Vie de parent

Petit manuel de survie,
côté enfants - côté parents

Dès l'annonce du confinement jeudi dernier, les résaux sociaux se sont mis à fleurir de chartes et autres modes d'emploi en tous genres. Dès lors, nous avons glâné auprès de vous, parents, tout un tas de conseils qui vont - à coup sûr - vous permettre de vivre en osmose dans ce huis clos infernal... euh... parental. Manuel de survie.

Petit manuel de survie,  côté enfants - côté parents

Un jour écoulé. Un. Bravo à toutes et à tous. Si la ligne d'arrivée n'est pas pour tout de suite, nous avons toutes et tous pris conscience d'une chose : il va falloir être endurant. Pour ce faire, certains ont mis en place une charte. Un pacte. Des commandements. Un règlement d'ordre intérieur...

Les mots changent en fonction des familles, mais tous ces termes sont l'arbre qui cache la forêt d'une certaine volonté de vivre en harmonie. Si les scènes de panique dans les supermarchés, les bruits d'ambulance ou, peut-être, dans les jours qui suivent la présence des forces de l'ordre dans les rues angoissent, qu'on se rassure avec ce qu'il se passe dans les foyers. Chez beaucoup, l'imagination et la créativité du quotidien vont permettre de prendre le dessus. C'est là où réside la force.

À tout seigneur, tout honneur, les adultes chauffent la piste. Voici ce que vous nous avez dit.

Adressé aux enfants

Les mots « papa » et « maman », tu ne prononceras pas… toutes les dix secondes

Pour les nombreux qui peuvent télétravailler de la maison, vous l'avez déjà éprouvé : enfants dans les pattes et concentration, c'est mission (quasi) impossible. La faute à qui ? La sollicitation permanente des petit·e·s. Vous dressez un tableau compta. « Maman. Maman. Regarde. Regarde. Maman. Mamaaan ».
L'idée : la réserve des mots « papa » et « maman ». Pas plus de dix fois dans la matinée. Voilà de quoi réguler la consommation excessive des enfants. Peut-être.

Ta petite sœur, tu distraieras...

Pour les mêmes raison qu'évoquées plus haut, les enfants de moins de 5 ans manquent le plus souvent de distraction. Impossible de les occuper plus de dix minutes et donc de pouvoir œuvrer à sa tâche quotidienne. Il va donc falloir trouver un appui. Solide. C'est là où la fratrie rentre en jeu.
L'idée : mettre les grand·e·s à contribution. Vous êtes beaucoup à avoir testé l'idée de classes à la maison. Les aîné·e·s jouent les profs. Ils adorent. Les petit·e·s sont occupé·e·s. Une pierre deux coups. Vous les occupez les uns et les autres.

Les repas sains, tu chériras

Vous verrez plus bas que cette règle à son pendant chez les enfants. Une des charges en plus des courses, du boulot, de l'entretien de la maison ? Nourrir la tribu. Et ce, trois fois par jour. De quoi être tenté pour gagner du temps de les nourrir rapidement, de façon efficace et sans avoir à se battre.
L'idée : composer le menu ensemble et les mettre le plus possible à contribution. Règle d'or imposée par quelqu'uns dans les foyers : un légume et un fruit par jour. Obligatoire. Épinards, haricots, brocolis, etc. En soupe. En brochette. En tagliatelles de légumes pour faire croire que ce sont des pâtes. Tout est bon du moment qu'ils se nourrissent d'autres choses que de féculents arrosés de viande et de mayo. Les mettre à l'ouvrage, encadrés par les aîné·e·s ? Là encore, c'est un peu de temps gagné.

