Vie de parent

Jeux vidéo : des manettes et du lien

Comme les années précédentes, le monde du jeu vidéo a été extrêmement actif en 2019. Les sorties des uns ont précédé celles des autres à un rythme fou. Du coup, au moment de choisir un jeu pour son enfant, on peut vite se retrouver en panique devant l’offre proprement hallucinante. Pour vous aider, on vous propose une sélection avec une idée en tête : (re)créer du lien parent-enfant. Style de jeu, personnages connus, héros de jeunesse, etc., tout est bon du moment que le maître-mot reste le partage.

Jeux vidéo : des manettes et du lien

À partir de 5 ans

Paw Patrol : Pat’Patrouille en mission (Bandaï Namco)

Les chiots héros du quotidien télévisuel de nos petit·e·s se retrouvent dans ce jeu de plateforme idéal pour commencer l’initiation. C’est relativement simple, ludique et permet l’apprentissage du maniement du clavier ou de la manette.
➡ On aime particulièrement le choix de l’éditeur de missions de courte durée, qui permettent de facilement gérer le temps de jeu de nos gameurs et gameuses en culotte courte. (PC/PS4/ONE/Switch/3DS)

À partir de 6 ans

Yoshi’s crafted world (Nintendo)

Impossible de ne pas tomber sous le charme du monde tout mignon de Yoshi. Le dinosaure copain de Mario évolue dans un univers de carton peint, de bricolages, de papier collant, qui recèle un maximum de découvertes. Et, belle surprise, l’entièreté du monde peut se jouer recto verso. Le double de plaisir, tout simplement.
➡ On vous conseille particulièrement le mode deux joueurs pour son approche coopérative. L’un sans l’autre, rien ne sera facile, mais dès que le travail se fait de concert, tout s’enchaîne de manière fluide, drôle et intelligente. (Switch)

À partir de 7 ans

Super Mario Maker 2 (Nintendo)

On l’aime déjà d’amour notre plombier moustachu, mais quand en plus il nous laisse créer nos propres mondes, on est proche du Nirvana. Ce deuxième opus vous emmènera des premiers pas de Mario au milieu des années 1980 jusqu’aux graphismes incroyables de 2019. Créer pour l’autre ou ensemble. Faire découvrir les jeux auxquels on jouait enfant. Mettre au défi des joueurs du monde entier et répondre aux leurs. Super Mario Maker 2, c’est tout cela, avec en filigrane le capital sympathie du moustachu à casquette. Et on ne peut qu’y succomber avec plaisir.
➡ Mario et son monde, ça fonctionne à chaque fois. Du coup, on ajoute un petit coup de coeur avec Luigi’s Mansion 3. Ben oui, les aventures du frérot dans le manoir hanté sont un petit bijou d’humour, d’énigmes et de combats. (Switch)

À partir de 8 ans

Lego DC Super Villains (Warner Bros)

Réjouissons-nous, les méchants sont de retour. Parce que oui, les superhéros ont besoin d’être un peu bousculés pour ne pas risquer de s’empâter. Ici, dans un monde Lego qui fait toujours son effet, on prend un malin plaisir à jouer les perturbateurs et à défier l’ordre bien établi.
➡ La map gigantesque qui traverse Gotham, Metropolis ou encore le Star Labs et des personnages connus des petits et des grands : la recette est hyper connue, mais elle fonctionne parfaitement pour faire vivre des aventures folles, qu’on ait 8 ans ou plus de 50. (PC/Mac/PS4/ONE/Switch)

À partir de 10 ans

The stillness of the wind (Fellow Traveller)

On vous prévient, votre enfant risque de ne pas rire beaucoup quand vous allez lui présenter ce jeu. Pourquoi ? Parce qu’il va endosser le costume d’une vieille dame. Oui, il y a plus fun comme entrée en matière, on vous l’accorde. Mais après quelques minutes, on vous garantit qu’il ou elle va se prendre au jeu, oscillant entre faire revenir des souvenirs d’un passé lointain et se bouger les fesses pour ne pas s’encroûter.
➡ Ce jeu est une sorte d’éloge de la lenteur et du temps qui passe. Mais c’est tout autant qu’un génial outil de réflexion, puisque chaque décision prise a un impact sur la suite du jeu. (PC/Mac/Switch)

À partir de 11 ans

Baba is you (Hempuli)

Avec son graphisme de base et Baba, un petit lapin un peu enfantin, ce jeu de réflexion est un véritable OVNI, tout simplement. Se basant sur une sorte de système de programmation, il oblige à créer des règles qui entraînent à chaque fois de nouvelles actions.
➡ On craque à fond sur le côté fascinant de Baba. En effet, on sait pertinemment que la réponse aux énigmes est sous nos yeux, mais il faut forcément faire du jus de cerveau pour mettre tous les éléments en place. (PC/Switch)

À partir de 12 ans

Anno 1800 (Ubisoft)

La série Anno, créée en 1998, avait connu un bon gros coup de mou ces dernières années. Elle revient avec une belle réussite : Anno 1800. Jeu de gestion et de stratégie en temps réel, il vous propulse au début de la Révolution industrielle, dans une grande friche qu’il faudra développer.
➡ Il faudra à votre préado ou ado de l’audace, du bon sens, de l’anticipation et une bonne dose de patience pour entreprendre sans risquer de se casser la figure. Un challenge où l’expérience d’un père ou d’une mère peut s’avérer fort utile... (PC)

Romain Brindeau

Le conseil du Ligueur

La bascule est en train de se faire doucement, année par année : les enfants ne sont plus les seuls maîtres du monde des jeux vidéo. Et oui, les parents d’aujourd’hui ont été ou sont encore des joueurs. Alors, notre conseil est des plus simples : continuer à massacrer des manettes, vous, les parents, et plus encore, faites-le avec vos enfants (mais mollo sur les manettes en leur présence, hein !). Utilisez ce temps de partage pour raconter vos souvenirs, pour montrer les jeux de votre enfance. Utilisez ce temps de partage pour laisser votre enfant parler de ce qu’il aime, laissez-le vous faire découvrir son monde des jeux à lui.
Jouer aux jeux vidéo, c’est donc transmettre, recevoir, partager, communiquer. Mais c’est aussi un excellent point de départ pour éduquer de manière générale. Par le prisme des écrans, voilà une belle occasion de parler des ressorts de l’industrie du jeu, du marketing, de la surconsommation, de la lumière bleue, de la gestion du temps, etc.