Vie de parent

Jouer dehors en hiver : une vraie bonne idée ?

On vous le répète dès qu'on peut : à l’heure actuelle, les enfants ne jouent plus suffisamment dehors. Quand les températures frisent le zéro, on ne pense pas forcément à leur ouvrir la porte du jardin, or ils ont tout intérêt à profiter du grand air, même (surtout !) en hiver. Allez, zou, on enfile la doudoune : voici 5 bonnes raisons de laisser vos bambins jouer dehors même en plein mois de janvier.

Jouer dehors en hiver : une vraie bonne idée ?

Leur éviter une déprime saisonnière

Janvier n’est pas un mois facile, ni pour les adultes, ni pour les enfants, qui peuvent aussi être touchés par une déprime saisonnière. Les vacances de Noël sont passées, l’été paraît bien loin, il fait noir quand ils arrivent à l’école, noir quand ils en sortent et gris entre les deux. Le manque de lumière peut affecter leur moral, les rendre plus fatigués ou grognons. Pour leur éviter un coup de mou, rien de tel que de les encourager à rester actifs. En jouant dehors, ils captent le peu de lumière naturelle disponible, déjà très bénéfique pour garder la forme.

Les éloigner des écrans

Les résultats préliminaires d'une étude menée par les Instituts américains de la santé (NIH) démontrent que le temps passé devant un écran pourrait impacter le cerveau de nos bout de choux. Si les résultats définitifs ne paraîtront qu’en 2019, le sujet est au cœur de l’actu et les experts s’alarment sur l’importance de limiter le temps d’écran chez l’enfant.
Jouer dehors est l’alternative idéale : pas question de traîner devant un écran dans le jardin ou au parc. Dehors, l’enfant s’ouvre au monde, développe sa créativité, prend conscience de l’environnement qui l’entoure et crée un lien avec la nature. Bref, il se rattache aux « vraies choses » : la terre que l’on touche, les arbres sur lesquels on grimpe, le ballon pour jouer, les cabanes à construire.

Les préserver des maladies d’hiver

Contrairement aux idées reçues, un enfant qui joue dehors en hiver voit ses risques de tomber malade réduits. Attention donc aux : « Ne va pas dehors, tu vas attraper froid ! ». À surprotéger nos enfants et à les maintenir dans un air confiné, on risque d’affaiblir leur système immunitaire. Pour le renforcer, mieux vaut donc les laisser sortir, se dépenser, même quand il fait froid. Dehors, la qualité de l’air est meilleure, ils peuvent sauter, bouger, se dépenser. En faisant de l’exercice, ils améliorent leur circulation sanguine, ce qui stimule les substances responsables du système immunitaire. Que du bénéf donc… à condition bien sûr de les habiller chaudement.

Réduire leur stress

Comme chez l’adulte, l’exercice physique permet de réduire le stress et l’anxiété et d’améliorer le sommeil chez l’enfant. Si votre enfant est nerveux, stressé ou qu’il a du mal à s’endormir, l’encourager à jouer dehors ne pourra qu’être bénéfique. De plus, en hiver, l’exercice à l’extérieur est plus intense, parce que le corps dépense de l’énergie afin de maintenir la température corporelle constante. Résultat : en jouant dehors, l’enfant dépense son trop-plein d’énergie et se retrouve plus apaisé ensuite. L’idéal contre les insomnies !

Améliorer leur concentration

Rester assis sur une chaise toute la journée n’est bon ni pour la santé physique ni pour la santé mentale. Pour favoriser la concentration de l’enfant, il faut donc préserver la balance entre l’étude et l’exercice physique. De récentes études ont d’ailleurs démontré que vingt minutes de marche par jour suffisaient déjà à améliorer la concentration des enfants atteints de troubles déficitaires de l’attention avec hyperactivité (TDAH).

Maria-Laetitia Mattern

En savoir +

L’école en plein air : si elles sont encore rares chez nous, au Danemark, elles ont la cote. Environ 20 % des classes maternelles y sont établies en pleine nature, et montrent de nombreux avantages sur le développement des enfants.

À lire

Dehors, les enfants ! d’Angela J. Hanscom : réapprendre aux enfants à jouer dehors et à oublier les tablettes