16/18 ans+18 ans

Le choix d’une option,
déjà une carrière

Il y a ceux qui veulent tout arrêter, ceux qui ne savent pas du tout ce qu’ils vont faire plus tard, ceux encore qui se tâtent entre un type d’études et un autre, puis ceux qui veulent travailler tout de suite, ou se former à une profession dès le secondaire, comme l’évoque notre dossier consacré à l’orientation. Alors que les uns tracent leur voie, d’autres ont fait carrière après une filière professionnelle ou sans avoir obtenu le diplôme de secondaire. Portraits.

Le choix d’une option,  déjà une carrière

À 12 ans, Pierre-Laurent le sait. Il veut se former à l’horlogerie. Issu d’une « bonne famille » des hauteurs namuroises, il décide de s’inscrire en 1re secondaire à l’IATA, l’institut d’enseignement proposant des formations artistiques, artisanales, scientifiques, techniques et professionnelles. « C’était mal vu à l’époque. Mais on est allés visiter l’école avec mes parents. Les enseignants nous ont mis en confiance sur les débouchés. Mes parents ont vite été rassurés, et ont soutenu mon choix », se souvient l’artisan.
C’est de l’extérieur du cercle familial que viennent l’incompréhension et les moqueries. «  Ce sont plus les amis de mes parents qui leur déconseillaient de me laisser faire l’IATA, au lieu du collège. Et aux scouts, c’est clair que j’avais un parcours différent des autres. Ils étaient tous dans l’un des deux collèges réputés de la région. Et c’était l’âge où on subit des moqueries dès qu’on fait quelque chose de différent. Je me prenais des piques. Mais j’avais assez confiance en moi pour que ça ne me touche pas. Et j’avais le soutien de mes parents donc je n’en ai pas vraiment souffert. »

De l’or dans les doigts

À l’IATA, Pierre-Laurent se plaît beaucoup. Et ses résultats s’en ressentent. Il suit parallèlement des cours particuliers de français, de maths et d’anglais les mercredis après-midi, pour compenser le manque de cours de base. Il suit aussi des cours de français et de maths sur les temps de midi à l’école, avec un professeur, comme le lui ont conseillé ses parents. Il décroche le CESS (certificat d’enseignement secondaire supérieur) au terme de sa 7e professionnelle.
« Dès 17- 18 ans, la tendance s’est inversée. Les copains trouvaient de plus en plus sympa que j’ai fait autre chose. Aujourd’hui, certains me confient même qu’ils s’ennuient dans leur bureau ou déchantent de leur métier ou de leur salaire, alors qu’ils ont fait tant d’années d’études. Moi, j’ai fait un choix de cœur. La passion n’est pas la même », confie-t-il.
Pierre-Laurent Martin s’est ensuite tourné vers la joaillerie. Après un an et demi de travail au service d’un maître-artisan, dans le quartier des diamantaires à Anvers, il se lance. Désormais, il vit confortablement de sa passion, travaillant les métaux et les pierres précieuses. Un épanouissement qui n’est pas venu d’un claquement de doigts. « Quand on bosse, qu’on est passionné et qu’on parvient à sortir du lot, ça va. Mais le but est difficile. Il faut avoir les reins solides et le moral. J’ai aussi eu la chance de pouvoir vivre chez mes parents au début de ma carrière, jusqu’à mes 20 ans », raconte-il. « Certains essaient et n’y arrivent pas. Être indépendant, ça demande de la discipline, le respect de soi et de ses clients. Je n’ai jamais l’assurance de qui va m’appeler demain. Mais ça arrive. Parce que je travaille sérieusement et que le bouche à oreille fonctionne bien », confie le créateur de bijoux. Un beau pied-de-nez à ceux qui doutaient de son choix initial.

Il a lancé sa boîte, sans diplôme

Kévin devait bisser sa rhéto. Il ne l’a pas fait. Il a commencé les petits boulots dans l’HoReCa, puis comme vendeur dans un magasin de vêtements, puis chez un fournisseur d’énergie wallon. À 25 ans, il lance son projet, en parallèle : une ferme à domicile. « J’ai mis les choses en place : j’ai rencontré les producteurs locaux, pour trouver des fournisseurs, puis j’ai créé mon site internet », explique-t-il.
Et très vite les choses s’accélèrent. Les commandes se succèdent. « C’est vite devenu ingérable », confie le jeune entrepreneur. Kévin doit quitter son travail pour se consacrer pleinement à son projet. Il suit alors une formation accélérée de gestion et en création d’entreprise à l’IFAPME.
Aujourd’hui, Kévin livre plus de 400 produits de bouche locaux dans toute la province de Liège. Il gère en moyenne une centaine de commandes par mois. « C’est une période heureuse pour moi. Mais j’ai trimé plus que les autres. Quand on n’a pas le CESS, on doit faire deux fois plus ses preuves qu’un autre ». Mais sans ce diplôme de secondaire, il est parvenu à lancer sa boîte, et à en vivre.

