3/5 ans

Les dents de lait craignent les fêtes

Halloween, Saint-Nicolas, Noël… tant d’occasions d’offrir des douceurs et sucreries à nos bouts de chique. Mais gare aux dégâts que ces friandises laissent derrière elles ! Heureusement, le Ligueur et la dentiste pédiatrique de Saint-Luc Anne Fortpieds ont trouvé le menu pour des dents de lait en pleine santé.

Les dents de lait craignent les fêtes

Dur, dur, de supprimer les bonbons ! On sait que ce n’est pas extra pour la santé, on les évite au maximum, mais ils sont parfois trop tentants. Pour les petits gourmands, pour les grands gourmands… et pour tous ceux qui en font une habitude de circonstance.
« Chez nous, les bonbons servent surtout à donner du courage en fin de balade quand un enfant est fatigué. On en propose parfois en dessert ou lors des fêtes. Mais à petites doses. Car certains parents exagèrent et offrent d’énormes sachets de crasses lors des anniversaires. Les enfants sont contents mais surexcités toute la soirée à cause des sucres qu’ils engouffrent. Parfois, c’est drôle, on dirait des mini-poivrots tellement ils sont joyeux et crient fort. Parfois, ça dégénère aussi », témoigne Laurent.
« Moi, je préfère embarquer le sachet discrètement. Je le planque à la maison derrière les conserves de choucroute et je distribue avec parcimonie durant les jours qui suivent », confie Alice, maman de jumeaux de 5 ans.
Une bonne idée, d’étaler et de multiplier les prises de sucreries ? Pas forcément. Anne Fortpieds, dentiste pédiatrique aux cliniques universitaires Saint-Luc, nuance : « On peut difficilement supprimer les bonbons, ça fait partie de l’enfance. Mais il faut éviter le grignotage. C’est mieux de se limiter à un seul moment sucré. La salive fait très bien son travail pour éliminer le sucre, mais elle a besoin de deux heures pour neutraliser l’acidité et le sucre en bouche. Donc, si un enfant reçoit un sachet de bonbons lors d’une fête d’anniversaire, il peut les manger, mais en une fois. Ça limite le nombre de moments sucrés. Et après avoir mangé des bonbons, s’il boit un peu d’eau, le sucre partira plus vite. »
« Dans notre rue, impossible d’échapper à la tradition d’Halloween, raconte Nadia, maman de deux enfants de 4 et 7 ans. Pour éviter une overdose de bonbons, une voisine propose chaque année une alternative : une brochette de fruits, une brosse à dents décorée avec un chapeau de sorcière… Elle y met du cœur et délivre un super message : on peut faire la fête sans trop se gaver ! En tant que maman, j’adore le concept. Ça n’empêche pas les enfants de se gaver de bonbons, mais ils se lavent bien les dents après. »

Jus et céréales nuisent à l’hygiène buccale

Une bonne idée que l’on peut suivre pour les anniversaires aussi. Car un petit bricolage à rapporter chez soi est tout aussi chouette qu’une grande sucette. Mais les bonbons ne sont pas les seuls aliments qui menacent le sourire de nos petits gourmands. Les jus de fruits aussi sont très sucrés et acides.
« La collation idéale, c’est un fruit qu’on mastique, précise la dentiste. Car s’il y a mastication, il y a stimulation de la salive. Croquer une pomme ou un petit cube de fromage stimule bien la mastication et la croissance. Par contre, lorsqu’on boit un jus fruité ou une boisson sucrée, le cerveau n’a pas le temps d’enregistrer tout le sucre qui passe. »
Et tout ce sucre attaque directement les jeunes quenottes de nos petits. Dernier aliment à bannir du menu de nos enfants : les céréales du petit déjeuner. Elles collent aux dents, sont également très sucrées et ne nécessitent aucun effort de mastication. Comme alternative, Anne Fortpieds propose des flocons d’avoine dans un lait végétal avec une bonne banane pour l’énergie et la bonne humeur. Une bonne tartine au miel ou à la confiture accompagnée d’un fruit, c’est tout bon aussi !
Une fois les placards de la cuisine triés, direction la salle de bain pour vérifier le matériel d’entretien de ces petites pépites blanches. On sait déjà qu’il faut brosser les dents de lait matin et soir avec un petit peu de dentifrice, mais lequel ? « Un émail jeune doit être chargé d’une toute petite quantité de fluor. Un petit grain de riz de dentifrice, c’est assez pour un enfant de 2 ans. Il ne faut pas en mettre plus car l’enfant ne le crache pas. Le dentifrice pour dents temporaires contenant du fluor sous forme olafluor (500ppn) est celui que je trouve le plus adapté aux tout-petits. Pour les 3 ans et plus, on passe à l’équivalent d’un petit pois de dentifrice, matin et soir », détaille la professionnelle.
« Pas plus d’un petit pois ?, nous répond une maman surprise. Mais le dentifrice, c’est notre appât pour lui laver les dents. Imrane adore le manger et l’avale à tous les coups. Plus c’est chimique, plus il l’adore ». Il faudra trouver une autre astuce : le brossage avec un sablier, la chasse aux monstres-caries avec le harpon-brosse à dents, la danse de la brosse à dents en musique ou avec une application spécifique comme celle d’Oral B (Disney Magic Timer). Ou encore avec une brosse à dents électrique.

