Vie de parent

La rentrée de septembre ?
Les scénarios se précisent, mais…

En septembre, prochain, ce sera la rentrée scolaire pour tout le monde. Aujourd’hui, les 4 scénarios évoqués ces dernières heures ont été un peu précisés lors d’une conférence de presse données par les différentes Communautés. Avec d’emblée une grosse différence entre le fondamental et le secondaire. Le premier rentrera (presque) normalement. Le second, lui, devrait rentrer au maximum quatre jours par semaine en présentiel avec un jour minimum de travail à distance. Voici les derniers éléments.

La rentrée de septembre ? Les scénarios se précisent, mais…

Ceux qui veulent des choses bien carrées devront en faire le deuil. Il est impossible, à l’heure actuelle, de définir exactement comment se déroulera la rentrée des classes de septembre. Cela dépendra de l’évolution de la situation sanitaire. On n’est pas à l’abri d’une deuxième vague comme l’a encore rappelé, cet après-midi, la Première ministre Sophie Wilmès. Si un schéma précis ne peut être dressé, on peut par contre élaborer un cadre décliné en scénarios. C’est ce qu’a fait la Fédération Wallonie-Bruxelles.

Ces scénarios se déclinent en couleurs. On va du vert au rouge, en passant par le jaune et le mauve, en fonction de l’évolution de la crise sanitaire. Le tout pour « garantir le droit à l’éducation ».

Scénario vert : c’est le retour à la normale

C’est le scénario de rêve.  « La situation parfaite », selon la ministre de l’Éducation Caroline Désir. En gros, c’est comme avant, plus de risque sanitaire, la situation est normale. Les Belges sont vacciné·e·s, l’immunité collective est à son top. Les écoles sont ouvertes, sans restriction. C’est clairement utopique.  

Scénario jaune : c’est la situation sanitaire comme aujourd’hui

D’un point de vue sanitaire, c’est comme aujourd’hui. Le virus est toujours là, mais la situation est sous contrôle. Comme en ce mois de juin, les régimes sont différents si on fréquente le fondamental ou le secondaire. Règle établie ? Dans le fondamental (maternelle et primaire), tout le monde reprend le chemin de l’école, 5 jours sur 5. Pour le secondaire, on tombe sur un système de 4 jours de « présentiel » par semaine, le mercredi étant dédié au boulot à domicile. « A priori, c’est le scénario sur lequel on table pour la rentrée de septembre », glisse-t-on au cabinet de la ministre de l’Éducation.

Scénario orange : la crise sanitaire s'aggrave

Sanitairement, il y a une régression. La situation est plus complexe et nécessite des aménagements. Le secondaire est plus spécifiquement touché, on revient au concept de classes coupées en deux, de présentiel en alternance. Tout l’aspect hygiène est aussi renforcé (gestes barrières, etc.).

Scénario rouge : l’épidémie a repris

Ce n’est plus une régression de l’état sanitaire, mais bien une reprise de l’épidémie. Le scénario orange est encore renforcé en conséquence dans le secondaire. Les mesures sont plus drastiques.

À présent, une attente de détails...

Ce qui étonne, évidemment, c’est que rien ne change pour le fondamental dans chaque scénario. Même dans le scénario rouge. Un point qui, hier soir, chipotait plusieurs enseignant·e·s et responsables syndicaux.

Après l’annonce des mesures, il y avait aussi une grosse attente du côté du corps enseignant, désireux d’avoir plus de précisions sur les scénarios et leur modus operandi. Quid des bulles ? Quid des mesures déjà mises en place ? Quid du surcoût engendré ? Quid de l’assistance pour garantir la mise en place de dispositifs qui concerneront, cette fois, tous les élèves (l’obligation scolaire étant de mise) ?

Tout cela fera l’objet de circulaires qui vont être scrutées dans les moindres détails.

T. D.

Sur le même sujet

Pas de session d’examens en décembre ? Cela dépendra des écoles et de leurs pouvoirs organisateurs

Ce matin, l’administrateur général du réseau de l’enseignement officiel s’exprime dans le Soir. Dans ses écoles, il n’y aura pas d’examens de repêchage en septembre, ni d’examens en décembre. Et cela afin de gagner des semaines d’apprentissage, pour « rattraper » le retard Covid. Attention, si le mot d’ordre est fort, il ne concerne pas toutes les écoles. Loin de là. Explications.