Stéphanie Grofils – 29/05/2013

Témoignages : ils tracent leur voie

Créer de ma main

Je ne savais pas trop. L’art m’intéressait, mais comme tout le monde, et je n’ai pas les compétences, je ne sais pas tracer à la main. Je suis allé aux portes ouvertes de Saint-Luc pour le graphisme mais je n’ai peut-être pas le talent qu’il faut. Au Salon des études, j’ai trouvé une formation en gestion environnementale et architecture de jardin. C’est original et ça peut avoir de l’avenir. En plus je vais apprendre beaucoup de choses et ce qui m’intéressait dans l’art c’est la conception. Que par ma main il y ait quelque chose qui soit bâti, créé, ça peut être chouette. Là, je suis quasi sûr de moi.
Martin, 17 ans, 6e latin

Évoluer sur le terrain

« J’ai arrêté l’école en 5e année parce que je voulais apprendre mon métier. J’ai toujours aimé le secteur de l’automobile. Je me suis toujours vu là-dedans. Quand j’ai commencé, j’ai directement accroché. J’avais envie d’approfondir mes connaissances, et en même temps être suivi en formation dans une entreprise qui me permet d’évoluer encore plus sur le terrain. »
Benoît, 19 ans, apprenti carrossier en 3e année à l’IFAPME

Commencer le métier maintenant

« Je préférais commencer le métier maintenant, et déjà me lancer, que d’attendre. Avoir de la pratique… »
Alisson, 15 ans, apprentie esthéticienne

On apprend mieux sur le tas

« Je préfère apprendre à travailler que d’aller à l’école. On apprend mieux je trouve aussi : on est direct sur le tas, dans un restaurant, à apprendre. »
Maximilien, 19 ans, 2e année en restauration à l’IFAPME

Salarié ou indépendant ?

Se lancer comme indépendant ou devenir l’employé d’un patron, ce n’est statutairement – et dès lors fiscalement – pas la même chose. Selon qu’on est indépendant ou salarié, on ne bénéficie pas de la même protection sociale. Découvrez ici les particularités des statuts d’indépendant, d’employé ou d’artiste établis par SMartBe, l’association professionnelle des métiers de la création.

Les métiers en demande

On n’a pas toujours une idée juste des métiers réellement en demande. À l’heure où notre étudiant(e) doit choisir tel ou tel type d’études, ou se destine à telle profession, rien de tel qu’un coup d’œil à la liste des métiers en demande, établie par le Forem, dans sa dernière étude « métier par métier ».

Sur le même sujet

« On voulait qu’il termine ses humanités, il veut devenir plombier »

« Tu ne vas quand même pas faire ça ! », « Ce n’est pas un métier ! », « Tu vas aller au chômage après ça ! » sont autant d’arguments incendiaires sur les débouchés des filières et formations aux métiers manuels. Objectif : qu’il termine ses humanités et décroche le fameux certificat d’enseignement secondaire supérieur (CESS).

 

Tu as fini tes études ? Passe par la case ONEM

Alors que le sommet européen annonce la mobilisation de 8 milliards d’euros pour doper l’emploi des jeunes, une préoccupation vous habite : rappeler à votre fils ou à votre fille fraîchement diplômé(e) qui fait la fête et n’a pas vraiment la tête à ça, de s’inscrire le plus vite possible comme chercheur d’emploi. Étape essentielle pour garder ses droits aux allocations familiales, à la mutuelle et aux allocations d’insertion et ce, même si on a décroché un job.

 

Formation et métier : l’avenir, c’est déjà aujourd’hui

Quelle filière aura de gros besoins d’ici à 2018 ? Quelles sont les qualifications que les entreprises recherchent pour demain ? Le Forem a sondé les professionnels et réalisé une étude fort intéressante sur les métiers d’avenir.

 

Enseignement supérieur : la réforme est actée

Le décret Marcourt visant à réformer l’enseignement supérieur a été adopté par le parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles. De gros changements structurels sont prévus, avec une mise en place effective pour certains dès la rentrée universitaire 2014.

 

Le qualifiant, un vrai choix

L’enseignement qualifiant redore son blason. Selon une enquête, les élèves ont une vision globale assez positive des filières qualifiantes. Et nous, parents, là-dedans ?

 

Mon enfant est réorienté : la honte ?

Qui dit fin d’année scolaire, dit aussi réorientation vers la filière technique pour certains. Bonne nouvelle pour les plus angoissés d’entre vous, cela peut être le début de grandes choses pour votre petit. Voire un véritable accomplissement. Vous n’y croyez pas ? La filière technique reste pour vous une voie de garage ? Parents, professeurs, jeunes élèves et Vanessa Saggese du Siep s’unissent pour chasser une vieille idée reçue.