Vie de parent

Moins courir

Moins courir

0-3 ans : le fantasme des dix minutes rien qu’à soi

Premier arrêt : demander de l’aide. Pas si simple : reconnaître que vous ne vous en sortez pas, c’est parfois l’étape la plus compliquée. Allez-y pas à pas. Identifiez l’aide dont vous avez besoin, soyez clair dans votre demande et… lancez-vous ! À votre conjoint, à la famille, aux amis, à la voisine de palier, aux parents des copains… Avec un nourrisson, il est préférable de reléguer les désirs de maison rangée, frigo plein et de douches prises avant 14h au rang des rêves bleus. Dormir… Justement, c’est votre souhait le plus précieux en ce début d’année. Votre ICS (indice capital sommeil) indique un retard abyssal. Direction téléphone : « Tu pourrais garder bébé chez moi, le temps d’une vraie petite sieste ? ».

► Le truc pour oser : Soyez prêt·e à entendre « Non, désolé·e, je ne suis pas disponible aujourd’hui ». Et demandez simplement à la personne suivante.
► Votre motto : « Il faut tout un village pour élever un enfant »
► Votre appli : Whyte Noise Lite, qui propose des « bruits blancs », des sons d’environnement ambiant qui participent à la relaxation. Téléchargez. Baillez. Sombrez.

-------------------------------------------------

3-5 ans : on range !

Il n’est jamais trop tôt pour apprendre à ranger. Facile à dire… et à faire, on vous le promet. On commence par trier : pas trop de jouets, pas trop de vêtements. Pour rendre le tri ludique, inventez un jeu « On garde ou on donne », la montagne « On donne » doit toujours être légèrement (ou franchement) plus haute. Soyez convaincu·e et convaincant·e. Passez ensuite au rangement à proprement parler : les enfants s’occupent eux-mêmes de leurs jouets, on responsabilise progressivement, on prend l’habitude de faire place nette avant d’aller se coucher. Même technique pour les vêtements, on essaie et on donne ce qui est devenu trop petit, on s’organise pour voir tout ce qu’il y a dans les garde-robes et les commodes. Sans oublier que les bonnes (et mauvaises) habitudes, on les assimile par l’exemple. Ranger ensemble, c’est tellement plus joyeux.

► Le truc pour se lancer : procurez-vous des bacs de rangement avec couvercle, décorez ensemble des boîtes à chaussures pour les plus petits jouets.
► Votre motto : « Une place pour chaque chose… »
► Votre appli : Pistache, l’appli qui valorise les tâches du quotidien (pour les enfants un peu plus grands).

-------------------------------------------------

6-12 ans : fini, les chaussettes dépareillées

La méthode a été testée et approuvée dans la famille de Cédric et Yuna : préparez les tenues du lendemain, voire celles de toute la semaine. Transformez l’exercice en rituel : tous les soirs, laissez vos enfants choisir les vêtements qu’ils enfileront après la douche. C’est la fin des installations « statues de sel devant placards ouverts », des performances « lancers de collants vers l’arrière sans regarder ». Tout est prêt, sur un cintre ou sur le dos d’une chaise (on choisit aussi les chaussures). C’est valable pour les cartables, les sacs de sport et de musique : tout est prêt et déposé dans le hall d’entrée. Vous gagnerez ainsi de précieuses minutes le matin, qui seront consacrées à un petit déjeuner tranquille et à un départ pour l’école sans se presser… Et si vos petits loups arborent des chaussettes de couleurs différentes, ce sera désormais par pure recherche de style !

► Le truc pour convaincre : Tout le monde s’y met, les parents et le chien aussi (la laisse au porte-manteau). 
► Votre motto : « Sapés comme jamais »
► Votre appli : clothery.com. #Vos tenues créées à l'avance pour vous habiller pour chaque occasion : sic.

