0/2 ans

On a testé pour vous les écharpes
et porte-bébés

Finie, l’époque des porte-bébés préformés dans lesquels les enfants pendouillaient attachés par leur entrejambe et qui tiraillaient le dos des parents. Aujourd’hui, la grande mode c’est de porter bébé dans une position physiologique, le dos légèrement arrondi, les genoux plus hauts que les fesses pour qu’il puisse être actif et s’agripper au porteur.
Le Ligueur a testé différents modèles et vous présente ses chouchous.

On a testé pour vous les écharpes et porte-bébés - DR

L’ECHARPE DE PORTAGE

Première impression : Voilà donc cette fameuse écharpe, 5 mètres de tissu, ça semble long. Mais bébé sera bien emballé, c’est sûr !

Le test : On a testé l’écharpe de portage avec notre petit bébé quand il avait 10 jours. Mon mari lisait le mode d’emploi et je suivais ses consignes à la lettre. Puis on a inversé les rôles. Et après quelques essais, on est devenus plus rapides et autonomes. J’ai adoré cette proximité avec mon bébé. Contre mon ventre tout blotti, je pouvais le bercer sans me fatiguer les bras (j’avais deux tendinites donc ce support était le bienvenu). Mon mari, très prudent, voulait rajouter des tours et des nœuds supplémentaires… mais il a vite compris que ce n’était pas nécessaire. Et lui aussi a adopté ce mode de portage pour conduire notre bonhomme à la crèche ou pour le bercer quand il avait du mal à s’endormir.

On l’adore parce que notre petit kangourou semble vraiment bien blotti dans cette poche. On l’adore aussi parce que le tissu épouse bien le corps du bébé. Il convient donc dès les premiers jours jusqu’à … ce que votre dos vous dise « stop ». Perso, c’était aux 8 kg de mon bébé, mais d’autres gardent l’écharpe bien plus longtemps ou passent au portage sur la hanche ou le dos, plus adapté pour les plus de 10 mois.

Le petit bémol, c‘est la mise en place de l’écharpe. On accroche ou pas. Il faut un peu de pratique pour éviter que les pans ne pendouillent par terre quand on la noue.

Le petit plus, c’est le vaste choix de couleurs et de matières. Entre l’écharpe tissée ultra résistante en coton qui peut même servir de hamac après et l’écharpe tricotée qui contient 5% d’élasthane pour plus de souplesse, il y a forcément un modèle pour chacun. Et puis si on trouve le bon tissu, on peut la faire soi-même.

LA PETITE ECHARPE SANS NŒUD de Je Porte Mon Bébé

Première impression : C’est une mini écharpe (100 % viscose) à deux anneaux. Elle est toute douce, toute petite et légere. Je suis intriguée, un bébé tient vraiment dans ce tissu sans nœud ni armature ?

Le test : Pour le test, j’ai fait appel à une copine qui a accouché il y a deux semaines d’une petite Violette, jolie poupée de 3,5 kilos. J’explique à la maman l’enfilage. « Et ça tient juste avec ces deux anneaux ? Waw, c’est facile », me dit-elle. En moins de 10 secondes chrono, montre en main, elle a enfilé sa petite écharpe sans nœud. Elle attrape son bébé, le glsse tout contre elle dans le sling. La petite Violette s’y love sans broncher, blottie tendrement contre sa maman. Elle a à peine entrouvert un œil qu’elle se rendort illico, bercée par les balancements de sa mère, ses caresses sur le dos et la chaleur de son corps. Pour bien soutenir sa petite tête encore fragile, la maman roule un petit boudin de tissu sous la nuque de son bébé comme expliqué sur le site Je porte mon bébé. Du coup, on voit les deux couleurs de l’écharpe, c’est encore plus joli.
Premier test assez concluant puisque le bébé est resté deux heures dans la petite écharpe sans noeud avant de se réveiller pour la tétée. Sa maman a eu le temps de se ballader et même de boire son premier verre en terrasse depuis l’accouchement.

On l’adore parce qu’en plus d’être toute douce et hyper pratique, elle est reversible, si on se lasse d’une couleur, il suffit de la retourner.

Le petit bémol, comme tous les slings, le portage asymétrique, sur une seule épaule peut ne pas convenir à tout le monde.

Le petit plus,  c’est le coussinet de protection fourni avec la petite écharpe. Il permet de cacher les anneaux. Du coup, on peut porter la petite écharpe sans nœud avec un top ou un bustier, sans crainte d’être génée par les anneaux sur notre peau.