► De l'excercice physique, tu abuseras

Abuser est un bien grand mot. Mais vous aurez saisi l'idée. Au moment où nous écrivons ces lignes, il est encore possible de sortir dans les parcs. De pouvoir dévaler les trottoirs à vélo ou à trotinette. Profitons-en. Pleinement. Si plus tard les conditions de confinement venaient à se durcir, il existe plein de cours de yoga pour enfants en ligne.
L'idée : mettre en place un cours de gym. Après le petit déjeuner, on tranforme le salon en salle de gym. Ou on va courir dans les espaces verts avec la marmaille, parents compris. Il est essentiel de s'aérer le plus possible. On nous a rappporté une règle que l'on aime bien : le goûter se prend dehors. Quoi qu'il arrive. Peu importe le temps. D'autres nous ont dit : « On a un parc à côté de la maison. On le traverse tous les jours. Comme ça on croisera peut-être des copains... que l'on saluera de très loin ».

Ton espace, tu rangeras

Harmonie toujours. Vous allez devenir chèvre à force de passer votre temps à ranger derrière les enfants. Ou pire, à vivre dans leur chaos.
L'idée : une activité finie ? On range. Pas le droit de lire si l'arsenal de peinture n'est pas rangé. Un film ? O.K, mais dans quel état est la chambre ? « Tu ne le regardes que si elle est opérationnelle pour la suite ». Oui, vous allez user de chantage.

► Dans l'écran, tu ne te noieras pas

Puisqu'on en parle. La tentation est grande de les confier à leur baby-sitter préférée. Et on ne peut que vous encourager à le faire. Mais là encore, vous êtes beaucoup à ritualiser ce moment. Certains parlent d'un dessin animé par jour. D'autres d'un le matin et un le soir. Chacun son dosage.
L'idée : diversifier les activités. Les écrans vont évidemment être plus sollicités que jamais. Servez-vous en comme levier. Ce n'est pas « à volonté », comme ça, gratuitement. Certains parents mettent en place les « points écrans ». Tu nous aides à vider le lave-vaisselle ? Bon pour une demie heure de jeu vidéo. Tu fais tes excercices ? Bon pour un dessin animé.

► Un bon roman, tu dévoreras

On l'adore celle là. Elle relève de l'exploit pour beaucoup, mais pourquoi ne pas essayer ?
L'idée : consacrer 20 minutes, une demi-heure, voir une heure à la lecture d'un grand classique. On nous a soufflé des références comme Don Quichotte. Les Misérables. Du médecin malgré lui. 20 000 lieues sous les mers... Profiter de tout ce temps libre pour attaquer autre chose que des dessins animés ou des BD. C'est formidable, non ? 

► Le rythme, tu respecteras

Vous êtes beaucoup à vouloir marquer la différence entre la semaine et le week-end. Ce confinement, ce n'est pas des vacances. Donc : le matin, on s'habille comme si on partait à l'école. On fait sa toilette. On se prépare. Et le soir, on se couche à des horaires normales. 19h-20h pour les maternelles-primaires. 22h grand max chez les ados.
L'idée : maintenir le rythme de l'école, surtout chez les plus petits et les ados pour ne pas être trop décalés le jour où tout ce confinement ne sera qu'un lointain souvenir.

► Un coucher de soleil, tu contempleras

Celle là, nous est inspiré par un ophtalmologiste. Vous savez quel est le meilleur moyen de reposer l'oeil ? C'est de regarder l'horizon.
L'idée : pendant la balade du soir, avant le souper, contemplez le merveilleux spectacle de cette grosse boule de feu qui va au lit. Contemplez-le en famille. En ce moment, il se couche avant 19h.

Adressé aux parents

Mes oeuvres, tu exposeras

Vos petits vont produire à plein tube : peinture, scultpure, bricolage.
L'idée : prenez en photo tout ce qu'ils font. Mettez-les dans une farde, numérisez-les et à la fin vous pourrez monter une expo entre amis. Vous avez déjà le titre ronflant : Oeuvres du confinement.

► Des crasses, tu toléreras

Si côté parent, on exige des légumes, côté enfant, on espère que les parents vont être plus souples que d'habitude quant aux mille et une petites cochonneries tellement bonnes. Tout ce qui est trop sucré, chimique, gras ou les trois.
L'idée : mettre en place un quota. Une friandise-bonus par jour par exemple.

