Vie de parent

La magie de 2 à… 102 ans

La magie de 2 à… 102 ans

Noël, c’est LA fête de l’année pour les papys-mamys (et les arrières grands-parents quand ils ont encore la chance d’être bon pied, bon œil !). Une date précieuse qui leur permet de se retrouver avec toute la famille réunie. Si les aînés des aînés reçoivent le meilleur fauteuil, privilège de l’âge, et ont la permission d’assister aux préparatifs sans lever le petit doigt, les plus jeunes des anciens mettent souvent la main à la pâte. Parce qu’ils ne souhaitent que cela (ah, l’euphorie de la mama, à la tête de sa tribu !), parce que, leur serinent leurs grands enfants, ce sont eux qui cuisinent la meilleure dinde et de se rappeler telle la madeleine de Proust l’émotion à l’évocation des plats de leur enfance.
Noël, c’est LA fête aussi pour les plus petits qui ont le droit, cette nuit-là, de veiller tard avec les plus grands, de participer aux plaisirs de la table et de se mêler aux rires et parfois aux pleurs tout au long d’une soirée animée. Sans compter le moment de la remise des cadeaux (pensez à nos idées de dernière minute). La vie, quoi !
Noël, c’est LA fête des traditions, celles qui nous font croire un instant, ne fût-ce qu’un instant, que le temps s’arrête, que la vie ne s’écoule pas si vite… Et que l’amour et la tendresse sont bel et bien au rendez-vous. À nous de les prolonger tout au long des congés et bien au-delà !

Pour les enfants, une table rien que pour eux

Si ce soir-là les enfants sont nombreux et que vous ne souhaitez pas en faire des petits savants, si vous voulez boire, rire, manger sans toujours veiller à ce qu’un verre ne tombe ou que des mottes de purée ne s’écrasent sur le sol, préparez une table rien que pour eux. Elle peut être jolie et surtout incassable. Assiettes et gobelets en carton (ils sont plus stables que ceux en plastique) et bonbons pour décorer la table qui sera, tradition oblige !, recouverte d’une nappe en papier rouge avec des serviettes vertes. Pour pousser la logique de Noël jusqu’au bout, occupez vos plus grands pour faire de ces serviettes des sapins (Pliage facile à suivre sur labelleadresse.com). Le maître-mot de cette table : la sécurité. Donc pas de bougies ni de vrais couverts (place aux fourchettes et couteaux en plastique) qui risquent d’être utilisés pour mener des combats à fleurets mouchetés.

La famille réunie ou l’espace à la parole

On a pensé à tout, cadeaux, déco, menus… mais pas à ce qui est sans doute le plus important : de quoi va-t-on parler ? Car Noël, c’est aussi offrir un espace à la parole. Et dans les familles, les non-dits sont foison. C’est sans doute pour cela que bon nombre de gens n’aiment pas ces fêtes qui leur paraissent devoir être faites sur commande et dictées par le monde marchand. À travers ce rejet, ils expriment peut-être toute leur appréhension à être confrontés aux rancunes assassines, aux rivalités, aux secrets qui pèsent…
Il faut donc une sacrée dose de bonne volonté pour donner un supplément d’âme à la rencontre. Les grands-parents peuvent y mettre du leur en évoquant leur première rencontre et, à travers leur vie de parents, celle de leurs enfants. Les ados (car dès 10-12 ans, les enfants se retrouvent bien sûr à la table des adultes) adorent entendre égrener les souvenirs, explorer l’histoire des aïeux, comptabiliser les bêtises de leurs parents quand ils étaient enfants. Et quand la famille est recomposée, le kaléidoscope des souvenirs ne fait que se multiplier. On taira par contre les blessures d’une séparation proche, les amours fracassées, l’absence d’un nouveau compagnon ou d’une nouvelle compagne qui n’arrivera jamais. Pas de décombres à Noël ni le premier jour de l’an, mais de l’espoir qui s’invite à table. Rêvons-y déjà…

Des jeux d’ambiance pour rire (et parfois pleurer)

Si la soirée démarre souvent sur les chapeaux de roues, dopée par les zakouskis et l’apéro, elle risque de se traîner à l’heure de la bûche. Certains convives s’assoupissent, d’autres replongent dans leur écran (les ados surtout !), d’autres encore s’agitent dans la cuisine, histoire de respirer un coup. On s’est tout dit ou presque… Ne serait-ce pas le moment de sortir un jeu d’ambiance pour redynamiser tout ce petit monde. Le Ligueur vous en propose quatre qui se trouvent tous en ludothèque, pour petite ou grande tribu. D’autres idées dans nos coups de cœur.

► Tantrix : ce jeu rassemble des joueurs de tous âges à partir de 6 ans. Entre le puzzle et le domino, il excitera celui ou celle qui aime les questions de stratégie. Un grand classique pour six joueurs maximum.
► Barbistouille : chacun doit se mettre dans la peau d'un personnage pour réaliser deux types d'épreuves. Un jeu d’impro pour jongler avec les mots qui peut rassembler jusqu’à dix joueurs dès l’âge de 14 ans. Rires garantis !
► Time’s up Kids : autre jeu de langage qui consiste à faire deviner des mots ou des personnages en parlant ou en mimant. Idéal pour développer le vocabulaire et l’expression orale de vos plus jeunes dès 4 ans. Jusqu’à 12 joueurs.
► Concept : et pour rester toujours dans l’échange, un jeu qui demande de deviner un mot, une idée, un personnage… sans mime ni paroles mais à partir d’icônes et de quelques cubes. Dès 10 ans et jusqu’à 12 joueurs.

Et le reste des congés ?

Il y a les fêtes… et tous les jours entre ces deux soirées folles. Pour les parents qui travaillent, c’est parfois galère d’occuper leurs plus petits. Le Ligueur a pensé à eux avec son super agenda Que faire avec vos enfants durant les congés. Au programme, des spectacles, des musées, des idées et bien d’autres choses encore à faire avec papy-mamy ou tout autre tata ou voisine si papa et maman sont au boulot.

Myriam Katz