0/2 ans3/5 ans

Les grands-parents, disponibles à n’importe quel prix ?

« Louison est malade et, vendredi, il y a journée pédagogique à l'école des enfants.
- Téléphone à Mamy et profites-en pour lui dire qu'on aimerait prendre un petit week-end à deux les 25 et 26.
- Je ne sais pas si elle sera libre…
- Elle ne travaille pas, elle peut toujours s'arranger. Et puis, cela lui fait plaisir qu’on fasse appel à elle… »

Les grands-parents, disponibles à n’importe quel prix ?

Les parents peuvent-ils toujours compter sur leurs propres parents pour les dépannages et les baby-sittings d’un soir, des mercredis après-midi ou des petits week-ends en amoureux ? La réponse dépend notamment des rapports qui existent entre eux. Et ceux-ci sont multiples ! Ainsi, pour de multiples raisons, certains parents entretiennent une excellente relation avec les grands-parents ; d'autres, pour des motifs tout aussi variés, ne veulent pas laisser leurs parents s'occuper de leurs enfants.
S’il n'y a pas un seul modèle de relation entre parents et grands-parents, c’est aussi parce qu'il y a toutes sortes de grands-parents : des jeunes d'à peine 40 ans, des (beaucoup) plus âgés, octogénaires parfois. Certains sont en très bonne santé, d'autres ont besoin de soins. Il y a ceux qui sont encore au travail, ceux qui ont une vie de retraité très active, ceux qui sont seuls et souffrent de leur solitude, ceux qui vivent loin, ceux qui ont toujours habité dans la même rue que leurs propres enfants…
Et puis, il y a toutes sortes de profils de parents. Certains sont embarqués dans des activités professionnelles très prenantes, d'autres travaillent loin de chez eux, partant tôt le matin et rentrant tard le soir. Certains diminuent leur temps de travail pour être plus disponibles pour leurs enfants, alors que, pour d’autres, ce choix est impossible. Les uns sont socialement seuls, les autres vivent dans un quartier de jeunes ménages où il y a beaucoup d'entraide…
Dans l'ensemble, les grands-parents sont en meilleure santé et nettement plus dynamiques qu'il y a cinquante ou soixante ans. Ils sont aussi sollicités de manière différente par leurs enfants parce que les conditions de travail sont devenues, pour certains, très compliquées et difficilement conciliables avec une vie de famille.

La mémoire de la famille

Côtoyer les grands-parents au quotidien est précieux à plus d’un titre. Dans le meilleur des cas, ils sont une richesse pour leurs petits-enfants. Ils sont la mémoire de la famille : ils peuvent raconter aux petits comment c'était quand ils étaient jeunes, par exemple comment on vivait avant la télé, Internet et le GSM. Ils peuvent parler de l'enfance de papa et de maman, de leurs bêtises et de leurs jeux. Quel bonheur de pouvoir grandir en connaissant son histoire et sa préhistoire, ses racines !
Les grands-parents n'ont plus la lourde obligation d'éduquer les enfants. Cette mission-là est finie pour eux. Ils ont généralement davantage de patience et s’amusent à observer les petits qui grandissent. Ils savent que le temps de l'enfance est court et qu'il faut en profiter. Quel parent n’a pas dit : « Papa n'a jamais pris le temps de jouer ou de bricoler avec moi comme il le fait avec mon fils » ou « Maman est beaucoup plus cool avec mes petits ». Souvent, d’ailleurs, de grandes connivences s'installent entre un enfant et l'un ou l'autre grand-parent. Une grand-mère peut ainsi recevoir les confidences de sa petite-fille grandissante en conflit avec sa mère et être un élément apaisant et rassurant pour les deux partis !
Aux yeux des enfants, une des richesses des grands-parents, c’est aussi que leur maison est le lieu de retrouvailles (systématique - tous les mercredis après-midi, par exemple - ou pas) entre cousins. Les grands-parents sont ainsi les garants du tissage des liens familiaux.

Des dépannages à quelle fréquence ?