LE BULLINE de Néobulle

Première impression : le nom « Bulline » donne déjà envie de s’y buller. Quand j’ai vu les coloris proposés par la marque, j’ai vite été sous le charme de ce sling. Cette petite écharpe tissée 100 % coton à deux anneaux est courte et semble hyper solide.

Le test : un pan de l’écharpe entre les anneaux et le Bulline est prêt. On veille à bien déployer le tissu sur l’épaule du porteur et à positionner les boucles assez haut, elles descendent un peu quand on place le bébé.
On a testé le Bulline lors d’une promenade au parc avec une petite miss de 3 mois, en position accroupie, la tête posée contre la poitrine de sa maman et le bas des jambes qui dépasse de l’écharpe. La maman est un peu surprise de voyager si léger. « D’habitude avec le landau, je prends beaucoup plus de place. Et avec cette écharpe, j’ai moins peur de perdre mon bébé car il est contre moi », confie cette grande distraite en soutenant la tête de sa petite.
Arrivées au parc, on se pose dans l’herbe. Et comme la louloute est éveillée, on la pose sur le Bulline. « Une bonne petite couverture d’appoint », me dit sa maman.
Au retour, la petite miss est grincheuse. Elle a faim. Dans une rue un peu déserte, tout en continuant à marcher lentement, la maman a allaité sa petite fille en toute discrétion. Pas un repas d’ogre, non, juste une petite tétée d’appoint qui a calmé la miss avant d’arriver chez elle. Pratique !

On l’adore parce que le Bulline est comme le prolongement de notre bras et très simple d’utilisation. Une fois le tissu passé dans les boucles, il est toujours prêt, pendu au porte-manteaux.

Le petit bémol : Porter sur une seule épaule, ça ne convainc pas tous les parents. Même si je connais une maman qui porte encore sa fille de 3 ans et demi en Bulline sur le dos ou sur la hanche en portage d’appoint.

Le petit plus : Le Bulline est tissé et confectionné dans la Loire, en France. Donc le transport jusqu’en Belgique n’engendre que peu de pollution.

L’ERGOBABY

Première impression : l’ergobaby est un porte-bébé assez léger, entièrement cousu et sans armature. Le bébé s’y trouve dans une position naturelle. Il n’est pas suspendu par son entrejambe comme dans un porte-bébé traditionnel, il est posé sur ses fesses, avec les genoux relevés, comme un petit singe aggrippé.

Le test : Premier test avec mon homme et notre fiston de 2 ans. On place la sangle autour de la taille, facile. Un clic et c’est installé. « Y a même une boucle de sécurité ! », me précise mon homme. Notre petit gars grimpe en une deux trois sur le dos de son papa. On relève les bretelles pour fermer l’ergobaby. « Cheval », dit notre fiston, un grand sourire aux lèvres. Il entoure le dos de son papa avec ses petites mains. Premier test concluant.
On ressort l’ergobaby à la mer lors d’une longue balade. Pratique, la petite poche arrière permet de glisser un pull en cas de vent. Notre fils voit le porte bébé et veut de suite grimper dedans. Il semble s’y plaire.
Arrivé aux dunes, il court partout. Et pour le retour, c’est sur le dos de tonton qu’on place notre bonhomme. « Ah ouais, il n’est pas si lourd que ça en fait », dit-il. Au départ, il met ses mains sous les fesses de son neveu, mais se rend vite compte que ce n’est pas nécessaire. Il s’élance au galop dans une partie de cache-cache. Notre gamin est ravi. La fin du trajet se fait plus calmement. On voit même des petites paupières se fermer lorsqu’on arrive chez nous. Il est à point pour la sieste.  

On l’adore parce que l’ergobaby est très facile à utiliser. Idéal pour ceux que les nœuds effraient. Et puis, on se sent un peu star avec ce porte-bébé : Hilary Duff, Orlando Bloom, Nathalie Portman et Marion Cotillard l’ont déjà adopté.

Le petit bémol : Si vraiment il faut en trouver un, les bretelles pourraient être un peu plus larges pour le confort des papas aux larges épaules. Mais on n'a pas essayé le modèle Xtra qui corrige sans doute cela.

Le petit plus : Pour les tout-petits, un coussin réducteur permet d’emballer le bébé avant de le glisser dans le porte-bébé.

LE MANDUCA

Première impression : Ce porte-bébé allemand semble bien pensé et confortable. Les bretelles sont très bien rembourrées. On remarque une tirette qui permet d’agrandir ou de réduire la taille du Manduca selon celle du bébé. Un slip réducteur intégré est bien utile pour les plus petits et un capuchon roulé dans une poche peut soutenir la tête du bébé.

