Vie de parent

Le boom des papas
en congé parental

Les papas sont de plus en plus nombreux à prendre un congé parental. Ils représentent aujourd’hui un quart des personnes en crédit-temps pour profiter de leur famille.

Le boom des papas en congé parental

On vous disait que les papas voulaient passer plus de temps en famille. Aujourd’hui, une étude de l’Office national de l’emploi (Onem) confirme que le nombre d’hommes qui prennent un congé parental pour s’occuper de leur enfant a plus que doublé entre 2002 et 2012 (passant de 2.991 à 30.118).

Ils ne rattrapent pas encore les femmes qui restent majoritaires dans le congé parental : 1 femme pour 20 salariées contre 14,3 hommes pour 1 000 salariés en 2012, en moyenne.

Pourquoi ?

Les premières raisons sont pragmatiques et concrètes. En 2002, le gouvernement autorise les parents à découper leur congé parental en 1/5e  temps pendant 15 mois. C’est d’ailleurs cette formule que les papas préfèrent. Deux tiers des hommes en congé parental (environ 20 874) optent pour un jour de congé par semaine.

Avant, on ne pouvait choisir qu’entre le congé à plein temps ou à mi-temps. En 2005, l’octroi du congé parental est accordé jusqu’au moment où l’enfant a 6 ans (et non plus 4 ans) et passe à 12 ans en 2009. En 2012, la durée du congé parental est portée à 4 mois (au lieu de 3) en « équivalent temps plein ».

Profiter de ses enfants

Mais cette nette augmentation démontre aussi que les hommes souhaitent davantage s’impliquer dans l’éducation des enfants, et de mieux concilier leur vie professionnelle avec leur vie familiale.

La Ligue des familles avait déjà révélé en juin dernier que les hommes voulaient renforcer leur présence auprès de leur famille. L’asbl a prolongé son enquête en demandant aux pères, mais aussi aux mères, comment ils percevaient les effets d’une plus grande présence du papa à la maison.

Ils comprennent peut-être aussi que leurs enfants, qu’ils soient tout petits ou déjà adolescents, ont besoin, pour grandir et s’épanouir, d’un papa à la maison. Et ce ne sont pas les femmes qui diront le contraire.

Stéphanie Grofils

En savoir +

Un peu d’histoire

En 2005, l’octroi du congé parental est autorisé jusqu’à ce que l’enfant ait 6 ans (et non plus 4 ans). En 2009, il est ensuite accordé jusqu’au moment où l’enfant atteint 12 ans.

Combien et où ?

Le succès du congé parental varie selon les régions : 8,3 pour 1 000 salariés à Bruxelles et 9,3 pour 1 000 en Région wallonne (17,7 en Flandre).

Sur le même sujet

Vie de famille-Vie professionnelle. Les papas, entre désir et réalité

Avec cette nouvelle enquête réalisée grâce au soutien du Secrétaire d’État aux familles, la Ligue aborde cette fois l’épineuse question de l’équilibre entre les vies privée, familiale et professionnelle.
L’originalité de ce projet : nous concentrer sur les papas. Loin de certains clichés éculés, notre enquête présente des pères avec des besoins et des attentes qui leur sont propres. Non, concilier vies professionnelle et familiale ne se conjugue pas qu’au féminin.

 

Elle & Lui toujours d’accord ? Le congé parental

Prendre le temps de… prendre le temps avec ses enfants. Beaucoup en rêvent, mais le congé parental reste surtout valable pour les mères. Un choix qui n’en est pas toujours un et des mentalités à faire encore évoluer.

 
 
 

Le congé parental, côté père, côté mère…

Le congé parental offre la possibilité à chaque parent de s’occuper davantage de son ou ses enfants tout en conservant son emploi. Si jusqu'ici, la formule était surtout largement répandue chez les mamans, les papas sont de plus en plus nombreux à y adhérer. Assouplissement de la loi ou volonté de se consacrer aux siens, peu importe les causes: ils représentent aujourd’hui un quart des personnes en crédit-temps. Comment cela se passe-t-il au quotidien ? Comment s'organise cette nouvelle vie ? Plein feux sur le quotidien d'un homme et d'une femme qui ont permis à leur famille de s'aménager cette parenthèse.