Vie de parent

Les intelligences multiples
avec Octofun

L'émission Questions clés sur la Première de ce mercredi 23 novembre porte sur le thème des intelligences multiples chez l'enfant (émission à écouter ici). Un thème abordé dans le Ligueur via cet article qui présente Octofun, un outil qui va permettre à chaque petit de découvrir ses différentes formes d'intelligence. Passionnant.

Les intelligences multiples avec Octofun

Votre enfant serait né avec des intelligences multiples. L’initiateur de cette théorie, Howard Gardner, en compte huit. Savoir que ces intelligences existent est un point de départ intéressant. Mais comment en tenir compte pour permettre aux enfants, à tous les enfants, d’apprendre plus naturellement ?
Françoise Roemers-Poumay, institutrice formée à la méthode des intelligences multiples, aujourd’hui détachée pédagogique, a créé la famille des Octofun, un outil indispensable pour que chacun puisse découvrir ses différentes intelligences, qu’elles soient plus ou moins développées ou presque oubliées.
À l’origine de la méthode des intelligences multiples, Howard Gardner, professeur en éducation à l’Université de Harvard. S’intéressant au développement des capacités cognitives des humains, il a mené de multiples recherches neurologiques. En 1983, il a proposé la théorie des intelligences multiples. Celle-ci s’applique à n’importe quel endroit du monde, dans n’importe quelle culture.
Gardner définit ainsi huit intelligences que chacun posséderait à la naissance. Au fil de sa vie, tout individu utilisera et mettra plutôt en évidence certaines de ces intelligences tandis qu’il en négligera d’autres. Mais, la vie durant, toutes peuvent être développées ou décliner si l’on n’y a pas recours, si l’on n’en tient pas compte. D’autre part, ces formes d’intelligence interagissent : face à une tâche, elles peuvent se renforcer.

Les huit intelligences identifiées par Howard Gardner

  • L’intelligence logico-mathématique ou la capacité de raisonner, de compter. 
  • L’intelligence spatiale, encore appelée visuelle ou la capacité de créer des images mentales. 
  • L’intelligence interpersonnelle qui permet d’entrer en relation avec les autres. 
  • L’intelligence corporelle-kinesthésique ou la capacité d’utiliser son corps, de s’exprimer par lui. 
  • L’intelligence verbale-linguistique ou la capacité de penser et d’utiliser le langage pour exprimer et comprendre des idées complexes. 
  • L’intelligence intra-personnelle qui permet une bonne connaissance de soi. 
  • L’intelligence musicale-rythmique qui perçoit les rythmes, les sons. 
  • L’intelligence naturaliste ou la capacité d’observer la nature, de reconnaître, identifier et classer des plantes, des animaux, des minéraux.

« J’ai fait grandir mon mathifun ! »

Pour mieux comprendre l’application de la méthode des intelligences multiples, nous accompagnons Françoise dans une classe de maternelle. Elle présente aux enfants sa méthode par le truchement de la famille Octofun. Une famille où, comme le montre le tableau ci-contre, ils sont huit et où chacun possède son nom, ses caractéristiques, sa couleur et son symbole. Françoise Roemers-Poumay décrit chacun des membres aux petits, en précisant ce qu’il aime et comment il se sert de ce qu’il aime avec… intelligence.
« Se limiter à informer sur la théorie des intelligences multiples ne permet pas de savoir comment la mettre en pratique. Il faut la concrétiser et c’est ce que je propose avec les Octofun », explique l’institutrice. Pour ce faire, elle explique aux enfants, dès la maternelle, qu’ils ont en eux huit boules d’énergie plus ou moins développées et qu’ils peuvent toujours faire grossir. Les plus importantes sont vraiment des forces pour toute la vie, mais ils peuvent prendre un réel plaisir à développer les plus petites.
Elle interroge ensuite son petit public : « Quand est-ce qu’on est 3Dfun ? ». Et elle ajoute : « Quand est-ce qu’on est intelligent avec ce qu’on voit ? ». Très vite, les enfants de maternelle, comme ceux de primaire, réagissent et soudain l’un dit : « C’est comme moi, avec mes marqueurs, je dessine toujours ! ».
Françoise Roemers-Poumay poursuit sa présentation avec cette question : « Quand est-ce qu’on est Multifun ? Quand est-on intelligent avec les autres ? ». « Avec les jeux de société, quand on doit être d’accord pour jouer », répond un gamin.
Françoise passe alors au membre suivant de la famille. « Quand est-ce qu’on est Alphafun ? Quand est-on intelligent avec les mots ? ». Les enfants trouvent sans difficulté : « Quand on cherche des mots rigolos, des mots qu’on entend pareil mais qui ne veulent pas dire la même chose ». « Moi, j’invente des histoires », ajoute une fillette. « Alors, tu fais grandir ton Alphafun ! » lui répond l’institutrice.
Et ainsi de suite : Bodyfun est intelligent avec son corps quand il apprend à nager, quand il joue au basket, quand il crée un objet, Mélofun quand il recourt aux sons, aux rythmes et Funégo quand il réfléchit, seul dans sa chambre. Ou même quand il dort ! Mathifun sera intelligent quand il s’organise pour faire ses différents devoirs et Vitafun quand il prend soin de son animal…
Ces exemples, nullement exhaustifs, peuvent évidemment être multipliés. « Quand je m’adresse à l’enfant, remarque Françoise Roemers-Poumay, j’insiste pour lui dire : ‘Les huit Octofun vivent en toi et ne demandent qu’à s’amuser avec toi ! Et n’oublie pas non plus qu’ils adorent jouer ensemble !‘ ». Et de rajouter : « Très vite, un lien affectif se crée entre les Octofun et les enfants. Par exemple, certains m’annoncent très fièrement qu’ils ont fait grandir leur Mathifun. »

Thérèse Jeunejean

L’intelligence mesurée par le QI, c’est quoi ?

Ce qu’on appelle classiquement l’intelligence, c’est à la fois la capacité à apprendre, à comprendre et à raisonner. On la quantifie classiquement par le calcul du quotient intellectuel mesurant en fait les aptitudes logiques et linguistiques. Généralement, c’est à ces aptitudes que l’école fait appel et celui qui les possède a de grandes chances de réussir sa scolarité puisqu’il est simultanément apte à résoudre un problème mathématique ou scientifique, à manier les mots et le langage, à exprimer des idées.

Sur le même sujet

Le test neuro-moteur en maternelle : utile ?

Tous les enfants de 3e maternelle sont censés passer le test neuro-moteur. Peu connu des parents, ce test vise à déceler des troubles chez les enfants de 5 à 6 ans. Une bonne intention. Qui n'empêche pas de s'interroger : quelle est donc cette manie de tout vouloir tester et ce, dès le plus jeune âge ?

 

Une école au détour des grandes routes

Lancée en septembre dernier, l’école des Petits Chemins à Rochefort a pour but d’accompagner l’enfant dans son développement grâce à l’autonomie, le respect du rythme et la nature.