Vie de parent

Moins de lumière
mais pas plus d'écran

Aïe, la grisaille, l’arrivée du froid et l’envie de se pelotonner dans un fauteuil pour regarder un film, une série ou n’importe quel youtubeur qui fait rire notre gamin. À Herve et en région liégeoise, on propose un autre programme cette semaine : concerts, théâtre et lecture. Objectif : passer une semaine sans écran. Une chouette initiative qui nous permet de profiter de l’automne, de ses merveilleux paysages aux couleurs flamboyantes, parsemés de châtaignes, noisettes et autres trésors à ramasser en famille.

Moins de lumière mais pas plus d'écran

Et si on s’inspirait de cette semaine sans écran organisée en région liégeoise ? Pour les habitants de Herve ou des environs, c’est simple, un programme sur mesure est mis sur pied pour passer une semaine sans écran.
Pour tous les autres, on vous invite à sortir vos bottines, écharpes et gros pulls pour profiter des jolies couleurs de l’automne. L’occasion de faire le plein de vitamine D avant que les jours ne deviennent très très courts. L’occasion aussi de ramasser des trésors qui vous permettront de bricoler quand vous serez rentrés.

Pas d'écran... mais pas moins de plaisir

S’il fait trop froid pour courir dans les bois ou se mouiller le pantalon sur un toboggan trempé par la pluie, à l’intérieur aussi, plein de jeux font grandir nos petits. Le jeu symbolique avec des poupées, Lego, Playmobil ou toute autre figurine… est fondamental pour l’enfant. Il lui permet d’avoir accès à son imaginaire, de jouer aux gentils et aux méchants et, surtout, de faire la différence entre ce qui se passe pour de vrai et ce qui se passe pour de faux.
Bref, essayons d’éteindre un peu nos écrans, au moins en semaine, entre le retour d’école et le coucher des enfants. Sans écran avant d’aller dormir, les enfants dorment souvent mieux (et plus tôt), ce qui est précieux en cette période de microbes baladeurs…

Estelle Watterman

En bref...

Quel écran à quel âge ?

En matière de consommation d'écrans, une seule règle à retenir, celle des 3-6-9-12.
En bref, elle signifie : la télé pas avant 3 ans. La console à partir de 6 ans. Attendre 9 ans avant de pouvoir surfer seul sur le net. Et 12 ans minimum avant de se créer un compte sur un réseau social.

Sur le même sujet

Zapper les écrans

À la gare ou en rue, les publicités s’animent et captivent déjà nos marmots en poussette. Dans la poche ou dans la main, notre smartphone est toujours prêt à être dégainé. À la maison, l’ordi et la télé sont bien incrustés. Et au milieu de tous ces écrans, nos enfants. Alors, dans ce monde ultra-numérisé, comment bien connecter nos enfants ? Éric Willems, chercheur au département Technologie et Éducation de l’UNamur, balise le parcours avec nous.

 

Papa, maman, lâchez votre smartphone

Plus d’un enfant sur trois estime que ses parents passent trop de temps sur leur smartphone. L’étude qui révèle ce chiffre a été commanditée par l’opérateur français Bouygues Telecom mais ses résultats surprennent car la sonnette d’alarme est tirée, cette fois, par des enfants.

 

L’addiction aux jeux vidéo ? On se calme…

Les geeks de la Terre entière ne s’en remettent toujours pas : l'addiction aux jeux vidéo est officiellement reconnue comme une maladie. Par l’OMS, en plus. Mais au Ligueur, on s’interroge. Est-ce que cette classification un peu sommaire va vraiment aider, tant les gosses accros au joystick, que leur entourage ? Arnaud Zarbo, psychothérapeute au Centre Nadja, nuance et nous permet même d’avoir une vision moins… pixellisée.

 

Mon ado est-il malade des écrans ?

Internet, jeux vidéo, outils numériques variés… Nos enfants n’ont d’yeux que pour eux. Et s’en décollent difficilement. Sont-ils malades ou cyberdépendants pour autant ? Dans L'enfant et les écrans, les experts relativisent et livrent quelques recommandations.