Vie de parent

Logement : les idées pas plan-plan
e six familles

Dorothée, Laure, Hélène, Pierre, Sylvie et Margaux. Tou·te·s sont (ou ont été) confronté·e·s à des difficultés de logement. Six trajectoires différentes. Six façons de se trouver un toit, temporaire ou non. Entre débrouille et créativité.

Logement : les idées pas plan-plan de six familles

→ Dorothée et son mari louaient un appartement social trop petit pour accueillir correctement leurs trois adolescents.
→ Laure, maman d’une petite fille de 3 ans et séparée du papa, recherchait un logement qui ne lui coûte pas la moitié de son salaire.
→ Hélène et son mari, parents d’une jeune fille autiste, étaient en quête d’un habitat groupé inclusif et solidaire, mais ils ne l’ont pas trouvé.
→ Pierre habitait trop loin de son lieu de travail.
→ Sylvie et son compagnon, au cœur d’une famille recomposée de huit enfants, effrayaient les propriétaires et peinaient à trouver un logement adapté.
→ Margaux et Joachim désiraient une maison à rénover, mais sitôt un nouveau bien disponible, il était convoité par des dizaines d’autres couples.

Au carrefour de ces témoignages, une même difficulté : accéder à un logement décent et adapté, tout simplement. Adapté, c’est le mot et il fait toute la différence. Car force est de constater que la rigidité de l’offre s’impose face aux besoins de flexibilité des familles. Chacune d’elle a sa propre histoire qui rend sa demande bien spécifique. Mobilité d’emploi, séparation de couple, garde alternée, famille recomposée, horaires décalés, les situations varient et appellent plus de souplesse.

Alors, oui, le logement peut coûter cher. Oui, il peut peser lourd dans les dépenses familiales. Oui, il peut manquer de flexibilité dans son offre. Mais l’enjeu d’avoir un « chez soi » est tel que les familles savent être imaginatives ou pragmatiques. La preuve par six dans ce dossier.

Clémentine Rasquin

Sur le même sujet

Sylvie a écrit une lettre de motivation pour mettre en confiance sa propriétaire

Comment trouver une maison à louer quand on est une famille recomposée de dix personnes. Que les parents ont tous deux repris des études et perçoivent des revenus très limités ? Le tout dans un délai de quatre mois.

 

Pierre et Sophie vivent dans une yourte sur leurs terres agricoles

Pierre et Sophie travaillent à la ferme, lui avec les chèvres et elle, au milieu des légumes. Ensemble, ils ont construit un projet professionnel au plus proche de leurs aspirations : exercer un métier concret, utile et valorisant. Avec leurs trois enfants de 2, 4 et 6 ans, ils vivent à Tournai. Leur maison précédente était située à vingt minutes de la ferme, une distance compliquée à gérer pour Pierre qui assure deux traites par jour. Impossible aussi pour le couple de terminer une récolte ou d’assurer la vente des produits sans emmener les enfants. Logistiquement, la vie relève du casse-tête.

 

Margaux et Joachim rénovent la maison pour y vivre à trois générations

Margaux, son compagnon Joachim et leur fils de 2 ans, vivent dans une petite maison dans la région de Dinant. Une habitation cosy, mais un peu juste avec un enfant. Le couple se met en quête d’une maison plus grande à rénover dans la région.

 

Dorothée et Savin ont acheté un appartement grâce au modèle CLT

Dorothée et Savin sont les parents d’une fille de 20 ans et de jumeaux de 23 ans. Les revenus limités du couple – pour des raisons de santé, Dorothée ne travaille pas - leur ont permis d’accéder à un logement social à Molenbeek, mais ce dernier devenait trop petit pour une famille de cinq personnes. Les enfants ont grandi, le besoin d’espace aussi.

 

Laure, maman solo, vit en roulotte

La nuit est tombée et le vent souffle fort dans ce petit village des Cantons de l’Est où Laure a posé sa roulotte. Dans l’habitacle, la décoration soignée et le poêle réchauffent l’atmosphère. Une lampe marocaine ici, une méridienne là et, entre les deux, un pupitre, des partitions et une clarinette. Au bout, un coin cuisine. À l’opposé, un lit en mezzanine où dort Yuna, la fille de Laure.

 

Hélène crée un projet d’habitat inclusif solidaire

Hélène est maman d’une jeune fille handicapée mentale souffrant également de troubles autistiques. Avec son mari et deux couples dans la même situation, ils ont réfléchi au logement que pourrait intégrer leur fille. Les places manquent en institution et, quand bien même il y en aurait, ils ne trouvent pas la prise en charge satisfaisante et adaptée à leurs enfants.

 

« Mal logement » : six obstacles à dépasser

Dorothée, Laure, Hélène, Pierre, Sylvie, Margaux. Six familles. Six histoires pour contourner la crise du logement. Tant qu’à chérir le chiffre six, voici six vérités qui dérangent et qui demandent à être dépassées.