12/15 ans

Ne dis pas m.... à ton prof sur Facebook !

Sabine a reçu un appel d’une copine de Leïla, sa fille de 14 ans, lui disant que cette dernière est en train de l’insulter sur Facebook. Au même moment, le célèbre réseau social fait de nouveau la une avec de supposés problèmes de confidentialité. Petits rappels de base pour pouvoir faire face à son ado hyperconnecté.

Ne dis pas m.... à ton prof sur Facebook ! - www.freedigitalphotos.net

En quelques mois, les réseaux sociaux ont littéralement explosé sur la Toile. Les ados en sont particulièrement friands et multiplient les comptes, que ce soit sur Facebook, Twitter, MySpace, Instagram ou encore Tumblr.
Ils s’y donnent des nouvelles, racontent des moments de vie, partagent des photos, etc., soit généralement rien de bien méchant. Jusqu’au jour où arrivent les premiers problèmes. Et, disons-le, des problèmes qui concernent autant les enfants que les parents.
C’est le cas, par exemple, de Sabine. Un soir, elle reçoit un appel d’une des copines de sa file lui disant que celle-ci est en train de l’insulter sur Facebook. Ni une, ni deux, Sabine monte quatre à quatre les escaliers et déboule dans la chambre de Leïla, 14 ans. Et là, pour la maman, le choc est grand devant les insultes « proférées » via le clavier.
Et puis, fin septembre 2012, il y a aussi eu ce bug sur Facebook, venu rappeler combien la notion de confidentialité est toute relative sur la Toile. Beaucoup d’internautes ont cru que des messages privés avaient été publiés par erreur sur leur « mur ». Or, d’après les derniers éléments, il s’agit plutôt de publications anciennes, mais à l’époque visibles par tous, réapparues sur ce fameux « mur ». C’est comme cela que nombre d’utilisateurs de la création de Marc Zuckerberg ont pris conscience de leur responsabilité dans ce qui est « posté » sur le Net.

L’outil et l’utilisateur

Suite à cette affaire, nombreux ont été les spécialistes à rappeler que Facebook, tout comme les autres réseaux sociaux, n’est qu’un outil. En conséquence, c’est bien l’utilisateur qui est responsable de ce qu’il publie sur le Web. Tout comme c'est le bricoleur et non le marteau qui est responsable du coup donné sur le doigt au lieu du clou.
L'histoire de Sabine et de sa fille et le bug de Facebook ont en commun de remettre en lumière un point essentiel concernant le Net : il mérite un apprentissage. Ici, il est question d'éducation aux médias et de connaissance des outils dont on se sert.
Pour ce qui est de l'éducation aux médias, le travail est de longue haleine, tant il est parfois difficile de faire prendre conscience à un gosse de 14 ans que ce que la photo qu'il aura publiée en octobre 2012 existera toujours dans cinq, dix ou quinze ans. Pour vous aider dans cette entreprise quasi quotidienne de prévention, gardez en mémoire le slogan d'un célèbre magazine : «Le poids des mots, le choc des photos».
Tout l'intérêt et le danger des réseaux sociaux résident donc dans cet espace de liberté qu'il offre à tous... ou presque, si on s'attache à bien paramétrer la confidentialité. Chez les ados, c'est Facebook, parce que le plus utilisé, qui pose le plus de problèmes. Pourtant, c'est un des réseaux sociaux les plus faciles à paramétrer pour en restreindre l'accès à des inconnus ou des internautes mal intentionnés.

Comment faire en pratique ?

Toute la «mécanique» concernant la confidentialité se trouve dans le menu Compte, accessible via la petite flèche située en haut à droite. En cliquant sur Paramètres de confidentialité, vous arrivez sur la page qui va vous permettre de sécuriser un compte de façon assez basique mais relativement efficace (voir En pratique).
L'idéal pour effectuer ces opérations est de le faire en compagnie de son enfant. C'est à la fois une bonne occasion de l'initier tranquillement aux rouages et écueils des médias et d'échanger autour de ses connaissances informatiques - et vous risquez d'être fort surpris de l'expertise de votre gosse !
De manière générale, tâtez le terrain avec lui/elle, décidez ensemble des limites à poser (en tenant compte de son âge, mais aussi de sa maturité, de sa naïveté, etc.). C'est là le meilleur moyen de mettre en place une confiance réciproque entre vous en matière d'utilisation d'Internet et d'éviter au maximum les mauvaises surprises.  

Romain Brindeau

EN PRATIQUE

Sécuriser Facebook

  1. Ouvrez le menu Compte avec la petite flèche située en haut à droite, puis cliquez sur Paramètres de confidentialité ;
  2. Dans la section Contrôler les paramètres de confidentialité par défaut, sélectionnez l’option Amis ;
  3. Dans la catégorie Prise de contact, cliquez sur le lien Modifier les paramètres. Pour les options Qui peut vous envoyer des messages Facebook ? - Qui peut publier dans votre journal ? - Qui peut voir les publications d’autres personnes sur votre journal ? , choisissez Amis ;
  4. Enregistrez les modifications.

Ces paramétrages de base permettent de limiter l'accès aux inconnus. Ils peuvent être complétés par d'autres options. Pour vous aider, un excellent guide didactique est proposé par www.passion-net.fr

Sur le même sujet

L’e-réputation dès les premiers gazouillis

Et s’il avait son tweet à dire ? Emportés par la fierté parentale et les joies du numérique, on diffuse, à foison parfois, des photos ou des vidéos de nos marmots sur les réseaux sociaux. Mais on ne pense pas toujours aux conséquences à long terme.

 

Ouvrir son compte Facebook, pas un jeu d’enfant

Nos préados pullulent déjà sur les réseaux sociaux. Et il vaut mieux les accompagner dans l’ouverture d’un compte pour éviter qu’ils ne se livrent en pâture sur internet.