Vie de parent

Les enfants belges pas tous égaux

Triste constat de l’Unicef : les inégalités sont de plus en plus importantes chez les enfants en Europe. La Belgique aussi fait figure de mauvais élève.

Les enfants belges pas tous égaux

Tous les enfants ne sont pas égaux en Europe. Dans 41 pays développés, les inégalités touchent quatre dimensions fondamentales de leur bien-être : le revenu (des parents), l’éducation, la santé et la satisfaction dans la vie.

La Belgique ne sort pas glorieuse du classement de l’Unicef (bilan Innocenti 13). Elle occupe une 29e place très peu enviable. Avec pour points noirs notamment les mauvais résultats concernant l’éducation et le niveau de vie.

Inégalités de revenu

L’inégalité des revenus a augmenté dans la majorité des pays développés depuis la crise économique, selon les résultats. En Belgique, qui occupe la 22e place au classement, l’écart de revenu se creuse entre les enfants les plus pauvres et les enfants qui grandissent dans une famille avec un revenu moyen. Près de 1 enfant sur 5 grandit dans une famille en dessous du seuil de pauvreté, c’est-à-dire une famille qui dispose de moins de 60% du revenu moyen (chiffres UE-SILC 2014).

Inégalités scolaires

En rouge dans le bulletin de la Belgique : l’enseignement. Le plat pays se positionne à la très mauvaise 36e  place, soit l’avant dernière du classement concernant les inégalités scolaires ! Plus de 1 jeune sur 10 n’a pas  le niveau de compétence 2 en  mathématiques, en lecture et en sciences, d’après le rapport.

« L’ascenseur social que l’école doit représenter semble en panne, avec l’effet de cascade que l’on connaît, caractérisé par de nombreux redoublements et une relégation trop rapide vers l’enseignement spécialisé, précise l’Unicef. L’écart entre les élèves qui obtiennent des résultats ‘moyens’ et les élèves qui obtiennent de ‘mauvais’ résultats  est extrêmement grand.  Ceci est non seulement préjudiciable pour les enfants concernés, mais c’est un énorme gaspillage de talents qui affaiblit également le ressort social et économique de notre société et nuit à sa cohésion sociale. Le recul des inégalités à l’école est l’un des plus gros défis que la Belgique doit assumer aujourd’hui et dans les années à venir. »

En termes de santé et de niveau de satisfaction de la vie, la Belgique n’est pas championne non plus. Sans compter qu’une égalité en entraîne une autre.

La spirale des inégalités

Comme le mentionne l’Unicef, le risque est grand que les enfants qui grandissent dans des familles pauvres soient insatisfaits de leur vie et rapportent de mauvais bulletins à la maison. Ils auront également moins de chance de faire du sport et de manger équilibré. Cela menace drastiquement leurs chances de réussite dans la vie.

La Ligue des familles plaide pour que les enfants partent tous avec les mêmes chances dans la vie. Elle s’inquiète d’autant plus pour les  parents seuls avec enfant encore plus exposés. Et appelle à réévaluer l’impact concret de la pauvreté sur la vie des familles. Pour en savoir +, lisez ici.

Ça se jouera aussi dans le Pacte

En tant qu’acteur dans l’élaboration du Pacte d’excellence, la Ligue des familles insiste également pour que la nouvelle ministre de l’Enseignement veille à ce que l’école de demain soit égalitaire, accessible et inclusive. Pour en savoir +, lisez ici.

Ce qu’il faut désormais, c’est du courage politique pour mettre en place une politique structurelle d’égalité des chances pour TOUS les enfants, selon l’Unicef et la Ligue des familles. Il est important de s’attaquer concrètement à cette problématique « afin que tous les enfants puissent démarrer avec les mêmes chances dans la vie ».

Stéphanie Grofils

Sur le même sujet

Six balises pour l’école de demain

La Ligue des familles veut faire passer le message d’une école moins inégalitaire. Elle propose six balises pour construire l’école de demain. C’est le message qui a été adressé à la ministre de l’Enseignement, Joëlle Milquet, lors des consultations préalables au lancement du Pacte pour un enseignement d’excellence.

 

Trop d’enfants vivent dans la pauvreté en Belgique

Près d’un enfant sur quatre en Wallonie et quatre sur dix à Bruxelles sont concernés par cette problématique.

 

Tous égaux en faisant les devoirs à l’école ?

L’égalité des chances progresse entre les élèves. Mais l’enseignement en Fédération Wallonie-Bruxelles reste discriminatoire. Pour vaincre les inégalités, la Ligue des familles propose d’intégrer les devoirs dans le temps scolaire.

 

Comment renforcer la mixité sociale et le niveau des élèves ?

L’enseignement en Fédération Wallonie-Bruxelles ne remplit pas sa fonction d’ascenseur social, selon l'ULB. Pour vaincre les inégalités scolaires et sociales, une piste au programme des différents partis : réformer le tronc commun.