3/5 ans

Les « Tu me manques »
de nos petits bouts

En ce temps surréaliste de confinement, les grands-parents disent, sans retenue, leur tristesse et leur frustration de ne pas serrer leurs petits-enfants dans leurs bras. À leur façon, les jeunes enfants expriment, eux aussi, leur manque des êtres qui leur sont chers hors cellule familiale nucléaire. Voici trois regards pour mieux embrasser cette réalité.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Sur le même sujet

Retrouvailles : les grands-parents dans les starting-blocks

Loin des lois, des règles, du bon sens, une force confinée ne demande qu’à déborder du bocal. Quoi donc ? L’amour grand-parental. Et là, consensus, de cette privation, nos papys et mamy-boomers n’en peuvent plus. Tant pis pour le danger, ce week-end, on se rue sur les petits-enfants. Certains ont connu le Summer of love de 1967, voici près de cinquante ans plus tard, le Spring of love.