Vie de parent

Le terrorisme et Daesh expliqués à vos enfants

Après vous avoir donné des clés pour trouver les mots justes pour parler des attentats de Paris avec vos enfants et vos ados, Le Ligueur décrypte ces événements d'actualité. De quoi répondre à leurs questions, engager la conversation avec eux ou même les aider pour un éventuel travail pour l'école. Mais aussi et surtout, éviter les amalgames.

Le terrorisme et Daesh expliqués à vos enfants - Reporters

Le terrorisme, c’est quoi ?

Le mot terrorisme nous fait immédiatement songer à un autre mot, plus facile à comprendre : la terreur. Le terrorisme est donc l’utilisation de la violence pour semer la terreur parmi une population. Différents moyens peuvent être utilisés : explosion, fusillade, prise d’otages, déraillement de train, détournement d’avion… Tous ces actes qui sont destinés à tuer des personnes innocentes, sont ce que l’on appelle des attentats. En semant la terreur, les terroristes - dans ce cas-ci, les islamistes (voir ci-dessous) - tentent, à tout prix, de faire passer leurs idées : ils espèrent ainsi faire pression sur les gouvernements et obtenir ce qu’ils exigent.  

Pourquoi ne faut-il pas confondre islam et islamisme ?

L’islam est la religion des musulmans qui est, comme le christianisme et le judaïsme, une religion monothéiste : elle est fondée sur la croyance en un Dieu unique. Après le christianisme, l’islam est la religion la plus pratiquée dans le monde : on compte aujourd’hui 1,2 milliard de musulmans, dont plus de la moitié vivent en Asie. Avec ses 200 millions de pratiquants, le plus grand pays musulman est l’Indonésie. Viennent ensuite le Pakistan, l’Inde, le Bangladesh et l’Égypte.
Et les islamistes ? Ces musulmans ont une vision, autrement dit une interprétation très particulière de leur religion : ils veulent que l’organisation de la société (école, droits des femmes, mariages…) ainsi que les institutions d’un pays soient soumis à l’islam et à ses règles (regroupées sur sous le terme de charia). Ces règles sont établies à partir du Coran qui est le livre sacré des musulmans : dans ce cas, l’interprétation des textes est faite de façon extrême et est souvent contraire aux droits de l’homme et à la démocratie. Alors que certains islamistes veulent arriver à leur fin par la voie démocratique (donc des élections), d’autres utilisent la force et le terrorisme, comme ce fut le cas le 13 novembre à Paris.
Important à comprendre : la majorité des musulmans pratique leur religion de manière tolérante et ne partage absolument pas les idées des islamistes. Ils condamnent aussi, en d’autres mots ils désapprouvent, les récents attentats à Paris comme ailleurs dans le monde.

Qu’est-ce que l’État islamique ?

Contrairement à ce que son nom pourrait indiquer, l’État islamique n’est pas un pays, raison pour laquelle certains préfèrent l’appeler Daech (en arabe), l’EI (pour État islamique) ou encore ISIS (en anglais). Il s’agit d’un mouvement terroriste composé d’islamistes qui veulent imposer leurs idées en combattant et en utilisant la violence. Ses membres sont ce que l’on appelle des djihadistes. Ils sont essentiellement présents en Irak et en Syrie où ils tentent de prendre le pouvoir et de créer un État qu’il nomme califat. Pour cela, ils terrorisent la population, détruisent des bâtiments dont certains sont très anciens et surtout, massacrent tous ceux qui ne pensent pas comme eux. Par ailleurs, on sait aussi que des jeunes adultes qui ont grandi dans des pays européens (en France, en Belgique, au Danemark, en Norvège…) partent en Syrie ou ailleurs dans cette région du monde afin de se former auprès des djihadistes et même, combattre aux côtés de Daech. De retour en Europe, certains de ces jeunes n’hésitent pas à organiser ou à commettre des attentats, comme ce fut le cas le 13 novembre dernier à Paris.

Pourquoi la France est-elle en guerre contre Daech ?

Pour lutter contre les djihadistes de Daech, la France et d’autres pays occidentaux ou arabes (une dizaine de pays au total, dont la Belgique) se sont regroupés pour former ce que l’on appelle une coalition contre le terrorisme. Afin d'empêcher Daech d'agir et de se développer, les pays de cette coalition bombardent régulièrement certaines régions d’Irak et de Syrie. La France est un des pays le plus actifs dans ces attaques : les spécialistes de la question estiment que c’est une des raisons pour lesquelles les terroristes ont commis des attentats à Paris, le 13 novembre dernier.

