Vie de parent

Jobs étudiants :
les heures (enfin?) comptées

Les vacances d’hiver touchent à leur fin. Les matinées paresseuses en pyjamas ont favorisé les confidences autour de boissons chaudes et de bols débordants de céréales. Votre ado est bien décidé à tester un nouveau smart, rêve d’un scooter ou songe déjà aux prochaines vacances au soleil. Vous êtes d’accord, à condition qu’il participe. Justement : le quota de travail étudiant vient de passer de 50 jours à 475 heures. Impôts, allocations familiales, qu’est-ce que cela change pour vous ?

Jobs étudiants : les heures (enfin?) comptées

Pas grand-chose. C’est une nouvelle séduisante pour les étudiants eux-mêmes et pour les employeurs. Jusqu’au 1er janvier 2017, date de la mise en application du nouveau régime, vos enfants pouvaient travailler 50 jours sous un contrat ‘d’occupation étudiant’ et bénéficier de cotisations de solidarité. Ces cotisations sociales réduites (2,71%) lui permettaient d’être très peu taxé, contrairement à celles des travailleurs ordinaires qui s’élèvent à 13,07%. Mais un jour entamé était considéré comme un jour presté : si un étudiant était appelé pour 3 ou 4 heures, chez le boulanger du coin par exemple, la prestation était comptabilisée pour la journée entière.

Un système plus juste?

L'adoption du comptage en heures permet de réparer cette "injustice". De plus, comme le précise Kris Wils, responsable de la communication externe de l'ONSS « vous constaterez que le nombre d’heures a été augmenté. La transformation du quota de 50 jours en heures offre un bonus de 75 heures, qui se traduisent en réalité en 60 jours.  Cela permet aux jobistes plus de flexibilité dans les heures de travail et leur permet de travailler chez plusieurs employeurs à la fois aux conditions avantageuses du statut étudiant. Et cela, sans modifications pour les conditions d’octroi des allocations familiales ou pour les impôts ». Plus de souplesse donc, mais si ce projet de société s'avérait surtout favorable, à terme, aux entreprises? Rappelons que pour la Fédération des étudiants francophones (opposée au principe du travail étudiant) cette flexibilité pourrait se révéler dangereuse. 

Vos questions 

Mon fils a 15 ans et il veut jobber. Est-ce possible ?

La loi indique qu’il faut être âgé de 16 ans au minimum. Mais votre enfant de 15 ans peut travailler s’il a suivi les deux premières années de l'enseignement secondaire.

Toutes les études permettent-elles de travailler comme étudiant ?

Non. Il faut être un « véritable » étudiant : les études doivent constituer l’activité principale de votre enfant. S’il étudie à titre secondaire, il n’entre pas en ligne de compte. Les cours du soir ne comptent pas, et s’il est scolarisé à temps partiel, certaines restrictions sont d’application.

Ma fille risque de dépasser le quota de 475 heures. Que va-t-il se passer ?

Rassurez-vous, il n’y aura pas de sanctions ! Mais attention: le moindre dépassement horaire porte à conséquences. Il est tout à fait possible de travailler plus de 475 heures, mais c’est moins avantageux financièrement : l’employeur doit la déclarer comme une travailleuse ordinaire et elle paiera alors les cotisations normales (13,07 % au lieu de 2,71 %).

D’accord, mais vais-je perdre les allocations familiales ?

La question des allocations familiales n’est pas liée au contingent annuel de 475 heures. Les allocations familiales sont perdues (pour le trimestre concerné et influent sur le rang) si l’étudiant travaille plus de 240 heures au cours d’un trimestre. Pendant l'été, il peut travailler au-delà de ce plafond, sauf pendant les dernières vacances de ses études.

Va-t-elle recevoir une déclaration fiscale ?

En tant qu’étudiante, elle est tenue de remplir une déclaration fiscale. Il est possible qu’elle ne doive rien payer, mais cela ne change rien à cette obligation. Elle est autorisée à gagner jusqu’à 10 141,01 € par an. Si elle gagne plus, elle devra payer elle-même ses impôts et ne sera plus considérée comme fiscalement à votre charge. Traduisez : vous payerez davantage d'impôts.

Avez-vous un autre conseil à me donner ?

Absolument. Rappelez-lui qu’un étudiant doit toujours disposer d'un contrat signé pour être protégé. Selon Un accord oral n’est pas suffisant !

Aya Kasasa

VOS IMPÔTS

Voici les montants à partir desquels votre jobiste ne sera plus fiscalement à votre charge :

  • Si vous êtes imposés conjointement : 6 535 €
  • Si vous êtes imposés séparément : 8 272,50 €
  • Si vous êtes imposés séparément et que l’étudiant présente un lourd handicap : 9 797,50 €     

PLUS D’INFOS

Casg pour les Familles

Vous avez plus de questions? Adressez-vous au Centre d’Action Sociale Globale pour les familles, qui a publié une fiche d'information complète "Les avantages financiers et sociaux pour les parents : le travail étudiant" - Tél: 02 505 58 00 - Email: servicesocial@casgpourlesfamilles.be

Student@work : compter ses heures, c’est facile !

Studentatwork.be est un site internet qui rassemble toutes les informations relatives au travail des étudiants. Le jobiste motivé et prudent peut y vérifier le nombre d’heures qu’il lui reste pour bénéficier d’un taux de cotisations sociales réduit et créer une attestation pour son employeur (au moment même de la signature de son contrat si nécessaire, grâce à l’appli pour smartphone) ! Toutes les infos : sur le site, sur Facebook, au téléphone : 02 545 50 77

Infor Jeunes

Consultez la liste des centres Infor Jeunes  de Fédération Wallonie-Bruxelles et de la Communauté germanophone.  Permanences, animations, outils pédagogiques. Libres d’accè­­­­s et gratuits, ils conseillent et accompagnent les jeunes dans leurs démarches : la clef de l’autonomisation !

Accéder au site
Le Ligueur utilise des cookies pour faciliter la navigation sur ce site web et permettre l’utilisation de ses fonctionnalités. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies. J'accepte l'utilisation des cookies
En savoir plus