Vie de parent

Jouer, c'est imiter

Jouer, c'est imiter - Renaud Guaresi / Fisher-Price, PlanToys, Hema, Corolle.

Tenir un rôle

« On disait que j’étais la marchande. Et que toi, tu étais un grand frère qui fait les courses pour sa maman ». Votre enfant grandit : avec le jeu d’imitation, il se met dans la peau dans un adulte - y compris du sexe opposé -, en endossant un rôle ou un métier. De quoi mieux comprendre le monde qui l’entoure et s’y intégrer.
Un conseil : il vous interpelle pour jouer avec lui ? Rappelez-vous qu’ici, c’est lui le maître du jeu qui distribue les rôles et dicte les règles.

Enrichir son langage

Jouer au magasin, c’est une mine d’or pour enrichir le vocabulaire de votre gamin. Mais aussi pour lui apprendre les couleurs, les formes et compter avec des petits sous.
Un conseil : sans jouer à la maîtresse d’école avant l’heure, nommez correctement les aliments quand vous jouez avec lui. Idem pour les couleurs et les chiffres. Un apprentissage en douceur pour les 3 ans et plus…

Faire semblant

Verser du lait dans un gobelet et faire semblant de boire. Faire « pour du faux »… très sérieusement. Cette étape du jeu symbolique est un passage obligé dans le développement cérébral de votre petit : elle l’aide à réaliser des actions hors de leur contexte.
Un conseil : même si ce jeu est un peu barbant à la longue pour vous, pensez que c’est ainsi qu’il aiguise son sens de l’abstraction.

Projeter ses frustrations

« Je mets trois assiettes, parce qu’aujourd’hui, papa, il vient à la maison pour manger avec nous ». Grâce au jeu d’imitation, votre enfant peut extérioriser souvenirs, sentiments, frustrations et autres rêves. Une manière aussi d’intégrer la réalité et ses contraintes.
Un conseil : Prêtez-y une oreille attentive, les dialogues qu’il invente peuvent être révélateurs de ce qui se trame dans sa petite tête. À vous de faire la part des choses.

Développer son habileté

Couper les fruits et légumes en deux, avec le couteau en bois. Glisser les petits sous dans la caisse-enregistreuse… Autant de gestes qui vont permettre à votre bambin de développer l’agilité de ses petits doigts.
Un conseil : faire pour « du vrai » en lui mettant un « vrai » couteau peu coupant entre les mains pour préparer le repas avec vous.

Anouck Thibaut

Sur le même sujet

Jouer… imiter, construire, devenir adroit

À parents jouettes, enfants chouettes ! C’est le défi que nous vous lançons alors que le tourbillon de la vie et ses responsabilités journalières vous entraînent loin de ce qui a fait votre quotidien à tous : le jeu. C’est lui (pas tout seul, bien sûr, mais pour une grande part) qui a fait le parent que vous êtes. C’est lui qui fait grandir votre enfant pour le mener à l’âge adulte.

 
 
 

Le jeu en 7 questions

Voyez le sérieux et l’énergie avec lesquels vos petits se mettent à jouer. Le jeu est au cœur de leurs vies. Mille questions surgissent autour de cette activité. Quelques-unes ont retenu notre attention sur lesquelles nous allons allègrement surfer à partir de vos expériences de parents (mais aussi celles de vos ados !) et de nos experts (lire encadré ci-dessous).

 

Silence, il joue !

Votre petit de 18 mois répète dix fois, cent fois la même action, sans oublier de vous interpeller à chaque fois pour que vous fassiez ce qu’il semble réclamer. Une fois, ça va. Mais dix fois, cent fois… Vous voilà agacé ! Ce n’était pourtant pas son intention. Lui, il veut seulement jouer…