C'est vrai que la disponibilité des grands-parents est d'un fameux secours pour les parents écartelés entre des exigences professionnelles et leur famille. C'est une chance de pouvoir compter sur eux en cas de nécessité. Les demandes changent bien sûr en fonction de l'âge des enfants. Les dépannages sont plus fréquents quand les enfants sont à l'école maternelle. Les congés scolaires sont souvent bien compliqués à organiser. Les enfants plus âgés, de plus en plus autonomes, ont des camps, des stages et toutes sortes de projets.
Avec les années, les attentes des parents vont donc évoluer, ainsi que le rôle des grands-parents. De plus, la disponibilité des grands-parents pour les aînés des petits-enfants n’est pas forcément la même que celle qu’ils déploieront pour les plus jeunes. Il y a parfois quinze-vingt ans entre les premiers et les derniers. Et puis, les grands-parents s’adaptent aux besoins variés de leurs différents enfants (complètement isolés, intégrés dans un réseau d’entraide, etc.) : ils répondent de manière singulière à leurs demandes, les liens qui se créent avec les petits sont donc forcément différents également. « Je suis tellement contente de voir les petits débarquer le mercredi après-midi, dit cette grand-mère, et si contente de les voir partir le soir ! »
C’est certain, la disponibilité des aînés ne se vivra pas à n'importe quel prix. Toutes ces richesses ne seront là que si les rencontres avec les grands-parents se passent dans le plaisir partagé et le respect de chacun. Les grands-parents ne sont pas corvéables à merci. Les parents ont à respecter le choix de vie des anciens, leurs souhaits, leurs projets et, surtout, leur état de santé.
Les grands-parents, quant à eux, ont à respecter le projet éducatif des parents, même si, de leur temps, on faisait autrement. L'ambiance et les règles de vie ne sont évidemment pas les mêmes chez les parents et chez les grands-parents, et les enfants le savent bien. Les adultes n'ont pas toujours les mêmes exigences à table ou en ce qui concerne le rangement des jeux, par exemple. Mais, sur les grands principes éducatifs, les règles de sécurité, les orientations médicales, les opinions religieuses, les grands-parents doivent respecter les choix des parents.

Mireille Pauluis

À lire

Au pays des vermeilles, un roman de Noëlle Châtelet (Éd. du Seuil, 2009). Une grand-mère y raconte l'arrivée de sa première petite-fille, les moments qu'elles passent ensemble. Au fil des mois, elle se souvient de sa propre maternité et de son enfance.

Sur le même sujet

Et si on disait : « Tel papy, tel petit-fils » ?

Tel père, tel fils, dit un dicton populaire. Et si l’on prenait en compte trois générations et non deux, comme vient de le faire une étude britannique ? Selon cette dernière, les grands-pères joueraient un rôle déterminant - supérieur à celui des parents - dans la réussite sociale de leurs petits-enfants.

 

Grands-parents et petits-enfants : qui se ressemble, s’assemble

Des affinités peuvent exister entre grands-parents et petits-enfants. Et cela désarçonne souvent les parents. Mais avoir des affinités avec certains petits-enfants ne signifie pas rejeter les autres, voire les aimer moins ! Qui dit affinités ne dit pas préférences et rejets. Aimer, c'est encore autre chose.

 

Grands-parents, passeurs d’histoires et d’Histoire…

Faut-il se soucier du passé dans un monde en mouvement perpétuel ? Est-il encore important, pour un adolescent, de savoir d’où il vient ? Qu’en pensent les parents ? Et quel est le rôle des grands-parents ? Nous avons posé ces questions à Philippe van Meerbeeck, psychiatre et psychanalyste.

 

Les grands-parents, les maillons essentiels

Quelle grand-mère n’a pas exprimé sa joie de retrouver chaque mercredi ses petits chéris à la sortie de l’école ? Les vacances, c'est l’occasion pour les grands-parents d’entrer en scène au quotidien ! Mais les relations trigénérationnelles, voire plus, sont-elles forcément faciles ?

 

Les grands-parents... à leur place

Quand le bébé arrive, le jeune homme et la jeune femme qui lui ont donné vie deviennent d’une minute à l’autre père et mère. Et par là même, sont propulsés au rang d’adultes responsables, d’adultes créateurs de leur modèle d’éducation, d’adultes… enfin décrochés de leurs propres parents. Récit.

 

Une soirée sans Bébé

Une grand-mère, une tante, un cousin sont déjà venus garder Bébé de très courts moments pour dépanner les parents. Et puis, un jour, une invitation à festoyer leur donne envie de sortir. La maman hésite, entre désir et crainte, le papa insiste : cela leur ferait du bien de se retrouver à deux…

 

Stages : comment faire le bon choix ?

Les congés de Carnaval approchent à grands pas... et vous n'avez toujours pas de lieu de stage pour vos gamins. Dans ce mini-dossier, on vous donne des clés pour faire le bon choix, en fonction de l’âge de vos enfants. De quoi déjà aussi anticiper les congés de Pâques.