16/18 ans

Job étudiant : les démarches à suivre

Chaque année, près de 400 000 étudiants travaillent durant les vacances ou l’année scolaire. Pour payer ses études, pour financer des loisirs, pour acquérir de l’expérience professionnelle… les (bonnes) raisons de se mettre au boulot son légion. Votre ado cherche un job ? Voici quelques conseils pour l’aider dans ses démarches.

Job étudiant : les démarches à suivre

Le CV est très important. C’est la carte de visite de l’étudiant. C'est en le lisant que l'employeur va décider ou non de contacter votre ado. Il doit donc donner la meilleure impression possible. Il doit être clair et concis, original sans être excentrique, facile et rapide à lire et bien sûr vierge de toute faute d'orthographe (point pour lequel votre ado aura probablement besoin de vous !). Le CV contient en général des rubriques telles que : expérience professionnelle, formation, connaissances linguistiques, compétences informatiques et loisirs.
Si certains points seront faciles à remplir, pour d’autres ce sera moins évident. Pas facile en effet de rédiger un bon CV quand on est étudiant et qu’on n’a pas encore beaucoup d’expérience professionnelle. Pourtant, à 16 ou 17 ans, votre ado dispose déjà de nombreuses compétences. À vous de l’aider à les détecter. Derrière les compétences, on peut placer deux catégories d’informations : faire la liste simple des tâches que l’on a effectuées à plusieurs reprises et que l’on estime bien maîtriser (vente, classement, accueil…) ou présenter des savoir-faire et des capacités plus larges que l’on a acquis à la suite de différentes expériences (management, gestion, organisation…). Si votre ado est chef scout, par exemple, il a certainement un bon sens de l’organisation. S’il écrit pour le journal de son école, une aisance rédactionnelle peut être mise en avant. Si votre enfant pratique un sport collectif, il a sans aucun doute l’esprit d’équipe.

La lettre de motivation

Une bonne lettre de motivation est la clé du succès. Elle permet de se démarquer des autres candidats et d’augmenter ses chances de décrocher le job. Une lettre de candidature doit être personnalisée, elle doit être adaptée à l'offre d'emploi à laquelle on répond. Quelques conseils à donner à votre ado pour rédiger une bonne lettre :

► S’il connaît le nom de la ou du responsable du personnel, qu’il lui adresse directement sa lettre en inscrivant son nom en haut de sa lettre. Une personne qui se sent personnellement concernée accordera davantage d'intérêt à une candidature.

► Commencer sa lettre de motivation par ses points forts. Mentionner ses points faibles est inutile, ces derniers feront sûrement l'objet d'une question lors de l'entretien.

► Formuler sa lettre de manière positive et la tourner vers le futur. Il/elle peut par exemple écrire « Je suis prêt(e) à me lancer rapidement dans une nouvelle discipline ».

► Faire part des objectifs professionnels/scolaires/personnels qu’il/elle a déjà atteints et dont il/elle est fier(e).

► Ne pas utiliser de formules standard, mais plutôt écrire dans son propre style. Une bonne lettre de motivation est personnelle.

► Éviter les longues phrases compliquées. Le mieux est d’être direct et concis.

► La lettre de motivation est un complément au CV. Il n'est pas nécessaire d'y mentionner tous les éléments.

► Terminer la lettre en invitant le lecteur à fixer un rendez-vous.

Où postuler ?

Il n'y a pas de recette infaillible pour trouver un job. Le marché étant saturé (il y a plus d'étudiants qui cherchent que de jobs disponibles…), nous conseillons à votre ado d'utiliser toutes les possibilités qui s'ouvrent à lui. Naturellement, il doit consulter les annonces dans la presse ou sur internet, mais il peut aussi :

► Postuler dans des entreprises du secteur de ses études (s’il a déjà choisi une orientation) ou dans ses anciens lieux de stage.

► S’inscrire dans plusieurs agences d’intérim. L'idéal est de se présenter sur place.

► Postuler aux services jeunesse et affaires sociales de votre commune : ils recrutent souvent pour des travaux administratifs, l'animation de plaines de jeux,...

