12/15 ans

Le GSM est-il dangereux pour nos enfants ?

Commercialisé pour la première fois en mars 1983, le GSM fête ses 30 ans. Et depuis sa naissance, l'objet a bien changé. De simple outil de communication, essentiellement professionnel, il est devenu un doudou multifonctions dont on a parfois du mal à se passer. Nos ados, aussi. Mais le GSM et les ondes électromagnétiques qu’il dégage sont-ils dangereux pour notre santé, et davantage encore pour celle de nos enfants ?

Le GSM est-il dangereux pour nos enfants ? - Shutterstock

L'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) estime, dans un rapport, que son utilisation est « peut-être cancérigène pour l'homme » et qu'un usage intensif est dangereux. Sur ce, les ministres belges de la Santé et de la Protection des consommateurs, Laurette Onkelinx et Johan Vande Lanotte, ont réagi pour protéger les jeunes usagers.
Ils ont aussitôt proposé dans un arrêté royal :

  1. d’interdire la vente de téléphones mobiles spécifiquement conçus pour les jeunes enfants jusqu'à l'âge de 7 ans ;
  2. d’interdire la publicité sur les GSM destinée spécifiquement aux enfants de moins de 14 ans ;
  3. d’obliger les vendeurs à indiquer sur le produit le débit d’absorption spécifique (DAS) des différents GSM (le niveau de rayonnement de l'appareil) ;
  4. de rendre obligatoire avant fin 2013 la vente d’oreillettes avec tout GSM afin de diminuer l’exposition aux ondes.

« De possibles effets cancérigènes »

Ce sont là des mesures préventives, en attendant que la recherche scientifique infirme ou confirme le lien entre les ondes GSM et certains cancers. Il s’agit de protéger les personnes les plus sensibles, à savoir les enfants et les adolescents. « Jusqu’à 6-7 ans, leur cerveau est encore en plein développement morphologique. La phase de sensibilité est donc nettement accrue », explique Jacques Vanderstraeten, médecin du Conseil supérieur de la santé. « S’ils commencent très tôt l’usage du téléphone, ils seront exposés plus longtemps aux ondes, tout au long de leur vie. Et comme la tête des enfants est plus petite, les ondes vont pénétrer plus profondément », précise-t-il.
Quant à nos ados, il ne faudrait pas qu’ils exposent inutilement leur cerveau, toujours en développement également, aux ondes GSM, juste pour la frime. « Les ados sont en pleine construction de leur personnalité. Et un peu comme avec la cigarette, ils vont plus volontiers exhiber ou s’exhiber en communiquant pour se donner un genre », avance le médecin.
Rien ne sert donc de leur offrir des abonnements coûteux qui leur permettront d’appeler les copains pendant des heures. Il ne faut pas non plus qu’ils oublient la communication réelle, lorsqu’ils sont en groupe ou en famille (voir le Ligueur du 23/01/2013).

Stéphanie Grofils

MESURES DE PRÉCAUTION

Faut-il interdire l’usage du GSM à nos enfants, sous prétexte de risques sur la santé ? Non. De simples mesures de précaution suffisent :

  • préférer l’envoi d’un SMS à la communication téléphonique : le GSM n’est pas collé au corps et la durée d’émission est très courte ;
  • utiliser l’oreillette, en écartant son GSM de 20 cm (du cerveau, du bassin et de la ceinture) ;
  • éviter d’utiliser le GSM lorsque la réception est mauvaise (dans un ascenseur, en voiture ou en train) : il doit alors émettre en pleine puissance.

VOS AVIS DE PARENTS

« Nous sommes les modèles de nos enfants. Comment peut-on leur demander d'être raisonnables alors que les adultes utilisent aussi leur GSM tout le temps ? À nous de mettre les limites, financières d'abord et d'utilisation ensuite. » Dominique

« Même s’ils interdisent le GSM aux moins de 14 ans, ça ne changera rien parce que ce sont les parents qui achètent le GSM. Mon fils a 11 ans et il en a un, même s’il est souvent éteint. C’est rassurant de savoir qu’il peut être joignable, en cas de souci, et vice versa. » Aurore

« Je suis tout à fait contre le fait qu'un enfant utilise un GSM ! C'est ridicule. Non seulement, les ondes sont très néfastes pour leur santé et ensuite, un enfant n'en a pas l'utilité. Pour sa sécurité ? Un enfant ne doit pas se retrouver seul. » Sandy

« Interdire la vente est anti-démocratique et ne sert à rien... Quel contrôle y aura-t-il ? Une bonne campagne sur les dangers du GSM pour la santé me semblerait plus intelligent... » Julie

Sur le même sujet

Mon ado est-il malade des écrans ?

Internet, jeux vidéo, outils numériques variés… Nos enfants n’ont d’yeux que pour eux. Et s’en décollent difficilement. Sont-ils malades ou cyberdépendants pour autant ? Dans L'enfant et les écrans, les experts relativisent et livrent quelques recommandations.

 

Drame autour d'un gsm

Retour de l’école. À peine un bonjour. « Comment s’est passée l’interro de néerlandais ? » questionne la maman. « Hein ? » - « L’interro de néerlandais ? » - « Bof… » - « C’est-à-dire ? » - « Ben, j’sais pas, j’croyais qu’c’était réussi mais j’ai 4, c’était vache ! ». Amélie replonge sur son portable et Marlène, une fois de plus, s’interroge avec inquiétude : quand sa fille est-elle vraiment dans le présent, dans le réel ?

 

Mon G, c’est ma vie à moi

Plusieurs établissements scolaires tolèrent le GSM, à condition de le débrancher en classe. Mais la touche vibreur contourne la consigne. L’élève doué parvient toujours à consulter ses messages en douce. Il est impossible au professeur de donner cours et de vérifier constamment l’extinction de vingt-cinq mini-téléphones.

 

Papa, maman, lâchez votre smartphone

Plus d’un enfant sur trois estime que ses parents passent trop de temps sur leur smartphone. L’étude qui révèle ce chiffre a été commanditée par l’opérateur français Bouygues Telecom mais ses résultats surprennent car la sonnette d’alarme est tirée, cette fois, par des enfants.