Vie de parent

Le jeu comme casse-tête

Jouer pour jouer ? Rarement. Une dimension l’emporte de plus en plus dans les jeux destinés aux enfants - grâce à l’impulsion de l’incontournable éditeur SmartGames -, celle de la logique, du défi, du dépassement. Voici donc de quoi se creuser les méninges.

Le jeu comme casse-tête

Pingouin Puzzle (SmartGames)

Dès 5 ans
Tiens, on parlait de SmartGames. Voici un bon exemple de l’ingéniosité de l’éditeur. C’est sur la banquise que ça se passe cette fois. Avec ce petit jeu de plateau, sous forme de puzzle magnétique, voici donc 48 défis à relever.
Pourquoi ils ont aimé
« Très bon jeu de réflexion. L’univers des pingouins marche tout de suite chez les petits de 5 ans. Après, le jeu reste difficile pour un enfant de cet âge. Notamment en ce qui concerne le placement exact sur quadrillage et le fait que le jeu soit en 2D, car ça rend la tâche encore plus délicate. »
Ce qu’ils en disent
« Le gros avantage, c’est qu’il est facilement transportable. Je le conseille donc à des parents qui bougent beaucoup avec leurs enfants ou qui cherchent des jeux pour les occuper pendant des temps d’attente. Un gros plus concerne également le prix du jeu. J’ai regardé sur internet pour voir à combien il se vendait. Il est proposé à environ 10 €. Ce qui est très raisonnable et parfait comme cadeau à offrir pour des anniversaires ou comme petit cadeau complémentaire. »

Les Pestas

Dès 5 ans
Incroyable que Pestas ne soit pas plus connu que ça. À mi-chemin entre les Kapla et les dominos, ces magnifiques petits rectangles de bois colorés ont plusieurs utilisations. Ils peuvent servir de jeux de construction, permettent d’apprendre, mais surtout de relever plein de défis.
Pourquoi ils ont aimé
« D’abord, il faut parler de ce que ça fait à un enfant de découvrir un tel cadeau. Une boîte Pestas, c’est un gros cube en carton avec deux cents pièces en bois dans un filet. Mon fils et ma fille ont poussé des cris de joie. Une fois l’effet passé, ils l’ont ouvert et, avant même de regarder la notice et les figures à reproduire en fonction des couleurs, ils se sont lancés dans de grandes constructions qu’ils ont combiné avec d’autres jouets. Ça fait des super photos d’ailleurs. »
Ce qu’ils en disent
Les enfants sont à fond. Ils sont hypnotisés par le jeu. Et quand ils décrochent du livret, on sent que le simple fait de jouer avec ces petites pièces de bois les fait rêver. Elles peuvent très bien jouer le rôle de petites voitures, de petits gâteaux, de personnages. C’est un très beau cadeau. Le seul truc à redire, pour ne pas être trop élogieux, c’est le rangement. Le filet dans lequel elles sont rangées n’est pas solide. Un vrai filet de rangement, ça aurait été super.

Bison (Piatnik)

Dès 7 ans
Bison se joue à deux joueurs. Onze bisons sont d’un côté du jeu, en ligne droite derrière une des rivières et, juste devant l’autre, le chef indien avec ses chiens. Les bisons avancent comme des pions aux échecs, les chiens comme des dames mais ne peuvent pas prendre de bison. Le chef indien, comme un roi, peut, lui, se ruer sur les bisons. À la fin de la manche, on intervertit les rôles. Le premier à remporter une manche des deux côtés, l’emporte.
Pourquoi ils ont aimé
« Très intelligent. Il est possible de ne jouer qu’à deux, comme des prémices au jeu d'échec. On y apprend à développer la stratégie, à accaparer un territoire. D'un côté, la force des bisons, c'est leur nombre. De l'autre, celle de l'indien, c'est son agilité et la collaboration avec ses chiens rapides. On rentre tout de suite dedans. »
Ce qu’ils en disent
« Mon fils a adoré et voulait refaire plein de parties, sans se lasser. En tout cas le jour où on a découvert le jeu. Depuis, on y a rejoué une fois et il a voulu arrêter plus rapidement. Je ne sais pas trop pourquoi, à part peut-être son petit côté mauvais perdant… »

Villageo (Blue Orange)

Dès 8 ans
Vous voici architectes. Vous allez devoir bâtir les plus belles villes possibles. Mais pas n’importe comment. Il va falloir respecter les contraintes en plaçant commerces, maisons, lacs et jardins aux bons endroits pour respecter le plan d'urbanisme. Au total, 60 projets à finaliser. De quoi en construire des villes.
Pourquoi ils ont aimé
« Les enfants ont trouvé ça difficile, mais très prenant. Les cartes sont partagées en quatre degrés de difficultés. Mais très vite, ils ont le jeu en main et peuvent jouer plusieurs parties par eux-mêmes. J’aurais adoré avoir ce genre de jeux pendant le confinement, par exemple. Ça occupe intelligemment. »
Ce qu’ils en disent
« C’est encore les enfants qui en parlent le mieux. ‘On peut jouer tout seul dans un coin et faire plein d'hypothèses’. Ou encore : ‘J’ai aimé la stratégie, il faut faire marcher son cerveau, mais, aujourd'hui, mon cerveau était un peu endormi’. Seul bémol à signaler, le fait que le cadre bouge beaucoup. On l’a retiré pour y jouer tranquillement. Mais c’est juste pour pinailler. En une phrase, ce jeu est trop cool… mais avec un cerveau qui fonctionne bien. »