Brossage manuel ou électrique ?

« À partir de 3 ans, l’enfant a sa denture temporaire complète et on peut instaurer le brossage électrique accompagné jusqu’à l’arrivée des dents définitives. Le brossage électrique dure deux minutes. Ce que je conseille, c’est de garder un brossage manuel le matin et d’opter pour un brossage électrique le soir. Un enfant doit être éduqué aux deux », précise la dentiste.
Et comme les caries chez l’enfant apparaissent souvent vers 4-5 ans, on n’hésite pas à vérifier le brossage… ou à le terminer. Pour introduire le brossage électrique, si l’enfant se méfie, on teste la brosse sur un de ses ongles. Ensuite, on procède par étapes en brossant une dent à la fois. On peut se contenter de brosser deux dents avec la brosse électrique le premier soir, puis en brosser deux de plus le lendemain. Si l’enfant est prêt tout de suite, pas besoin d’y aller à petits pas.
« Faut-il en acheter une spécialement pour les enfants ? », nous demande une maman. C’est mieux, oui, car les brosses à dents électriques pour enfants sont un peu plus lentes que celles pour adultes. Heureusement, en Belgique, certaines mutuelles remboursent une partie du prix d’achat d’une brosse à dents électrique. Et puis, comme pour les brosses à dents manuelles, on en prend une nouvelle pour chaque saison.

Estelle Watterman

ALERTE

Quand aller chez le dentiste ?

Une tache brunâtre, une cavité ou un blanc crémeux sur une dent de lait… justifie une consultation chez un dentiste. Une dent de lait saine est blanche. Après un coup sur une dent ou une chute, une visite chez le dentiste est nécessaire si la dent a perdu de sa substance, si elle change de couleur par la suite ou si elle remonte.
Tout traumatisme nécessite une consultation, même si ce sont des dents de lait. Idem pour les caries. Une carie non soignée sur une dent de lait peut contaminer le bulbe de la future dent définitive caché dans la gencive.
Par contre, si les dents de lait son blanches et sans anomalie, l’enfant ne doit aller chez le dentiste qu’une fois par an à partir de ses 2 ans. L’occasion pour le dentiste de compter et de surveiller les dents de l’enfant. Il peut aussi donner des conseils d’alimentation et de brossage…

EN SAVOIR +

Combien de dents dans la bouche d’un enfant ?

À 3 ans, un enfant a en principe ses 20 dents de lait. Vers 5 ans et demi - 6 ans, les incisives centrales inférieures commencent à bouger et à tomber. Parallèlement, les premières molaires définitives apparaissent. « Cette poussée est parfois douloureuse, les incisives s’écartent un peu. Et c’est très bien, puisque les dents définitives sont plus larges. Mais cette poussée passe souvent inaperçue car il n’y a pas de dents qui les précèdent. Les parents doivent donc être très attentifs lors du brossage quand ces ‘dents de 6 ans’ arrivent », selon la dentiste Anne Fortpieds.

Des parents en parlent...

L’enfer en musique

« Pour brosser les dents de ma fille, c’est l’enfer. Soit elle chante, soit elle ferme la bouche, soit elle croque sa brosse à dents… elle ne tient pas en place. Il y a quelque temps, on nettoyait sa bouche en racontant que c’était la tanière d’une petite souris et qu’elle devait être bien propre. Mais l’attrait du jeu est parti après quelques jours. On a essayé la brosse à dents musicale. De nouveau, pendant deux semaines, Philomène se laissait brosser les dents. Puis elle s’est lassée. On est à court d’idées. Franchement, si on lui lave les dents cinq fois par semaine, on est contents. »
Pierre, papa de Philomène, 3 ans

Sacré brossage

« Chez nous, le lavage des dents, c’est sacré : deux fois par jour, tous les jours. Parfois un peu plus rapidement le matin quand on est à la bourre, mais on essaye de ne jamais le zapper. Pour la technique, on utilise une brosse à dents électrique pour notre grande, mais Victor ne supporte pas du tout une brosse qui vibre. Déjà la tondeuse chez le coiffeur, c’est difficile, alors une brosse à dents qui fait le même genre de bruit, ce n’est pas possible. »
Isabel, maman de Victor, 4 ans, et d’Alba, 6 ans

Sur le même sujet

Dentiste : deux consultations gratuites par an, dès 2 ans

Un suivi régulier de la dentition doit débuter dès la petite enfance. Conscient de son importance, l'INAMI rembourse intégralement les consultations chez le dentiste jusqu'à l'âge de 18 ans, à raison de deux visites par an.

 

Et si on écrivait à saint Nicolas…

Dans un peu moins d’un mois, le grand Saint viendra visiter la plupart de nos chaumières. Et une telle visite, ça se prépare. Les catalogues de jouets sont prêts à être dévorés, déchiquetés ou découpés. Et vous, vous êtes prêts ?