Vie de parent

Palou, ce papy conteur
devenu Youtubeur

Pierre-Éric Leclercq habite Marcouray, un petit village situé dans la commune de Rendeux, en Province de Luxembourg. Comme tout le monde, il doit composer avec le confinement. Une des choses les plus compliquées ? Ne pas avoir de contacts avec ses petits-enfants. D’où l’idée de leur raconter quotidiennement des histoires par vidéos interposées.

Palou, ce papy conteur devenu Youtubeur

« Mes petits-enfants, comme beaucoup je pense, adorent qu’on leur raconte des histoires ». Ces petits-enfants s’appellent Pablo, Julie (tous deux 4 ans) et Samuel (1 an et demi). Avant chaque histoire lue, Pierre-Éric (dit « Palou ») les accueille par leur prénom. « C’est filmé avec mon smartphone monté sur une perche selfie. Il n’y a pas de montage. C’est tout simple ».

De Dropbox à YouTube

Tout simple, en effet, mais efficace. Grâce à ces vidéos, Pierre-Éric a dépassé ce qui le chagrinait le plus dans ce confinement. « Je garde le contact et je fais plaisir aux petits », aime-t-il à préciser. Pablo, Julie et Samuel lui consacrent, ainsi, un peu de temps tous les jours. Les vidéos, Pierre-Éric les dépose dans une dropbox, une plateforme qui permet de stocker des documents, photos et autres. Ensuite, il envoie un lien qui permet d’ouvrir le fichier.

Tout simple. Sauf que désormais, d’autres enfants regardent les vidéos et en redemandent. « Ma fille avait parlé de mon initiative dans un groupe de pédagogie active sur Bruxelles. Là, maintenant, j’ai 27 enfants qui reçoivent les liens. Je vais devoir aller un peu plus loin. Pour plus de facilité, des parents m’ont demandé de poster les vidéos sur YouTube ».

Palou, superpapy partagé

Et hop, voilà que Pierre-Éric est devenu, ce mercredi, YouTubeur. « J’étais déjà sur Facebook, un peu sur Twitter, mais pas vraiment sur YouTube. C’est une nouvelle expérience ». Tiens, en parlant de réseaux sociaux et de leur rôle en cette période de confinement ?  « Vous imaginez la même chose il y a trente ans ? Cela aurait été nettement plus dur. Bon, les réseaux sociaux, il y a parfois des dérives. Mais là, dans ce cas précis, ça permet de sortir de l’isolement du confinement. Je vois des groupes d’entraide, des initiatives intéressantes ».

Ce jeudi, c’est Berlingot est un superhéros au programme. Les noms des petits-enfants de Pierre-Éric s’offrent toujours en guise de préambule. Mais cette fois, ils ne seront pas les seuls à être cités. D’autres enfants auront aussi ce privilège. Par temps de confinement, c’est quand même super cool de partager un peu son papy conteur avec les autres, non ?

 

Thierry Dupièreux

Sur le même sujet

Coronavirus : des livres jeunesse en coups de pouce

Face à cette crise inhabituelle, les parents peuvent se sentir démunis pour aborder la question de l’hygiène et trouver les bons mots avec leur enfant. Voici, par tranches d’âge, quelques titres d’albums jeunesse sympas et de livres pour vous aider et aussi dédramatiser, tout en étant précis…

 

Cinq idées de jeux pour transformer la maison en monde imaginaire

Lorsqu’on reste enfermé chez soi, l’important c’est de préserver et d’entretenir son pouvoir d’imagination. C’est lui qui vous permet de vous évader, de traverser, tel un garou-garou virtuel, les murs qui vous entourent. Pour les enfants, c’est pareil. Et c’est là que vous avez un rôle à jouer. Bonne nouvelle. C’est fun et motivant !

 

Jeux sans matériel pour occuper les enfants

Quelques jeux sans matériel pour occuper les enfants durant la période de confinement "coronavirus"? Petit rappel de quelques activités à la maison plébiscitées sur notre site...

 

Coronavirus : le confinement du point de vue de Papy et Mamy

Ils étaient déjà près de 40 % à garder, soigner, animer leurs petits-enfants en toute discrétion (voir l’enquête de la Ligue des familles à ce sujet sur liguedesfamilles.be). Avec le Covid 19, ses fièvres et ses écoles fermées, les grands-parents se retrouvent deux fois plus sur le pont pour accueillir leurs petits-enfants. Tout en étant pressés de prendre soin de leur santé par les médias, les professionnel·le·s de tout poil et depuis hier, 22h25, les autorités belges. Ouf !