True balance (SmartGames)

Dès 8 ans
Beaucoup de SmartGames dans cette section, c’est vrai, mais nous tenions à vous présenter ce jeu qui sort justement des standards de l’éditeur. True Balance a été conçu et développé au Danemark, en coopération avec des ergothérapeutes et des physiothérapeutes. Il peut même être présenté comme un dispositif médical pour améliorer la concentration et la motricité fine.
Pourquoi ils ont aimé
« J’ai précisé dans ma présentation que notre fils de 10 ans souffrait d’un trouble de l’attention. Faisant de nous les chroniqueurs les plus adaptés pour ce jeu, j’imagine. Il a un côté hypnotisant. On a d’abord envie de le toucher. Il est beau. Et, tout de suite, on est saisi par ces rondelles de bois qui flottent les unes avec les autres comme par magie. »
Ce qu’ils en disent
« Notre fils a passé des jours entiers à y jouer. Essayant de tout aligner et défiant les lois de la force centrifuge. Ça fonctionne très bien et, pour l’avoir passé dans les mains de plusieurs enfants, pas besoin de troubles pour que ça fonctionne. »

Crazy Tower (synapses)

Dès 8 ans
Comme un air de Jenga, mieux dans son époque. Ici, les joueurs érigent une tour avec leurs blocs. Ils disposent les étages le plus solidement possible se jouant de la gravité. Le premier à se débarrasser de tous ses blocs gagne la partie. Crazy Tower se joue de deux manières. D’abord chacun pour soi ou en faisant équipe contre un saboteur.
Pourquoi ils ont aimé
« Première réaction en le recevant : ‘Oh, un Jenga en moche’, plutôt déçu, moi qui voulais tester un nouveau jeu. Puis on y joue. Et c’est plus subtil qu’il n’y paraît. Les deux modes fonctionnent bien. Le coup du saboteur est vraiment bien vu. »
Ce qu’ils en disent
« Les enfants ont été très agréablement surpris par l’aspect défi. Nous n’en avons testé que cinq ou six sur les dix proposés. Mais ça ajoute une dimension plus complexe. Je l’offrirai, même à des plus grands. C’est vraiment une bonne surprise. »

Cube Duel (SmartGames)

À partir de 10 ans
Un jeu de logique, en 3D. Celui-ci est même protéiforme. Il se joue à une seule personne avec le principe qui a fait les grands jours de SmartGames, à savoir, toute une série de défis à relever. Il peut également se jouer à deux, où l’on s’affronte en respectant les règles de pose.
Pourquoi ils ont aimé
« En duo, c’est très (trop ?) rapide. En quinze minutes, plusieurs parties sont pliées. Nous y avons joué cinq-six parties en quelques jours. Le plus de ce jeu, en plus du côté jeu solo ou jeu duo, c’est toute la réflexion autour de la 3D qui est vraiment intéressante. La spacialisation, les différents points de vue, etc. Toutes les stratégies à mettre en place pour s’affronter sont excellentes. »
Ce qu’ils en disent
« Les casse-têtes solo sont évolutifs. Seulement moins transportables que les autres SmartGames. On ne pourra pas l'emmener en voiture ou au restaurant - enfin quand on pourra y retourner - pour faire patienter les enfants. Dommage, car les miens aiment bien les jeux de défis en voiture, justement. C'est un jeu à sortir quand on n’a que quelques minutes devant soi et qu'on veut partager un moment. »

Yves-Marie Vilain-Lepage

Zoom

L’âge conseillé, on suit ou pas ?

Nous vous le répétons sélection après sélection, l’âge sur la boîte n’est pas toujours un bon indicateur. Il peut être présent pour des normes de sécurité, petites pièces ou autres. Mais il crée aussi beaucoup de confusion. Des enfants de 5 ans qui n’arrivent pas à suivre une règle pour un jeu de leur âge ? Pas grave, un enfant n’est pas l’autre. Au moment de l’achat, n’hésitez pas à bien discuter avec le vendeur ou la vendeuse pour savoir quel jeu correspond aux attentes de votre enfant. Partez de ce dernier, pas d’un âge sur une boîte, c’est le meilleur critère qui soit.

Les casse-têtes, c’est aussi des jouets

Un support et des petits blocs en bois, des cartes avec des symboles et des couleurs, il n’en faut souvent pas plus pour faire un jouet génial. Puzzly a toutes ces caractéristiques et bien plus encore puisqu’il permet de développer plein de compétences autant chez les plus jeunes que chez les papys et mamys. Finalement, c’est sa simplicité qui en fait son charme… et sa complexité. Parce que les casse-têtes à résoudre, à savoir reproduire avec les blocs de bois les combinaisons visibles sur les cartes, sont loin d’être aussi faciles que prévus. Deux versions sont disponibles, une classique et une améliorée avec un coffret et un sablier en plus pour faire des compét’ de vitesse. On vous prévient, les papas et les mamans, vous risquez d’avoir quelques mauvaises surprises face aux champion·ne·s de la logique que sont les enfants.
R. B.