► Se présenter spontanément dans les entreprises qu’il connaît et où il aimerait travailler.  Les Pages d'Or sont une mine d'infos : il y trouvera les entreprises de sa région ainsi que des infos sur celles-ci.

► Faire le tour des commerçants du quartier (surtout ceux où il est connu comme client) et déposer son CV.

► Utiliser son réseau de relations (famille, amis, connaissances...). Pourrait-il, par exemple, travailler dans votre société ? Le bouche à oreille est l'un des moyens les plus efficaces pour trouver un job.

Plus il cherchera dans des endroits différents, plus il aura de chances de trouver un job. Les demandes étant plus importantes que les offres, il est conseillé de postuler le plus tôt possible dans l'année, si possible avant Pâques.
Enfin, inviter votre ado à être proactif. Pour maximiser ses chances de décrocher un job, qu’il n’hésite pas à suivre de près ses candidatures : deux-trois semaines après l'envoi de sa lettre, il peut téléphoner là où il a postulé pour savoir s'ils l'ont bien reçue, où en est la procédure de recrutement... Cela montre l'intérêt qu’il porte à obtenir un job dans cette entreprise et ça permet également d'être plus vite fixé sur sa candidature.

Attention à son image

Last but not least, il faut aussi sensibiliser votre ado à faire attention à son image. Avec internet, il est aujourd’hui très facile pour les recruteurs de se faire une opinion sur les candidats sans même les avoir rencontrés. Conséquence : certaines candidatures finissent tout de suite à la poubelle. Les ados ne se rendent pas toujours compte de l’image que certains outils renvoient d’eux. Prendre un peu de temps pour vérifier certaines choses est généralement très utile.
Le premier canal auquel s’attaquer est bien sûr Facebook. À quoi ressemble la page de votre ado ? Qu’y poste-t-il comme infos ? Quels sont ses paramètres de sécurité ? S’il n’a pas encore pensé à le faire, le mieux est de limiter l’accès à son profil, ses photos, ses commentaires… aux personnes qui sont dans ses amis.
Attention, toutefois : la photo de profil est toujours visible. Il faut donc en choisir une jolie, plutôt standard. Après, faites un test : allez dans Google, tapez le nom de votre ado et voyez ce qui en sort.
Deuxième point : son adresse e-mail. Aujourd’hui beaucoup de candidatures se font via internet. Mais si votre ado postule par mail, il doit faire attention à l'adresse qu’il utilise. Son énoncé doit donner une image sérieuse ! Si son adresse mail est petitepoulette27@hotmail.com, mieux vaudrait lui conseiller de s’en créer une du type prénom.nom@hotmail.com
Enfin, voyez avec lui s’il ne faudrait pas revoir la messagerie de son gsm. Les ados aiment souvent avoir un message vocal original, une musique, une blague… Mais si un employeur téléphone, il doit être sûr de bien être sur sa messagerie. Même si c’est moins fun, on opte donc pour le classique « Bonjour, vous êtes bien sur la messagerie de Julien Delvaux. Laissez-moi votre message et je vous recontacterai. »

Et son salaire ?

Le but de votre ado est bien sûr de gagner des sous. Et pour un ado, se retrouver avec une somme de plus de 1 000 € en un coup, c’est beaucoup. Certains parents estiment naturel que leur enfant dispose à sa guise de son salaire. D’autres souhaitent qu’une partie soit mise de côté pour le reste de l’année ou pour financer un objectif précis.
Il n’y a pas de bonne ou de mauvaise décision. C’est à vous de décider, en fonction de votre philosophie. Mais quel que soit votre choix, pensez à mettre les choses au clair dès le début avec votre ado. Cela évitera les conflits par la suite.

Gaëlle Hoogsteyn

Ils en parlent...

