Vie de parent

Les sourds font entendre leur voix

À l’occasion de la Journée mondiale des Sourds, un salon de la surdité est organisé à Bruxelles ce 23 septembre. L’occasion de s’informer pour les personnes sourdes et malentendantes, mais aussi de sensibiliser le grand public et le monde politique à ce handicap qui touche plus d’un million de personnes dans notre pays.

Les sourds font entendre leur voix

En Belgique, plus d’un million de personnes - soit près de 10% de la population -, tous âges confondus, souffrent de surdité. Parmi elles, des personnes âgées devenues sourdes avec l’âge, bien sûr. Mais aussi des milliers d’enfants et d’adolescents nés sourds ou malentendants. 1 sourd sur 10 souffre de surdité profonde. Concrètement, le plus petit bruit que ces personnes parviennent à entendre est un avion au décollage, contre le bruit d’une mouche qui vole pour le commun des mortels.

Le monde de la surdité sort du silence

Pourtant, on en parle peu… Résultat : de nombreuses crèches refusent les bébés sourds, les écoles sont mal (in)formées sur la possibilité et la façon d’inclure des enfants sourds dans leurs classes, les structures d’accueil extrascolaires adaptées sont très rares, il y a une pénurie persistante d’interprètes professionnels français-langue des signes, beaucoup de préjugés subsistent dans le monde du travail, etc. Saviez-vous que la surdité est l’une des premières causes d’exclusion sociale ?
Ce salon de la surdité est donc pour les personnes sourdes l’occasion de sortir du silence et de faire entendre leur voix. C’est aussi un moyen d’entrer en contact avec des associations pouvant les aider au quotidien, ainsi que leur entourage.

Le choc de la surdité

Parmi ces associations, le CREE est une des rares asbl en Belgique à s’occuper principalement d’enfants et jeunes sourds et malentendants. Leur mission n’est pourtant pas des moindres… En effet, pour les parents, la naissance d’un enfant sourd (en particulier dans une famille entendante) est un choc énorme.
« Dès la naissance de notre fille, les premiers tests ont montré qu’elle avait un problème auditif, raconte Valérie, maman d’Alice, 9 mois. De nombreux examens ont suivi et, alors qu’elle avait 6 semaines, on nous a annoncé qu’Alice était sourde. En une fraction de seconde, notre monde s’est écroulé, tous nos repères ont volé en éclats. Nous étions désarmés. Comment allions-nous pouvoir communiquer avec Alice ? Pourrait-elle aller à l’école ? Trouver un emploi ? L’avenir tout entier de notre bébé se jouait dans notre tête alors qu’elle venait à peine de naître… »

Élever un enfant sourd

Cette peur, cette angoisse, la réorganisation que la surdité implique, l’équipe du CREE la connaît bien. Depuis près de quarante ans déjà, l’association a pour objectif d'aider les enfants sourds à se construire dans leur différence et à s’épanouir malgré leur handicap. Ainsi, l’asbl prend en charge les enfants dès leur naissance dans le programme des « Touptis », à travers des activités portées par une équipe d’adultes eux-mêmes sourds ou malentendants qui partagent le même vécu, une histoire similaire à celle de ces enfants et jeunes.
« Il y a deux mois, nous sommes allés à la rencontre de cette équipe des Touptis, explique Valérie, la maman d’Alice. On nous a montré comment communiquer avec elle de manière non verbale (mimes, signes basiques, le visuel, le toucher, …). Nous avons eu l’occasion d’échanger avec d’autres parents dans le même cas que nous. Nous sommes ressortis rassurés de cette rencontre. Depuis, son papa, ses grands-parents, sa marraine et moi-même avons participé à une formation accélérée à la langue des signes. Si l’acceptation de sa surdité reste très difficile, être entouré est déjà un grand pas en avant. »
Enfin, parce qu’élever un enfant sourd est particulièrement coûteux (accueil adapté, logopédie, orthophoniste, appareillage auditif…) le CREE a aussi ouvert un service social destiné à soutenir les familles précarisées dans l’accessibilité de leurs enfants à ces activités. 

Gaëlle Hoogsteyn

Infos pratiques

  • Quoi ?  Le salon de la surdité
  • Quand ? Le 23 septembre 2017 de 10h à 18h 
  • Où ? Au Wild Gallery à Bruxelles
  • Tarif : 5 € - gratuit pour les membres de la FFSB et pour les moins de 16 ans

Le CREE ?

Participer aux activités du CREE, c’est :

  • Permettre aux enfants de sortir de leur isolement, de se construire pour affronter l’avenir, de faire les premiers pas vers l’autonomie.
  • Apprendre la langue des signes et rendre possible la communication entre parents et enfants, tellement indispensable pour que l’enfant ne se sente pas mis sur le côté, rejeté.
  • Accompagner les parents dans l’acceptation de la surdité de leur enfant, mais aussi grâce à notre ludothèque adaptée, renforcer les liens et la communication qui les unissent.
 
 
Le Ligueur utilise des cookies pour faciliter la navigation sur ce site web et permettre l’utilisation de ses fonctionnalités. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies. J'accepte l'utilisation des cookies
En savoir plus