Anouck Thibaut

En bref

Que s’est-il passé le 13 novembre à Paris ?
Des terroristes ont tué des innocents (on compte au moins 129 morts et plus de 300 blessés), à plusieurs endroits de Paris et dans sa banlieue : à proximité du Stade France où se déroulait un match de foot, mais aussi à la terrasse de deux restaurants ainsi que dans une salle de concert où une prise d’otages s’est déroulée. Plusieurs terroristes sont morts durant les attaques : comme ils portaient des ceintures d’explosifs qu’ils ont actionnées pour se donner la mort, on dit d’eux qu’ils étaient des kamikazes. Les attentats ont rapidement été revendiqués par l’État islamique : cela signifie que cette organisation terroriste déclare qu’elle est responsable de ces actes atroces et que c’est elle qui les a organisés. Depuis vendredi, la police a arrêté plusieurs personnes en France mais aussi en Belgique. Des perquisitions, soit des fouilles dans certaines habitations ont eu lieu, notamment à Bruxelles. Le but étant d’arrêter d’éventuels complices qui auraient aidé les terroristes, de comprendre comment ces attentats ont été préparés et aussi d'éviter que de nouvelles attaques se produisent.

En savoir +

Islam : 14 mots pour y voir plus clair, un dossier de l'Actu jeunes, la rubrique du Ligueur qui décrypte l'actualité pour les ados.

Sur le même sujet

Charlie Hebdo : vos enfants réagissent

Tous les médias ont relayé les faits, l’émotion et les manifestations de soutien face aux drames survenus fin de semaine dernière. Les enfants aussi ont réagi.

 

Dounia Bouzar : « Les parents ont un rôle-clé pour libérer les jeunes de l’emprise djihadiste »

À l’heure du procès du rabatteur belge Jean-Louis Denis, rencontre avec l’anthropologue Dounia Bouzar qui, sur la base de son travail de terrain, explique dans Comment sortir de l’emprise « djihadiste » ? (éd. De l’Atelier) les techniques d’embrigadement, proches de celles des sectes.

 

Liberté d’expression ? Vaste sujet, je t’explique

Ce 7 janvier 2016 est à l'hommage des célèbres caricaturistes tués dans les attentats terroristes contre la rédaction de Charlie Hebdo. Un an plus tard, ceux qui étaient encore un peu petits, et ceux qui se souviennent vaguement, posent des questions fondamentales auxquelles nous n’avions peut-être pas pris le soin de répondre si l’actualité ne nous avait pas frappés au cœur. Et parmi elles, une précieuse, à laquelle nous devons toujours prendre le temps et le soin de bien répondre : c’est quoi, la liberté d’expression ?

 

Attentats : une BD pour gérer les angoisses des enfants

Deux mois après les attentats de Bruxelles, six après ceux de Paris, les enfants ont encore des questions, des craintes aussi parfois. Une bande-dessinée permet d'aider les parents à trouver les bons mots.

 

Djihad : « On a abusé de son idéal et facilité son départ »

« On a abusé de son idéal et facilité son départ », affirme Saliha Ben Ali en parlant de Sabri, son second fils, parti en 2013 pour la Syrie où il a perdu la vie. Depuis, cette mère de quatre enfants n’a de cesse de se battre contre le radicalisme et ses violences. Avec son association, S.A.V.E Belgium, elle a mis en place une série d’actions de soutien aux familles confrontées aux méfaits intégristes, dont les Mothers School. Son histoire et l’analyse qu’elle en fait sont éclairantes.

 

Attentats de Bruxelles : comment en (re)parler aux enfants ?

Le 22 mars, la Belgique va commémorer les attentats de Bruxelles. Des cérémonies officielles et des Cercles de silence seront organisés sur les lieux touchés par l’horreur il y a un an. Objectif : rendre un hommage solennel aux victimes, à leurs familles, aux secouristes et aux personnes qui ont aidé là où elles le pouvaient. Être ensemble, oui, mais comment en parler aux enfants ? Écouter et expliquer, c'est ce que préconise la psychologue Mireille Pauluis.