires (les Agents). Pour cela, 25 cartes indiquant chaque fois un mot sont placées sur la table : au début du jeu, seul le Maître-Espion connaît les cartes qui concernent son équipe. Il doit alors faire preuve d’ingéniosité en faisant comprendre progressivement, et à l’aide d’un seul indice, les cartes qui les concernent à ses Agents. Pour aller plus vite, à lui de faire des associations d’idées et de trouver un mot pouvant regrouper plusieurs cartes. Jusqu’à 99 ans. Autour de 20 €.
(Iello)

► Ce qu’en pense notre journaliste
On termine par un jeu plus corsé à ne mettre entre les mains de vos ados que s’ils sont initiés à cet univers. Dans nos Coups de cœur, on vous propose d’autres jeux du même acabit pour le même âge dont l’excellent Captain Sonar (Matagot, dès 14 ans).

Anouck Thibaut

La minute nostalgie de Catherine

« On a pris l’habitude, surtout en automne et en hiver où les enfants jouent moins dehors, d’aller régulièrement à la ludothèque, à Bastogne. Ce qui est pratique, c’est que la bibliothèque est au même endroit : on fait donc d’une pierre deux coups. Pour les jeux, les enfants choisissent ce qu’ils veulent. J’impose seulement que la règle ne soit pas trop longue à lire, sinon je sais qu’on n’y jouera pas. De mon côté, j’aime emprunter pour eux des jeux avec lesquels j’ai joué lorsque j’étais enfant comme le Cluedo ou le Monopoly. Parce que je les connais. Mais aussi parce qu’ils me rappellent des souvenirs. Le gros avantage de la ludothèque, c’est son prix : ça coute seulement 1€ par jeu. Et lorsqu’il y en a un qui plaît vraiment aux enfants, on l’achète. Là, on est certains qu’ils y joueront régulièrement. »
L’expérience de Catherine vous a donné envie de passer les portes d’une ludothèque ? Sur www.ludobel.be, vous trouverez celle qui est la plus proche de chez vous. Pour épargner votre budget, pensez aussi aux bourses aux jeux et jouets de la Ligue des familles (voir pages 30 et 31).

En pratique

Plébiscite pour les jeux de société

Catherine, Virginie et Fatima ont tenu le même discours : le jeu de société est l’activité idéale pour prendre du bon temps tous ensemble à la maison. Mais ces drôles de Mam’s partagent la même crainte : et si les règles étaient trop longues et trop compliquées ? Dans ce dossier, nous avons tenu compte de cette remarque et mis en avant des jeux dont les règles sont les plus simples possible.
La parade pour les jeux plus complexes ? Se faire expliquer la règle par des professionnels ou des fanas du jeu. Nombreux sont les lieux et événements où c’est possible. En voici quelques-uns :

► Les petites boutiques de jeux de société organisent régulièrement (et plus spécialement en fin d’année) des soirées ou après-midis où vous pouvez les tester.
► Certaines animations sont aussi organisées dans les ludothèques. Infos : www.ludobel.be
►Les Rencontres Jeu t’aime vous informent elles aussi et vous font jouer le 27 novembre à Bruxelles et dans huit villes en Wallonie. Avec aussi un marché gratuit du jeu et du jouet. Infos : www.yapaka.be
►Le Festival en Jeux : un autre rendez-vous à Court-Saint-Étienne, les 11, 12 et 13 novembre. Infos : www.festivalenjeux.org
► Le Mois du jeu à la librairie Filigranes à Bruxelles (Avenue des Arts, 39) où vous pouvez retrouver les coups de cœur du Ligueur et bien d’autres jeux encore durant tout novembre. Infos :www.filigranes.be
► Come&Play à Bruxelles, Shopping de Woluwe, du 2 au 5 novembre.

 

Sur le même sujet

Des jouets tout doux

Des doudous tendres à offrir à votre tout-petit pour l’apaiser au moment du coucher. Des poupées ou des peluches pour qu’il se sente accompagné. Autant de jouets qui sont de véritables boules de tendresse et auxquels votre enfant s’attachera pour de nombreuses années.

 

Des robots et cie

En 2016, l’électronique et la technologie virtuelle s’introduisent toujours davantage dans l’univers du jouet en apportant un vrai plus du côté des apprentissages et des plaisirs de jeu.

 

Pour être bien dans son corps…

Du hochet au diabolo, ils sont nombreux ces jouets qui aident votre enfant à explorer ses cinq sens avant d’affiner son adresse et sa dextérité. Bref, des jeux qui aident tout simplement à être bien dans son corps et dans sa tête, puisque certains explorent aussi les émotions.

 

Pour faire comme papa et maman

Les jeux d’imitation et ceux appelés « petits univers » sont une grande famille de jouets, fondamentaux pour grandir. Avec eux, l’enfant apprend à singer notre monde, celui des adultes, pour mieux s’y projeter. Parents, attention, nos enfants nous regardent !

 

Des jeux qui dopent le cerveau

Très tendance aussi, les jeux qui développent tout particulièrement les neurones et les connaissances de vos enfants. Une manière pour eux d’apprendre à s’occuper tout en s’amusant… tout seuls, pour le plus grand plaisir des parents !

 

Du côté des artistes en herbe

Ringards, les bricolages ? Les enfants du numérique y trouvent toujours autant de plaisir que leur prédécesseurs et sont tout aussi fiers d’exposer leurs œuvres. Cette année, cette catégorie de jeux est pourtant maigrichonne tant les marques ont été peu inspirées par ce type d’activité. Dommage pour les enfants. Tant mieux pour ceux qui ont produit des boîtes de bricolage les années précédentes : pour les retrouver, rendez-vous dans nos coups de cœur.

 

Notre sélection jeux-jouets 2016. Le choix de 5 mamans et leurs enfants

Un rendez-vous qui sent bon les rires et les cris de joie. Enfin ! Après les jeux olympiques de la rentrée qui nous replongent dans une course effrénée après le temps, sans compter les premiers bobos de l’automne qui bouleversent notre calendrier, la venue de saint Nicolas est une vraie pause-plaisir. Pour les enfants, bien sûr, mais aussi pour nous, les parents.