Vie de parent

La Ligue des familles attribue un 'peut mieux faire' à l’accord Vivaldi

Même si les familles sont directement concernées par plusieurs mesures promises dans l’accord du gouvernement fédéral, la Ligue des familles est plutôt mitigée sur le résultat final. « Nous attendions des objectifs ambitieux et des mesures précises, ce n’est pas le cas ici » affirme le patron de La Ligue, Christophe Cocu, qui relève néanmoins trois avancées positives.

La Ligue des familles attribue un 'peut mieux faire' à l’accord Vivaldi

Avec la crise sanitaire et ses implications sur la vie des parents, c’est dire si la Ligue attendait avec impatience les mesures qui allaient sortir des négociations à l’arrache survenues ces derniers jours. Quelle place allait être réservée aux familles ? Quelles avancées allaient être planifiées ? « Les attentes étaient importantes » estime l’organisation parentale qui au bout du compte n’attribue qu’un « peut mieux faire ».

+ À LIRE: Les familles au sein de l’accord de gouvernement en 7 points

Pourtant, dans son communiqué, la Ligue des familles épingle d’emblée les éléments positifs. Comme l’allongement du congé de paternité de 10 à 20 jours, « c’est un premier aboutissement de notre combat pour un congé de naissance de 15 semaines pour chaque parent et c’est une très bonne nouvelle ». Autres motifs de satisfaction, le congé fermeture d’école initié à la Chambre cette semaine et la fin de la détention des enfants dans les centres fermés. Pour le reste de la note, la Ligue constate « un grand flou quant à la manière de la concrétiser. »

La Ligue débusque ainsi des mots et des promesses qui manquent de concret. Parmi les exemples avancés par la Ligue, ceux-ci :

Via un plan de lutte contre la pauvreté, le Gouvernement entend porter une « attention particulière » à la pauvreté infantile et aux familles monoparentales : mais de quelle manière ? L’accord ne le précise pas.

Concernant la réforme de la fiscalité, le Gouvernement indique que cela « peut se faire en augmentant la réduction d’impôt pour la garde d’enfants » : cela peut donc se faire, mais a-t-il l’intention de le faire ? Mystère…

" Le simple fait de les citer dans un accord de gouvernement ne va pas résoudre leurs problèmes"

C’est ce qui rend la Ligue dubitative. Ce manque d’engagements précis. « On sent une préoccupation, affirme Christophe Cocu, ou du moins un intérêt, pour certains publics et certaines situations qui nous tiennent à cœur : les familles monoparentales, les difficultés de conciliation entre travail et vie de famille, les nouvelles formes de familles… Toutefois, le simple fait de les citer dans un accord de gouvernement ne va pas résoudre leurs problèmes. »

Bref, la Ligue clôture son communiqué en annonçant qu’elle suivra à la culotte le travail du gouvernement pour être sûr que les promesses s’accompagnent de réalisations concrètes. De la coalition Vivaldi, elle ne semble pas prête à entendre une symphonie inachevée…

T.D.