Le test : On a testé le Manduca  avec un enfant de 2 ans qui sait déjà marcher, mais ne fait pas de grandes randonnées. Le porte-bébé était là pour la fin de la rando, dans les bois. Après une petite heure de marche, quand les pieds de notre bonhomme commencaient à s’emmeler, son papa a mis le Manduca sur le dos. Et c’était très pratique. On boucle la ceinture ventrale, on pose l’enfant dans le carré de tissu et on remonte les bretelles qu’on attache devant soi. Simple et confortable. Après avoir fait des papouilles sur le dos de son papa, notre petit bonhomme s’y sentait tellement bien… qu’il s’est endormi, la tête entre les omoplates de son papa qui ralentissait le pas pour ne pas le réveiller.

On l’adore parce que le Manduca est vraiment confortable. Il a de bonnes bretelles renforcées et permet de porter un enfant de 2 ans sans souci ! Pour l’enfant aussi, l’assise est assez moelleuse. Autre atout, ce porte-bébé est en chanvre et en coton bio.

Le petit bémol : Difficile de trouver un inconvénient. Les attaches sont super sécurisées, c’est top. Mais pour les moins souples des épaules, il faudra un petit coup de main pour boucler la seconde attache lors des premiers tests.

Le petit plus : Grâce à sa tirette, le Manduca est un « 2 en 1 » qui s’adapte à la taille du bébé ou de l’enfant. Et puis dans les accessoires, on craque pour la protection des bretelles pour les bébés machouilleurs.

Le BB-TAI de Babylonia

Première impression : Ce porte-bébé physiologique semble plus simple à mettre qu’une écharpe tout en gardant ce côté enveloppant et confortable, ainsi que les nœuds plats, à faire manuellement.

Le test : Pour tester le BB-TAI, on n’a pas fait les chochottes, on l’a emmené lors d’un week-end au vert, sans voiture. Voici le topo : deux adultes dont une femme enceinte de 8 mois, un bambin de 24 mois, leurs bagages, pas de poussette mais un BB-TAI.
Ce week-end, on ne teste pas que le BB-TAI mais aussi les épaules de mon mari ;-)
Sa première impression quand il enfile le BB-TAI :  « C’est hyper confortable pour le dos ces larges bretelles ! ». Il déploie bien le tissu sur chaque épaule, l’air conquis. « Comme ces bretelles sont plates, je peux porter en plus un sac à dos ». Là, on a fait un peu d’excès de zèle. Le BB-TAI porté sur le ventre avec un sac à dos en plus, ça fait beaucoup, mais c’est possible !
Pour la mise en place, on noue la première ceinture autour de la taille. On place le bébé dans le carré de tissu coloré. On remonte les deux bretelles sur les épaules. Puis, on croise les bretelles dans le dos avant de les nouer ensemble sous les fesses du bébé. Notre bout de chou a l’air bien, posé contre le torse de son papa. Il s’agrippe comme un petit koala.
Verdict : pour notre week-end, c’était top. Le BB-TAI nous a servi pendant les trajets en transport en commun et en fin de balade, quand notre bonhomme fatiguait un peu.

On l’adore parce que ce porte-bébé d’inspiration asiatique convient pour les bébés de quelques mois à plus de 2 ans. Pour les plus petits, il y a un slip réducteur intégré, mais surtout un repose-tête, pratique pour les siestes.

Le petit bémol :  Le deuxième nœud n’est pas simple à faire seul avec un grand enfant.

Le petit plus : Le BB-TAI prend peu de place, il tient dans une jolie petite sacoche en tissus assortie.

Estelle Watterman

Le verdict général

C’est plutôt agréable d’avoir son enfant tout contre soi, à portée de bisous sur le ventre pour les plus petis ou sur le dos pour les plus de 1 an.
On a trouvé l’écharpe et le sling bien enveloppants et pratiques pour petits bouts de chou de quelques mois, tandis que le meï-taï et les porte-bébés nous semblent plus adaptés aux enfants de plus de 6 mois qui tiennent déjà bien leur tête.

Sur le même sujet

« Une écharpe pour retrouver mes mains »

Le portage en écharpe berce le bébé, le rassure et permet au parent d’avoir les mains libres. Les avantages sont nombreux, mais, concrètement, comment fait-on quand on se retrouve chez soi avec 5 mètres de tissu à enrouler et nouer autour d’un petit bébé ? Pour les moins dégourdis ou les plus curieux, Le Ligueur a franchi les portes d’un atelier d’initiation au portage.

 

Les différents porte-bébés physiologiques

De nombreux outils permettent de porter le bébé de manière physiologique contre soi sur le ventre, sur la hanche ou dans le dos, voici les plus connus.