« Je suis une maman célibataire et, malheureusement, je ne peux pas toujours offrir à ma fille tout ce qu’elle voudrait. Cet été, elle a donc décidé de travailler comme étudiante. Je trouve cela super et je compte lui laisser son salaire en entier afin qu'elle gère elle-même. »
Véronique, maman d’Esther, 17 ans

« Depuis leurs 18 ans, mes deux fils font régulièrement des jobs étudiants. J'étais d'accord à condition que cela ne nuise pas à leurs études, qu'ils ne se mettent pas en danger et qu'ils ne se fassent pas exploiter. J'ai dû une seule fois en convaincre un d'arrêter une expérience dans un night-shop. Pour le reste, ils n'ont eu que de bonnes expériences. » 
Gilbert, papa d’Arnaud et Isaac

« Ma mère nous élève toute seule, mes deux sœurs et moi, et elle ne gagne pas beaucoup d’argent. Du coup, je fais chaque année un job pendant l’été pour avoir des sous. En plus, je me dis que ça me fait de l’expérience professionnelle. Ça me servira sûrement plus tard pour trouver un travail. »
Kevin, 19 ans 

« J’ai hâte d’être en âge de pouvoir faire un job étudiant. Pour l’instant, je nettoie parfois des voitures ou fais des baby-sittings. Mais ça ne rapporte pas beaucoup. J’ai envie de travailler un mois entier pour avoir un vrai salaire. Je voudrais bien faire une deuxième rhéto à l’étranger et mes parents sont d’accord à condition que je participe aux frais. »
Agnès, 15 ans

Les règles à respecter

Qui peut travailler comme étudiant ?

Pour pouvoir travailler comme étudiant, il faut avoir atteint l'âge de 16 ans et « être étudiant », ce qui signifie : suivre un enseignement de plein exercice. Les jeunes de 15 ans qui ont suivi les deux premières années d'études de l'enseignement secondaire peuvent également travailler comme étudiants. Si votre ado suit un enseignement à temps partiel, il existe certains cas dans lesquels il ne peut plus travailler comme étudiant.

Combien de jours peut-on travailler comme étudiant ?

Depuis le 1er janvier 2012, l'État attribue un contingent de 50 jours calendrier par an pendant lesquels il est possible de travailler comme étudiant. Tant que ces 50 jours ne sont pas dépassés, il n'y a pas de cotisations sociales normales à payer, uniquement une cotisation de solidarité dont le montant est bien inférieur.
Sur le site student@work, l'application « student@work - 50days » permet de vérifier le nombre de jours restants pour chaque personne. Le travail au-delà de ces 50 jours est autorisé, mais moins intéressant : à partir du 51e jour, l’étudiant perd l'avantage des cotisations sociales réduites et tombe dans le régime de cotisations sociales normales.

Les impôts et les allocations familiales

Au niveau des impôts, deux aspects entrent en ligne de compte :

  • rester à charge de ses parents;
  • devoir payer des impôts ou pas.

Il existe des plafonds à ne pas dépasser pour rester à charge des parents. Ils sont fixés en fonction de la situation familiale et sont disponible le site de l’Onem.
Par ailleurs, les étudiants de moins de 18 ans gardent toujours le droit aux allocations familiales.
Les étudiants âgés de 18 à 25 ans gardent leur droit s'ils travaillent moins de 240 heures par trimestre le 1er, le 2e et le 4e trimestre. Durant l’été, le nombre d’heures de travail est illimité.

Sur le même sujet

Job étudiant et règles fiscales

Votre fille ou votre fils vient de terminer son premier job d’étudiant. Sûr que le salaire touché va vite être dépensé pour un nouveau smartphone, quelques jours de vacances, des fringues ou des places pour un concert. En tant que parent, vous vous demandez si, en 2017, vous pourrez toujours renseigner votre enfant comme personne à charge sur votre déclaration fiscale.

 

Job étudiant : comment s’y prendre sans faire de gaffe ?

Bientôt les examens, puis les vacances. L’occasion aussi de décrocher un job étudiant pour payer ses études, financer des loisirs ou acquérir de l’expérience professionnelle… Mode d’emploi.

 
Le Ligueur utilise des cookies pour faciliter la navigation sur ce site web et permettre l’utilisation de ses fonctionnalités. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies. J'accepte l'utilisation des cookies
En savoir plus