Vie de parent

La cantine fait du bruit

Les nuisances sonores des cantines font grand bruit. On a souvent parlé des mauvaises conditions sonores du temps de midi dans le Ligueur. Elles ne sont d'ailleurs pas notre seul facteur d'inquiétude. Profitons des résonances dans et autour des cantines pour dresser un rapide état des lieux.

 

La cantine fait du bruit

L’Observatoire de l’enfant a publié une enquête fin 2016 sur le temps de midi dans les établissements de l’enseignement fondamental ordinaire de la Région bruxelloise avec les coordinations de l’Accueil temps libre (ATL). Parmi les informations qui nous frappent le plus, celle des nuisances sonores. Mais imposer le silence aux enfants comme le font certaines écoles est-elle la seule alternative ? Ces nuisances sonores ne sont-elles pas l'arbre qui rend sourd la forêt ? Tendons l'oreille.

Est-ce que les conditions sonores sont correctes ?

Premier problème majeur, l’acoustique des locaux qui est généralement de faible qualité. Certaines écoles atteignent même jusqu’à 102 décibels (dB). Très généralement, les temps de réverbération qui y sont mesurés sont bien supérieurs aux valeurs recommandées, à savoir 55 dB, soit un niveau de bruit courant.
Pour converser à voix normale à une distance d’un mètre, le niveau du bruit ambiant ne doit pas dépasser 60 dB. Quand le niveau sonore atteint 75 dB, la conversation reste possible, mais à voix élevée. À 85 dB, il est encore possible de communiquer en criant à une distance de 25 cm l’un de l’autre. L'acoustique est donc un gros problème, dépendant d'autres facteurs qui ne se régleront pas dans le silence.

Ont-ils de la place ?

84 % des enfants de maternelle restent à l’école sur le temps de midi. En majorité, ces enfants mangent au repas tartines : 61 % contre 39 % qui mangent au repas chaud. En primaire, 87 % des enfants restent à l’école sur le temps de midi et, parmi ceux-ci, 74 % mangent des tartines. La moitié des écoles de l’enquête dispose de moins de 1,25 m² par enfant. Selon les recommandations de l’AFNOR, il faudrait idéalement compter au minimum 1,50 m² par enfant et tendre vers au moins 1,75m².

Ont-ils suffisamment de temps pour manger ?

En maternelle, l’heure du repas est en moyenne de 38 minutes pour les repas chauds et de 36 minutes pour les repas tartines. En primaire, les enfants disposent en moyenne de 32 minutes pour consommer leur repas chaud et de 29 minutes pour manger leurs tartines.

Et l’encadrement alors ?

Comme nous le répétons souvent dans le Ligueur, il n’existe pas de norme imposée en Communauté française pour le temps de midi. Il est souvent considéré comme un entre-deux, ni vraiment scolaire, ni vraiment extrascolaire. En moyenne, pendant la durée du repas, il y a 28 enfants par accueillant·e en maternelle et 40 enfants par accueillant·e en primaire.
Les disparités sont énormes, puisque dans certaines écoles, on trouve jusqu’à 75 enfants par accueillant·e en maternelle et plus de 100 enfants par accueillant·e en primaire.
L'AFNOR recommande pour une qualité optimale d’atteindre les seuils de 1 adulte pour 20 enfants en primaire et de 1 adulte pour 10 enfants en maternelle. Les normes recommandées par Promemploi sont même un peu plus strictes : 1 adulte pour 8 à 10 enfants en maternelle et pour 12 à 15 enfants en primaire.
Fait inquiétant qui ressort dans l’enquête, parmi les personnes interrogées comme « accueillants extrascolaires », il est fort probable qu'une partie d’entre elles n'ait pas un statut stable. Le personnel qui encadre les enfants pendant le temps de midi n’est que très peu qualifié ou stable.

 

Yves-Marie Vilain-Lepage

9 points qui inquiètent l’Observatoire de l’enfant

  • Le nombre trop élevé d’enfants.
  • Les espaces extérieurs et/ou intérieurs trop petits et/ou en nombre insuffisant.
  • Le manque d’espaces intérieurs ou d’espaces extérieurs protégés des intempéries est particulièrement criant lorsqu’il pleut.
  • Un niveau de stress, de tension important et des comportements difficiles de la part des enfants mis dans des conditions d’accueil éprouvantes.
  • Un problème de bruit lié aussi bien à une mauvaise acoustique des bâtiments scolaires qu’à un bruit excessif produit par les enfants.
  • Une organisation très complexe et facteur de stress pour les professionnels.
  • Un manque de personnel en nombre suffisant et des problèmes d’absentéisme.
  • Un manque de personnel qualifié.
  • Un manque de temps pour le repas lui-même - particulièrement pour certains enfants - et combiné, dans certains cas, à un temps d’attente trop long avant de manger.

Elle en pense quoi la Ligue des familles ?

La Ligue des familles plaide pour une revalorisation du temps de midi afin qu’il soit considéré comme un véritable moment pédagogique. Cela nécessite évidemment des moyens humains et financiers adéquats. Retrouvez les résultats de l'enquête de la Ligue des familles sur l’accueil extrascolaire ici.

En savoir +