Un bureau, tu dresseras

À mesure exceptionnelle, aménagement exceptionnel. Vous avez votre espace de travail. Qu'ils aient le leur.
L'idée : une petite table, un petit coin par enfant. Tant pis pour l'harmonie de la déco interne. En revanche, une seul mot d'ordre : ce coin doit toujours être mis en ordre. Il est sous la responsabilité de l'enfant et il doit rester praticable. Enfin, dans l'idéal.

Sur moi, tu ne délégueras pas trop

S'appuyer sur les aîné·e·s, c'est bien beau, mais hors de question de transformer les enfants en domestiques !
L'idée : là encore, vous pouvez raisonner en « points ». Une demi-heure de cours le matin ? Des bons points cumulés pour les écrans ou même une récompense à la fin du confinement. Ici bas, rien n'est gratuit. Les enfants le savent bien.

Ton stress, tu ne me transmettras pas

Pleine de bon sens, celle là. Mais à essayer de mettre en place. Vous allez vous mettre la pression avec votre employeur parce que le rythme est dur à suivre. Vous être évidemment angoissé par l'inédit de la situation. Quoi qu'il en soit : ne transmettez rien de tout cela à vos enfants.
L'idée : parlez des sujets anxiogènes loin des enfants. Coupez tout ce qui est info continue quand ils sont là (et même quand ils ne le sont pas...).

► Des interractions sociales, tu organiseras

Vos enfants ont besoin d'interragir. D'avoir et de donner des nouvelles tant aux coapins/copines qu'à la maîtresse ou aux profs.
L'idée : créer un groupe WhatsApp. Régulez les visites. Par exemple, le soir avant de se coucher, on s'échange les infos ou les bricolages de la journée.

Du travail, tu me fourniras

Aussi ahurissant que ça puisse paraître, certains enfants sont demandeurs de boulot. Une manière de rester sur un rythme scolaire.
L'idée : il existe plein de sites de ressources pédagogiques qui proposent des excercices à imprimer. Pinterest regorge d'activités accessibles. Vous avez peut-être sous la main des cahiers d'activités. Deux règles. Pas trop de boulot sur les écrans. Et ne forcez pas trop. Comme nous le dit une enseignante aguerrie : « Même si vos enfants vont manquer des jours d'école, je vous encourage à ne pas trop les surestimuler, mais de leur proposer des activités et jeux en fonction du moment ».

► De ton écran, tu décrocheras

Oui, on a l'air malin à répéter pas trop d'écran, alors que le parent télétravailleur va passer le plus clair de son temps derrière un ordinateur.
L'idée : s'aménager de vrais moments ensemble. Et ne pas essayer de jouer en permanence sur les deux tableaux, travail/famille. Tant pis pour le boulot en retard. Ce qui compte, à maintenant, c'est l'équilibre au foyer.

► Plein de choses, tu m'expliqueras

Il y a quelque chose de beau dans ce confinement. On va enfn passer du temps ensemble. L'occasion de se raconter des histoires. D'expliquer plein de trucs aux enfants. De leur faire découvrir ce que l'on aime. Comment on travaille. L'occasion aussi de découvrir leur petit univers, riche en inventions. L'articulation des rythmes est difficile pour beaucoup au quotidien. On a souvent l'impression de ne pas voir assez sa tribu. Et si on profitait de cet impératif pour en tirer le meilleur.

Yves-Marie Vilain-Lepage

Sur le même sujet

Coronavirus : « Prenez soin de vous et des autres »

De la bienveillance, mais des mesures sévères. De l’émotion, mais de la détermination. Loin du vocabulaire guerrier du président français Emmanuel Macron, la Première ministre Sophie Wilmès a annoncé, hier soir, que la Belgique rentrait dans une période de « confinement strict » dès mercredi 12h, et cela jusqu’au 5 avril. Les familles vont devoir s’organiser.