Vie de parent

Les allergies sont
en avance cette année

15°C le jour du Nouvel An. Du jamais vu en Belgique. Les feuilles mortes n’ont pas encore disparu du sol que les premiers bourgeons font déjà leur apparition sur les arbres. Avec comme conséquence des allergies qui reviennent bien plus tôt que prévu. Quelques conseils de prévention et, surtout, des solutions.

 

Les allergies sont en avance cette année

La Belgique n’avait plus connu d’hiver aussi doux depuis des années. Avec 10°C le soir de Noël et 15°C le soir du Nouvel An, il n’a gelé que quelques fois cet hiver. Le printemps sera-t-il en avance cet été ?  On ne peut le prédire avec certitude, mais une chose est sûre : certains arbres commencent déjà à bourgeonner et le pollen est de retour. Au grand dam des allergiques ! Éternuements, nez bouché, difficultés respiratoires, yeux qui coulent… ils risquent de voir apparaître leurs symptômes avec trois mois d’avance.

Un petit coup d'avance

Lucie Hoebeke, du Service Mycologie & Aérobiologie au Réseau de Surveillance Aérobiologique Belge, confirme : « Depuis le 1er janvier, des grains de pollen d’aulne et de noisetier sont présents dans l’air. Bien que la concentration soit encore faible, les personnes allergiques peuvent déjà en effet ressentir des effets indésirables ». Comme dit le proverbe, mieux vaut prévenir que guérir. Si vous savez que vous ou l’un de vos enfants êtes sensibles aux allergies, n’hésitez pas à prendre des mesures préventives.
Si votre enfant présente des manifestations cliniques en période pollinique et que vous pensez qu’il est allergique, n’hésitez pas à consulter votre médecin, un allergologue ou un ORL. « Dès le plus jeune âge, il est possible de faire des tests de dépistage cutané (les fameux prick-tests) qui permettent de détecter précisément à quel(s) pollen(s) l’enfant est allergique », explique le Professeur Casimir, chef du service de pneumologie pédiatrique à l’Huderf.
Sur le plan médical, il est possible de pratiquer une désensibilisation par voie orale. « Autrefois, cette technique était davantage réservée aux enfants du primaire et aux adolescents. Aujourd’hui, quand l’allergie est avérée, des enfants de maternelle peuvent aussi se faire désensibiliser, explique le docteur Casimir. Plus la désensibilisation sera ciblée (c’est-à-dire concentrée sur le moins de types de pollens possibles), plus elle sera efficace ».

Quelques reccomandations des allergologues

Face aux allergies, l’hygiène de vie ne fait pas tout. On ne peut jamais éviter complètement le contact avec les pollens. « Mais quelques gestes simples et de bonnes habitudes peuvent tout de même vous aider à limiter l’apparition des allergies », assure le spécialiste :

  • Ne pas trop ouvrir les fenêtres de votre maison. Choisissez les jours de pluie pour aérer votre domicile. La pluie a en effet comme vertu de faire chuter rapidement le taux de pollen présent dans l’air ;
  • Laisser les vitres de votre voiture fermées lorsque vous roulez ;
  • Rincer le visage à l’eau claire plusieurs fois par jour ;
  • Se laver les cheveux tous les jours afin d’éliminer toute trace de pollen et de ne pas en transférer sur le canapé ou dans le lit ;
  • Changer de vêtements en rentrant du travail/de l’école ou après avoir fait une balade à l’extérieur ;
  • Fuir le vent qui dissémine rapidement le pollen d’un endroit à l’autre ;
  • Enduire l’intérieur de son nez d’un lubrifiant gras (comme de la vaseline ou des crèmes spécifiques vendues en pharmacie) afin de créer une barrière de protection.

Mais alors que faire ?

Les allergies au pollen provoquent le plus souvent des rhinites allergiques ou de l’asthme allergique. Pour les traiter et soulager les symptômes, différentes solutions médicamenteuses existent. « Il s’agit principalement d’antihistaminiques par voie orale (sans effet sédatif pour l’enfant), d’antihistaminiques en spray (très efficaces pour les yeux en cas de conjonctivite allergique) et, si cela ne suffit pas, des sprays nasaux à base de corticoïdes qui peuvent, à petites doses et pour une durée limitée, être déjà utilisés sur des enfants très jeunes, commente le spécialiste. Si les allergies au pollen causent de l’asthme, nous prescrivons des inhalations de broncho-dilatateur ou de corticoïdes à faibles doses ».
Le Professeur Casimir insiste sur l’importance de faire suivre régulièrement son enfant allergique : « En cas d’allergie légère, nous recommandons aux parents de consulter leur allergologue. Quatre visites annuelles sont un minimum dans le cas de maladies chroniques ».
Vous préférez éviter les médicaments ? Certaines huiles essentielles, comme l’huile d’estragon, sont connues pour soulager les symptômes allergiques, de même que la vitamine B5 (décongestion nasale) ou les acides gras oméga-3 (qui atténuent les inflammations de la gorge).
Vous pouvez aussi vous tourner vers l’homéopathie. Bien que controversée, elle s’avère efficace chez certains patients.

 

Gaëlle Hoogsteyn

Informez-vous en direct

Saviez-vous qu’il existe en Belgique un réseau qui suit en temps réel le taux et les types de pollinisation dans les différentes régions du pays ? Vous pouvez, vous aussi, retrouver cette information en direct sur leur site et ainsi éviter de sortir ou vous préparer à prendre des mesures lorsque des pics sont annoncés.

 

Le Ligueur utilise des cookies pour faciliter la navigation sur ce site web et permettre l’utilisation de ses fonctionnalités. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies. J'accepte l'utilisation des cookies
En savoir plus