-------------------------------------------------

6-14 ans : marcher vers l’école

Vous n’en pouvez plus. Tous les matins, c’est la même chanson : à peine le premier carrefour atteint, la voix enthousiaste du journaliste annonce les grands titres à la radio. Il est donc 8h. Dans la voiture la tension monte, c’est le retard assuré. Les associations de parents ont obtenu gain de cause, en rendant impossible le stationnement de cinq minutes aux abords des écoles et en interdisant les deux-roues sur le trottoir « juste le temps de faire un bisou ». À éviter aussi le dépôt devant les grilles, qui occasionne des mini-embouteillages, obligeant vos écoliers à bondir de l’auto pour prendre de vitesse la sonnerie et s’insérer juste à temps dans le rang. Pour que ça change, Véronique milite pour sa formule gagnante : « Trouver une place de parking autorisée à distance et arriver à pied à l’école. Les petites papotes sur le chemin remplacent les ‘Vite, dépêche-toi’, c’est tellement agréable et on a déjà bougé dès le matin ». Pas d’excuses horodateur, le stationnement est gratuit avant 9h. Pas besoin d’être un adepte de marche nordique : on souffle, les enfants arrivent détendus, ils ont le temps de jouer avant le début des cours, tout le monde est en condition pour bien démarrer la journée.

► Le truc pour agrémenter : chacun relève un objet insolite ou une situation rigolote dont il est témoin sur le trajet.
► Votre motto : « Qui va piano, va sano ».
► Votre appli : justement, pas d’appli ! On marche, on regarde autour de soi.

-------------------------------------------------

0-18 ans : adopter la santé locale

Alors que la Société scientifique de médecine générale vient de fêter ses 50 ans, vous seriez toujours tentés de filer aux urgences, dont les services sont saturés. Malgré les campagnes d’information, de moins en moins de personnes ont le réflexe de choisir un médecin de famille. Pourtant, c’est celui dont le stéthoscope connaît tous les battements de cœur de vos loulous, leurs bobos petits ou gros, leur parcours depuis la naissance. « C’est précieux et rassurant, affirme Sophie, qui s’est résolue à rencontrer les médecins à moins de quinze minutes à pied de chez elle. Cette décision nous a simplifié la vie : j’habite en ville et, dans mon quartier, je me suis rendue compte que j’avais l’embarras du choix parmi les cabinets de généralistes. J’ai aussi repéré un bon dentiste. Et j’essaie le plus possible de grouper les rendez-vous médicaux de la famille ». Simple comme « Bonjour docteur ».

► Le truc pour bien choisir : une petite discussion vérité avec le pharmacien du quartier.
► Votre motto : « Mieux vaut prévenir que guérir »
► Votre appli : likez la page Facebook Mongeneraliste

-------------------------------------------------

12-18 ans : un menu pour la semaine

Votre maison est pleine d’enfants aux appétits féroces ? Mettez leur énergie à contribution et déléguez la préparation des repas. Comme chez Vincent, papa-gâteau de quatre ados : « Chacun est responsable d’un repas par semaine, avec recettes et listes des ingrédients nécessaires. Du coup, ils savent tous cuisiner et on gaspille moins, car je fais le gros des courses une seule fois par semaine, en conséquence. Le vendredi, c’est relâche, on commande des pizzas. Et le week-end, c’est moi qui m’y colle. J’ai dû apprendre à lâcher prise, mais c’est fou ce qu’on gagne du temps ! ».

► Le truc pour se régaler : transformer les menus de la semaine en compétition Top chef maison.
► Votre motto : « Ventre affamé n’a point d’oreilles »
► Votre appli : Marmiton, un classique des recettes faciles et Vegg’up, pour tous ceux qui se passent de protéines animales.

Aya Kasasa

Et encore, en vrac 

  • Stéphanie : consulter le calendrier scolaire en début d’année pour organiser bien à temps les vacances, les stages ou les camps.
  • Hicham : préparer la table du petit déjeuner la veille au moment où l’on range la cuisine.
  • Debby : mettre les restes du repas dans des Tupperware pour les pique-niques du lendemain.
  • Le Ligueur : apprendre à différencier, ce qui est urgent n’est pas spécialement le plus important !